Rentrée scolaire: «Obligation de résultat»

Home»Anciens1»Rentrée scolaire: «Obligation de résultat»

Rentrée scolaire: «Obligation de résultat»L’éditorial du Figaro, par Laurence de Charette.

Source:© Rentrée scolaire: «Obligation de résultat»

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Inutile d’attendre le grand soir: la construction du «monde d’après», ce temps bienheureux que l’on voudrait purgé de nos excès, lavé de nos immaturités, commence aujourd’hui. Ce matin, et dans les jours qui viennent, enfants et adolescents reprendront le chemin de l’école, qu’ils n’ont pas emprunté, pour beaucoup, depuis… plus d’une demi-année! Les difficultés qui se présentent à cette rentrée hors du commun sont légion: la valse des protocoles sanitaires a donné le tournis aux directeurs d’établissement, les professeurs ne cachent pas leurs inquiétudes, tant pour eux-mêmes que pour la portée des enseignements qu’ils devront délivrer masqués, et les élèves, dont le niveau n’a pu que pâtir de ces longs mois sans cours, s’amusent déjà à parier entre eux sur la fermeture prochaine de leur classe ou de leur établissement…

Il n’empêche. Ces obstacles, réels, ne peuvent faire oublier l’objectif essentiel de la rentrée: l’école doit renouer avec sa mission. À quoi donc ressemblerait l’«après» s’il ne plaçait pas l’éducation et la transmission au cœur même de son projet? Face aux bouleversements qui s’emparent d’elle et du monde, la société française n’a-t-elle pas, plus que jamais, besoin d’esprits solides, abondamment nourris et suffisamment construits pour ne pas succomber à l’influence des petites sottises ou des grandes manipulations que déversent en continu nos écrans?

Laissons donc là les hordes de nouveaux penseurs-des-lendemains-qui-chantent qui ont éclos au printemps, tout occupés à déployer sur les réseaux la geste bruyante propre aux idéologies dogmatiques. Il y a urgence. Depuis longtemps éprouvé par la massification de l’enseignement, le système éducatif, désacralisé par la crise sanitaire, est aujourd’hui sur un chemin de crête. Rien ne sert de se payer de mots: ni les «vacances apprenantes» ni les sept cents heures de cours à distance de l’émission «La Maison Lumni» vantée par la Rue de Grenelle ne permettront à nos enfants de briller dans les concours internationaux. Mais, puisque le coronavirus a ébranlé quelques-uns des totems de l’Éducation nationale, il n’est pas impossible que le temps des réformes soit enfin venu…

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais