Voiture bélier à Sept-Sorts : «J’ai vu le visage du conducteur, il souriait»

Home»A LA UNE»Voiture bélier à Sept-Sorts : «J’ai vu le visage du conducteur, il souriait»

Voiture bélier à Sept-Sorts : «J’ai vu le visage du conducteur, il souriait»

Frédérique Zajac, 20 ans, serveuse à la pizzeria Cesena, à Sept-Sorts (Seine-et-Marne), était de service lundi soir lorsque David Patterson a foncé au volant d’une voiture sur la terrasse où elle travaillait. Atteinte physiquement et psychologiquement, elle se confie.

Frédérique Zajac, 20 ans, serveuse à la pizzeria Cesena, à Sept-Sorts (Seine-et-Marne), était de service lundi soir lorsque David Patterson a foncé au volant d’une voiture sur la terrasse où elle travaillait. Atteinte physiquement et psychologiquement, elle se confie.

De cette soirée d’horreur, Frédérique Zajac assure se souvenir «de tout». Ce qu’elle regrette. «On n’arrive pas à ne pas y penser», nous confie-t-elle ce mercredi à sa sortie de l’hôpital. Béquilles en main, la femme âgée de 20 ans a quitté le site de Meaux du Grand hôpital de l’Est francilien vers 13 heures aux côtés de son frère et de sa mère.

Cette habitante de Jouarre, une commune limitrophe de Sept-Sorts, travaille à la pizzeria Cesena depuis février. Elle était de service ce lundi soir. Vers 20h15, David P., le conducteur d’une BMW domicilié à La Ferté-sous-Jouarre, a foncé de manière délibérée en direction de ce restaurant italien situé dans la zone industrielle du village. Une adolescente de 12 ans a péri. Selon la gravité de leur blessure, les autres victimes ont été conduites vers des hôpitaux franciliens ou vers les sites de Meaux et Coulommiers.


LIRE AUSSI
Voiture bélier en Seine-et-Marne : le conducteur responsable pénalement

 


Au moment de l’attaque, Frédérique se trouvait en terrasse. Une quinzaine de clients y étaient installés. La jeune femme avait pris son service un peu plus d’une heure plus tôt. «J’ai entendu des grincements des pneus, se remémore-t-elle. J’ai d’abord cru que le conducteur voulait impressionner des amis à lui. Puis j’ai vu son visage, il souriait. C’était un homme sûr de lui.»

«Un client criait : Neutralisez le conducteur ! »

Le choc a projeté Frédérique de la terrasse à l’intérieur de la pizzeria. «Je ne me souviens plus si j’ai été frappée par la voiture ou par une table qui volait, reprend la serveuse. Quand j’ai relevé la tête, il y avait des corps au sol, du sang partout. J’ai aussi vu les jambes de la petite qui est décédée.»

La jeune femme assure que le responsable de l’attaque a cherché à s’enfuir. «Un client criait : Neutralisez le conducteur, neutralisez le conducteur ! Il voulait faire marche arrière mais un pot de fleurs l’en empêchait.» Frédérique a quitté les lieux par la sortie arrière de la pizzeria. Elle a trouvé refuge dans le restaurant chinois à quelques mètres de là, que les pompiers ont transformé en zone de soins de fortune.

«J’ai vu qu’on annonçait à la mère que sa fille était décédée. Je l’ai entendue hurler.» Jonas, le frère de Frédérique, est arrivé sur les lieux dans les minutes qui ont suivi le drame. «Nous n’avons pas entendu ce qu’il se disait mais vu la réaction de la dame, nous avons tout de suite compris.» Frédérique a d’abord été conduite vers l’hôpital de Coulommiers. Sa blessure au coude droit a nécessité un transfert nocturne vers celui de Meaux, où elle a été opérée mardi. La serveuse souffre également d’une fracture à la jambe droite et d’une légère entaille à un œil.

Autant de dommages physiques qui ne pèsent pas lourd face aux conséquences psychologiques d’une telle attaque. «C’est dur», souffle Frédérique, qui a rejoint ses collègues après sa sortie de l’hôpital. C’est à la pizzeria Cesena que la jeune femme a effectué son apprentissage l’an passé. «J’espère pouvoir revenir y travailler», lâche-t-elle.

> Une cellule de soutien médico-psychologique a été mise en place. Cette cellule de soutien est toujours en place et accessible par le numéro du SAMU le 15 pour toute personne désireuse d’un appui.

  Alexandre Arlot  –  leparisien.fr

Source : © Voiture bélier à Sept-Sorts : «J’ai vu le visage du conducteur, il souriait» – Le Parisien

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais