Témoignage : Le jour où la France relâche le « cerveau » du massacre des athlètes aux JO de Munich 

Home»A LA UNE»Témoignage : Le jour où la France relâche le « cerveau » du massacre des athlètes aux JO de Munich 

From the blog of Freddy Eytan at The Times of Israël

 

Cinquante ans après le massacre des 11 athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich, l’Allemagne décide d’offrir aux familles des victimes de nouvelles compensations. Des proches des athlètes ont longtemps critiqué la manière dont les autorités allemandes ont géré l’attaque meurtrière et ses conséquences.

Au-delà de l’attitude révoltante des autorités munichoises, les chancelleries et l’opinion internationale, particulièrement en France, avaient minimisé et même justifié les actes terroristes palestiniens en ignorant le rôle d’Abou Daoud, le « cerveau » de l’opération, et celui de l’actuel président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui fut l’administrateur et le financier principal de l’opération et des attentats terroristes contre les Israéliens.

Cinquante après, Abbas n’a pas modifié en réalité sa position puisqu’il verse toujours des salaires et des indemnités aux familles des auteurs des attentats.

La guerre intestine entre les différentes factions de l’OLP se déroule désormais dans les rues de la capitale. Plusieurs représentants palestiniens sont assassinés, certains par le Mossad. Le dernier en date est Mohamed Ould Saleh, directeur de la librairie située au 2 de la rue Saint-Victor dans le Quartier latin. Il était né à Nouakchott en Mauritanie et avait poursuivi ses études à Beyrouth.

Le samedi 8 janvier 1977, au cimetière du Père-Lachaise assistent à ses obsèques des diplomates de toutes les ambassades arabes représentées à Paris, des fonctionnaires du Quai d’Orsay ainsi que des délégués palestiniens venus du Liban et de Jordanie.

L’un d’eux est Mohamed Daoud Odeh. Le Mossad fait part au SDECE de la présence de cet homme venu en France avec un faux passeport irakien. Une heure plus tard, des agents de la DST se présentent discrètement à la « Résidence Saint-Philippe », faubourg Saint-Honoré, et l’arrête. La DST vient d’arrêter, en fait, l’instigateur du massacre des onze athlètes israéliens aux jeux Olympiques de Munich en septembre 1972.

Une grande première : jamais auparavant les Services français n’avaient osé arrêter un ressortissant arabe soupçonné d’actes de terrorisme. Tout s’est donc passé très vite sans avertir les responsables de la police et le gouvernement. C’était le week-end, rien ne pressait, on pouvait donc attendre lundi…

Les Israéliens, satisfaits de la bonne prise, piaffent d’impatience, et exigent une extradition immédiate. Les Allemands mis au courant sont également demandeurs : le massacre s’est passé chez eux, à Munich. Les diplomates du Quai d’Orsay sont très embarrassés par la requête d’extradition légitime et d’autant que leur ministre se trouve à l’étranger.

Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur, apprend la nouvelle après coup par le patron de la DST, Marcel Chalet. Sur les instructions de Raymond Barre et avec Olivier Guichard, le garde des Sceaux, il accélère la procédure. Les documents officiels concernant les demandes d’extradition allemande et israélienne peuvent attendre.

Lundi matin, Abou Daoud est amené au Palais de Justice. Une heure plus tard, entouré d’un impressionnant dispositif policier, il quitte le sol français par un vol régulier d’Air Algérie. Il est libre.

En Israël, on crie au scandale. « Paris a capitulé ; elle vient de libérer un terroriste pour du pétrole ».

L’ambassadeur Gazit est rappelé à Jérusalem pour manifester un désaveu. Une première dans les annales de la diplomatie israélienne.

Le chef de la diplomatie israélienne Ygal Allon déclare tout furieux devant les membres de la Knesset : « La France n’a pas pu soutenir une épreuve élémentaire entre le respect de ses propres engagements internationaux et une violation grossière de ces engagements pour des commodités passagères… Plutôt que de montrer un minimum de courage, la France a fait preuve d’un maximum de lâcheté.

Après avoir accusé le gouvernement français de n’avoir respecté ni ses engagements envers Israël ni ceux qui le lient, dans la lutte contre le terrorisme, avec le Conseil de l’Europe, Allon a tenu à indiquer que ce n’était pas la première fois que la France se comportait de la sorte envers Israël.

La presse française critique vivement le gouvernement. Dans le Figaro, Raymond Aron écrit : « La France aujourd’hui paie-elle encore les ruses de Vichy et la grandeur solitaire du général De Gaulle » ? Jean Daniel dans le Nouvel Observateur, a une explication : « les dirigeants palestiniens, comme tous les chefs des résistants du monde, ont tous du sang sur les mains ; un résistant n’est jamais qu’un terroriste qui acquiert une légitimité ».

Des magistrats français critiquent vivement la libération d’Abou Daoud. L’avocat socialiste Roland Dumas prendra la défense du Palestinien ; il est spécialiste de droit international et il avait déjà défendu à Jérusalem l’évêque Hilarion Capucci, convaincu d’avoir transporté dans sa voiture des armes pour l’OLP.

Le gaulliste Maurice Couve de Murville déclare que la France « a perdu la face ».

Cet ancien ministre des Affaires étrangères et Premier ministre du général De Gaulle incarne la haute société protestante. Il s’était rallié au Mouvement de Jacques Chirac après que ce dernier eut fait ses preuves dans son propre cabinet. Couve de Murville avait d’excellents rapports avec les ambassadeurs d’Israël à Paris. Grand connaisseur des affaires du Proche-Orient, il me confia un jour que Jacques Chirac était un « sincère ami du peuple juif et d’Israël » et que souvent il suivait ses conseils.

L’affaire Abou Daoud se transformait très rapidement en une campagne anti-française.

Les Etats-Unis accusent la France d’encourager le terrorisme international.

Les juifs américains réagissent avec véhémence et boycottent la France dans tous les domaines, culturel et scientifique. Des milliers de bouteilles de beaujolais et bordeaux sont répandues sur le sol des Etats-Unis.

Lire la suite de l’article sur le site https://jcpa-lecape.org

À PROPOS DE L’AUTEUR
 
Ancien ambassadeur d’Israël. Journaliste-Ecrivain. Fondateur et directeur du CAPE de Jérusalem. Auteur de 25 ouvrages sur le conflit Israelo-arabe et sur la politique française au Moyen-Orient ainsi que des portraits-biographiques de Shimon Pérès, Ariel Sharon et Benjamin Netanyahou.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais