« Sexe et pouvoir » : l’égérie juive du régime mussolinien

Home»A LA UNE»« Sexe et pouvoir » : l’égérie juive du régime mussolinien

« Sexe et pouvoir » : l’égérie juive du régime mussolinien« Sexe et Pouvoir » (20/35). Avant les lois raciales de 1938, l’Italie fasciste connut une fervente militante en la personne de Margherita Sarfatti, concubine officieuse du « Duce ».

Les images sépia de Benito Mussolini, sortant torse nu de l’onde adriatique entouré d’une nuée d’admiratrices énamourées, et les mises en scène « virilistes » du corps du dictateur, ont été largement inspirées par une femme. Margherita Sarfatti (1880-1961), issue de la grande bourgeoisie juive vénitienne, fut la maîtresse, la directrice de la communication et, dirait-on aujourd’hui, le coach du Duce.

En 1912, directeur de L’Avanti, le journal du Parti socialiste italien (PSI), Mussolini fait de cette brillante critique d’art sa maîtresse. Ou plutôt l’une de ses maîtresses, ce dont s’accommode l’ambitieuse jeune femme. Issue d’un milieu aux idées progressistes, elle oriente la boussole idéologique hésitante du dictateur en herbe. A rebours de la position pacifiste du PSI, elle le convainc de soutenir l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de la France. Après le mauvais résultat du nouveau mouvement de Mussolini à l’élection législative de 1919, Margherita, qui a saisi le potentiel du personnage, lui avance 1 million de livrespour rebondir et constituer les milices qui vont devenir son bras armé.

Lire aussi  Mussolini, les juifs et les femmes

La communauté juive italienne est alors loin d’être totalement hostile au mouvement fasciste. Fin octobre 1922, alors que s’ébranle la Marche sur Rome, les deux amants sont au Théâtre Dal Verme, à Milan. Mussolini, qui reçoit des nouvelles contradictoires, s’affole ; il craint que tout cela tourne à l’aigre et veut se replier en Suisse. Pour Margherita, il n’en est pas question. « Marcher ou mourir ! », lui aurait-elle lancé. Deux jours plus tard, son protégé est désigné président du conseil.

Hagiographe

Concubine officieuse à Rome pendant que l’épouse officielle est reléguée à Milan, la cofondatrice et égérie du parti au pouvoir parade lors des cérémonies publiques. Côté jardin, elle est intronisée dame de compagnie de la reine Elena et anime le mouvement Novecento Italiano, creuset d’une esthétique fasciste. Côté cour, l’ex-pasionaria socialiste justifie dans la presse les exactions des milices et le virage autoritaire du régime.

Lire aussi  “Margherita Sarfatti. L’égérie du Duce”, de Françoise Liffran : Margherita Sarfatti, l’art et Mussolini

En 1925, Margherita Sarfatti publie Dux, une hagiographie du dictateur qui va connaître un énorme succès à l’étranger en mêlant textes laudateurs et images pseudo-intimistes, faisant de l’homme providentiel un penseur autant qu’un athlète. « On voit Benito en dompteur avec sa lionne, ou bien à cheval, saluant la foule alors qu’il ne sait pas se tenir sur une monture (…) et que sa lionne, après avoir vécu un temps dans son appartement, l’accueillait généralement toutes griffes dehors », s’amuse Diane Ducret dans Femmes de dictateur (Perrin, 2011).

Délaissée par le Duce mais tête pensante reconnue de l’Italie fasciste, Margherita Sarfatti, qui s’est convertie au christianisme, finit par tomber de son piédestal. Le rapprochement avec l’Allemagne nazie et son prolongement, les « lois raciales » de 1938, la forcent à quitter le pays. Depuis son exil argentin, elle vilipende celui qu’elle appelle désormais « le monstre ». Elle retrouve la Péninsule en 1947, dans une indifférence teintée d’hostilité. C’est avec Clara Petacci, une femme elle aussi totalement dévouée à sa cause, que le Duce sera exécuté en avril 1945.

« Sexe et pouvoir » : l’égérie juive du régime mussolinien

SEXE ET POUVOIR

« Sexe et pouvoir » : l’égérie juive du régime mussolinien

Lucrèce et Sextus Tarquin, Anne Boleyn et Henry VIII, Bill Clinton et Monica Lewinsky… Sexualité et pouvoir se sont souvent rejoints pour nourrir la grande fresque de l’Histoire, pour le meilleur et pour le pire. Jean-Michel Normand, journaliste au Monde, raconte ces romances et tocades qui, dit-on, font tourner le monde

Le général Boulanger, envoûté par Madame de BonnemainsLe viol de Lucrèce

Les sextos d’Anthony WeinerMarie Touchet, l’influente maîtresse protestante de Charle IX

Norman Scott, l’amant encombrant du député Thorpe

Roxelane, l’esclave chrétienne devenue diplomateMiss Howard, maîtresse et bienfaitrice de Napoléon III

John Profumo, la mannequin et l’espion russe

Wu Zetian, l’impératrice qui a scandalisé la Chine

Les billets doux de Marie-Antoinette

La Malinche, mère controversée du Mexique moderne

Joséphine de Beauharnais l’enjôleuse

Les ballets glauques de la République

Evita, pasionaria du mouvement péroniste

Scènes de ménage chez les Ben Laden

Jean-Michel Normand

Source:© « Sexe et pouvoir » : l’égérie juive du régime mussolinien

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais