Présidentielle tchèque: le sortant Zeman s'allie au milliardaire Babis

Home»A LA UNE»Présidentielle tchèque: le sortant Zeman s’allie au milliardaire Babis
Présidentielle tchèque: le sortant Zeman s'allie au milliardaire Babis
Le président pro-russe sortant Milos Zeman est opposé à son rival pro-européen Jiri Drahos. – Crédits photo : Petr David Josek/AP

 

Candidat ce vendredi à la présidentielle tchèque, le sortant Milos Zeman souhaite nommer pour la seconde fois au poste de premier ministre Andrej Babis, un eurosceptique comme lui, qui n’a pas obtenu la confiance de l’Assemblée il y a tout juste une semaine.

À la veille du second tour de l’élection présidentielle tchèque, prévu les 26 et 27 janvier, le président sortant et candidat à sa succession Milos Zeman souhaite renommer Andrej Babis au poste de premier ministre. S’exprimant lundi soir sur la chaîne de télévision Barrandov, Zeman a annoncé qu’il était prêt à accorder le temps nécessaire à Babis pour obtenir une majorité parlementaire. C’est parce qu’il n’avait pu obtenir le soutien de l’Assemblée que Babis avait été contraint à la démission mercredi dernier.

» LIRE AUSSI – En République tchèque, voyage dans les tréfonds de la rébellion contre la classe politique

S’il devait perdre, le président tchèque, dont le mandat se termine le 7 mars, n’a pas fait mystère qu’il souhaite par sa dernière manœuvre politique maintenir Babis, avec qui il partage la même ligne politique, à la tête du gouvernement. L’autre candidat à la présidentielle, Jiri Drahos, qui se veut garant d’un renouveau politique, a exclu de nommer Babis premier ministre dans l’éventualité de sa victoire. Alors que certains prédisaient son élection dès le premier tour, Milos Zeman n’a recueilli que 38,77 % , face à Jiri Drahos, qui a obtenu 26,50%. Le second tour s’annonce donc serré.

Fondateur de l’entreprise Agrofert, deuxième fortune du pays, et ancien ministre des Finances, Andrej Babis s’était engagé à lutter contre la corruption. Son parti, Ano – anciennement Action des citoyens mécontents -, s’oppose également à l’accueil des réfugiés et à l’entrée du pays dans la zone euro, suivant une ligne souverainiste et populiste chère au président Zeman. Ano était arrivé en tête des législatives d’octobre 2017, remportant 29,6% des voix.

Malgré sa victoire, Babis s’est rapidement trouvé isolé. Une enquête a en effet été ouverte en octobre dernier sur le versement, il y a une dizaine d’années, d’une subvention européenne de 2 millions d’euros dont son entreprise aurait illégitimement bénéficié. Poursuivi pour fraude, le milliardaire de 63 ans avait accepté la levée de son immunité parlementaire. Mais il a échoué à rassembler les autres forces politiques autour de son parti et n’a pas obtenu le vote de confiance du parlement lors de la séance de mardi dernier.

La question des migrants

Le verbe haut et souvent provocateur, Milos Zeman était l’homme fort du Parti social-démocrate, et avait remporté la première élection au suffrage universel direct en 2013. Il a par la suite adopté une ligne politique populiste, nationaliste et aux relents xénophobes. Dans le groupe de Visegrad (aux côtés de la Hongrie, Pologne, Autriche et Slovaquie), la République tchèque affiche une défiance nette à l’égard de l’Union européenne. Zeman a détourné le regard vers l’Est, affichant sa sympathie pour les régimes russe et chinois.

» LIRE AUSSI – Les pays de l’Est veulent avoir voix au chapitre sur l’avenir du projet européen

Bien qu’il exclut de quitter l’Union européenne, Zeman porte de nombreux griefs, notamment sur les quotas d’accueil de réfugiés, après la crise migratoire que connaît l’Europe depuis 2015. Dénonçant une «invasion organisée», la République tchèque n’a accueilli que douze réfugiés. L’Union européenne avait d’ailleurs engagé des sanctions en juin dernier du fait du non-respect des quotas d’accueil des demandeurs d’asile.

Au second tour de la présidentielle, Milos Zeman (73 ans) est opposé à Jiri Drahos (68 ans), un chimiste de formation, ancien directeur de l’Académie des sciences, qui souhaite affirmer l’ «ancrage pro-européen» de son pays. Ce libéral entend raffermir les liens entre la République tchèque et Bruxelles. Il a reçu le soutien de plusieurs candidats pro-européens éliminés au premier tour. S’élevant contre «la peur, l’hystérie et l’intolérance fomentées par les populistes et les extrémistes», Drahos a cependant déclaré que les quotas de réfugiés demandés par l’Union européenne étaient une «mauvaise idée».


Source: Présidentielle tchèque: le sortant Zeman s’allie au milliardaire Babis

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais