Un `` Silicon Wadi '' israélo-saoudien profitera aux deux pays

Home»A LA UNE»Un “ Silicon Wadi ” israélo-saoudien profitera aux deux pays
Un `` Silicon Wadi '' israélo-saoudien profitera aux deux pays

Comme chaque crise, COVID-19 offre de grandes opportunités. Un potentiel inexploité persiste pour les entreprises technologiques israéliennes de pénétrer de nouveaux marchés dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), de mettre en œuvre des technologies de pointe et d’encourager le développement d’initiatives technologiques locales dans la région. Je prévois un avenir qui implique la création d’un écosystème de haute technologie commun entre les pays du CCG, connu sous le nom de «Silicon Wadi». Aujourd’hui plus que jamais, il est dans le meilleur intérêt d’Israël et du CCG d’accroître la coopération commerciale

Alors que les experts tentent toujours de prédire les effets en cours du COVID-19, il semble que l’industrie de la haute technologie en Israël pourrait subir les conséquences négatives d’une diminution de l’afflux d’investissements en provenance des États-Unis, de l’Union européenne et de la Chine. Les investissements internationaux jouent un rôle crucial pour les entreprises, en particulier celles qui tentent de se remettre sur les rails dans notre climat actuel. Compte tenu de la situation moins que favorable du marché américain et de la pression américaine pour empêcher l’influence chinoise dans la région, la recherche d’alternatives sur d’autres marchés a du sens pour les entreprises de haute technologie israéliennes, tandis que le CCG est à la recherche d’opportunités d’investissement de haute qualité.

Les biens

L’industrie israélienne de la haute technologie a beaucoup à offrir dans plusieurs domaines: la cybersécurité, l’agritech, la fintech, la santé numérique, la technologie de l’eau, l’IOT de la technologie alimentaire et les technologies liées au cloud.
L’année précédant la crise du COVID-19 a sans aucun doute établi un nouveau seuil pour la croissance du marché mondial. Israël a enregistré une année avec le plus grand nombre de sorties – 138 au total, dont 122 étaient des fusions et acquisitions et le reste étaient des offres publiques initiales ou introductions en bourse. Le total des transactions en Israël pour 2019 s’est élevé à 21,7 milliards de dollars.

Un chiffre encore plus encourageant est la croissance de ces entreprises avant la vente, ce qui indique une croissance des affaires parallèlement à une croissance technologique. Ce fut également une excellente année pour les investisseurs dans les entreprises israéliennes de haute technologie. Certains d’entre eux ont réalisé trois fois le montant de leurs investissements initiaux.

Un rapide coup d’œil à la source de l’argent affluant sur la scène high-tech israélienne en 2019 montre que 80% provenaient des États-Unis. Les 20% restants étaient répartis entre l’Allemagne, le Canada et la Chine. Pas même un seul pour cent des fonds n’a été investi directement des pays du CCG. De plus, presque aucune entreprise de haute technologie israélienne de premier plan ne fait des affaires significatives avec l’un des pays du CCG – même si ce sont les choix les plus pratiques en termes de proximité physique, de taille du marché et de potentiel de croissance.

Riyad, la capitale de l'Arabie saoudite.  (Fourni)

Riyad, la capitale de l’Arabie saoudite. (Fourni)

 

Le marché

Pour la ville de Riyad, 2019 a également été une bonne année. Le plan de réforme économique Vision 2030 de l’Arabie saoudite commence à devenir une réalité. La région évolue et de nouvelles opportunités, de nouvelles tendances et un hyper développement déferlent sur l’Arabie saoudite et Dubaï.

Les réformes visent à renforcer l’économie saoudienne en diversifiant le portefeuille d’activités du Royaume pour inclure des industries autres que le pétrole et le gaz. Pour ce faire, et pour pouvoir recevoir le soutien nécessaire, le Royaume doit se réorganiser et réévaluer de nombreux aspects de la vie quotidienne.

Cette tendance peut créer des opportunités à grande échelle dans la région. Un exemple est la vision de NEOM, un plan de 500 milliards de dollars pour construire «la ville du futur» en Arabie saoudite, qui servira de plaque tournante vivante pour l’entrepreneuriat et l’innovation. La ville sera construite à partir de zéro avec une pensée innovante et une combinaison de technologies de pointe dans les domaines de l’environnement et de la durabilité, de l’énergie, de l’eau, des transports, de la culture et plus encore. Cette ville sera durable et fonctionnera de manière indépendante, en dehors d’un cadre gouvernemental, avec ses propres lois fiscales et du travail et un système judiciaire autonome.

NEOM will be the “largest carbon-free system” in the world and the “globally leading hub for renewable energy,” Peter Terium, the head of the energy sector at the mega-city, says.https://t.co/XiTgsxcmow pic.twitter.com/273xwNCt12

— Al Arabiya English (@AlArabiya_Eng) July 20, 2019

Le défi

Une des raisons potentielles du manque d’investissement en Israël par les pays arabes et du manque de pénétration israélienne de haute technologie dans le CCG est la barrière du conflit israélo-arabe. Mais cela peut être une explication trop simple. Au cours des 20 dernières années, Israël et les pays du CCG ont mené ensemble des activités non officielles – et pas seulement des activités liées à la sécurité, mais des projets impliquant l’irrigation, les infrastructures, le plastique et la planification de l’eau. Aujourd’hui, les changements géopolitiques au Moyen-Orient, principalement à travers le réchauffement des relations des États du Golfe avec Israël, créent un pont pour l’émergence de nouveaux liens commerciaux.

Une autre explication des investissements limités du CCG en Israël est le concept de «préservation du capital» qui caractérise les investissements réalisés par le monde arabe. Outre les investissements de l’Arabie saoudite dans SoftBank Vision Fund, l’Arabie saoudite s’est classée troisième après les Émirats arabes unis (426 millions de dollars) et l’Égypte (95 millions de dollars) en ce qui concerne le total des fonds levés dans le monde arabe en 2019. Viennent ensuite la Jordanie (41 millions de dollars), Liban (29 millions de dollars), Koweït (21 millions de dollars), Bahreïn (6 millions de dollars) et Oman (6 millions de dollars). Les investissements en capital-risque sont relativement mineurs par rapport au PIB des pays de cette région.

Cependant, il existe une tendance claire à la croissance des investisseurs du CCG à la recherche d’investissements technologiques. Un exemple peut être vu dans les actions du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite (PIF), une organisation qui a une très bonne réputation dans la mise en œuvre de projets d’investissement dans le royaume. Une injection de fonds de 40 milliards de dollars fournie par l’Agence monétaire saoudienne en avril 2020 contribuera à renforcer le plan du fonds pour continuer à saisir les opportunités d’investissement aux niveaux national et international.

Le nombre d’utilisateurs de la technologie dans le monde arabe augmente considérablement. L’impact de la connectivité à Internet ne peut être ignoré, en particulier dans les marchés émergents comme le CCG. Près de 70% des internautes proviennent des marchés émergents, contre seulement 30% il y a 10 ans. Comme tout phénomène technologique, Internet, avec son ampleur et sa vitesse, présente des opportunités mondiales que les consommateurs du CCG ont été rapides et enthousiastes à adopter.

Le monde arabe a la plus forte consommation de vidéos en ligne par habitant au monde sur YouTube et Facebook. C’est plus du double de la moyenne mondiale. La pénétration des smartphones est également l’une des plus élevées au monde, et l’adoption des plateformes de médias sociaux, notamment Twitter, Snapchat, Facebook et Instagram, est très élevée. Avec 70% de la population de moins de 30 ans, le CCG est hyper-social et numérique.

Les entrepreneurs israéliens ont tendance à ignorer la région du CCG lorsqu’ils envisagent les marchés potentiels pour leurs entreprises. Le fait est que chaque marché a sa langue et ses coutumes uniques, et en comblant le fossé culturel avec un ensemble d’outils approprié pour couvrir le risque, ce commerce peut s’avérer très lucratif.

Un homme passe devant la Kingdom Centre Tower à Riyad, en Arabie Saoudite.  (Photo du dossier: Reuters)

Un homme passe devant la Kingdom Centre Tower à Riyad, en Arabie Saoudite. (Photo du dossier: Reuters)

 

L’avenir

À ce stade, il est difficile de prévoir les retombées économiques à long terme de la pandémie corona. Lors des crises précédentes, le montant des financements en capital-risque a suivi l’indice de récapitulation du Nasdaq avec un léger retard. Il peut y avoir des changements dans la façon dont nous concluons des accords et achetons des produits même dans ces secteurs, mais la recherche d’une coopération positive dans la région sera bénéfique pour tous.

La vision que je prévois pour notre région implique la création d’écosystèmes de haute technologie tout autour du CCG, créant le nouveau «Silicon Wadi». En 2015, l’âge médian de la population saoudienne était de 30 ans, tandis qu’aux EAU, il est de 34,5 ans. Les deux sont indicatifs de pays avec une jeune génération en majorité. Cela jouera inévitablement un rôle crucial sur la route. Pour que la région prospère et progresse avec espoir, une économie saine et une base solide, de nouvelles opportunités doivent être créées. Ces tendances démographiques et économiques dominantes ont été des moteurs importants de la stratégie Vision 2030 visant à diversifier et renforcer l’économie saoudienne.

La stratégie implique un ambitieux programme d’innovation qui verra le Royaume investir 1,6 milliard de dollars en recherche et développement au cours des deux prochaines années seulement. Cette somme comprend une allocation de 75 millions de dollars pour soutenir les partenariats internationaux, un mécanisme qui devrait avoir un effet transformateur sur l’enseignement supérieur dans le pays. Les rapports indiquent que le Bureau saoudien de recherche et de développement a identifié six domaines prioritaires pour la collaboration internationale en matière de recherche: l’eau, l’énergie, les technologies de l’information, la pétrochimie, les sciences de la vie et la santé, et l’environnement.

Israël comprend que l’innovation, la créativité et l’économie stable d’une industrie privée de haute technologie s’épanouissent dans des écosystèmes qui combinent de nombreuses entreprises, leur permettant d’interagir et de se rencontrer officieusement. Ces écosystèmes stimulent la créativité, qui est le fondement de ce secteur. L’importance de «Silicon Wadi» a été reconnue pour la première fois au niveau international par le magazine Wired qui, en 2000, a classé les emplacements en fonction de la force des effets de cluster, donnant au cluster israélien de haute technologie le même rang que Boston, Helsinki, Londres et Kista en Suède, deuxième seulement à la Silicon Valley. Ce sont les terrains les plus fertiles pour créer des entrepreneurs israéliens.

Ces petits écosystèmes peuvent être trouvés partout en Israël (Herzliya Pituach, Ramat Hachayal, Raanana, Nes Ziona, Yokneam, etc.). L’adoption de ce modèle à la démographie du CCG et à la Vision 2030 de MBS peut constituer un tournant pour notre région.

C’est le bon moment pour faire des affaires dans notre quartier. Les entreprises israéliennes devraient explorer le potentiel du marché du CCG et les investisseurs du CCG devraient investir dans les technologies israéliennes. Ce ne sera pas facile au début, mais une fois que nous aurons des exemples favorables d’investissements et de partenariats avec des revendeurs locaux du CCG, cette coopération sera considérée comme le cours normal des affaires.

Une photographie satellite montrant l'emplacement proposé de Neom à côté de la mer Rouge.  (Fourni)

Une photographie satellite montrant l’emplacement proposé de Neom à côté de la mer Rouge. (Fourni)

Lire la suite:

L’Organisation mondiale du commerce a besoin de réformes, déclare le candidat saoudien al-Tuwaijri

Tel Aviv israélien illumine l’hôtel de ville avec le drapeau libanais

Le taux de chômage des jeunes en Arabie saoudite baisse alors que de plus en plus de jeunes femmes rejoignent la population active

Nave Shachar est le fondateur et associé directeur d’Ummah Capital Partners, une société d’investissement axée sur la coopération entre le CCG et Israël.

Source:© An Israeli-Saudi ‘Silicon Wadi’ will benefit both countries

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais