Pétrole : l'histoire de l'Opep en 7 dates

Home»Anciens1»Pétrole : l’histoire de l’Opep en 7 dates

Pétrole : l'histoire de l'Opep en 7 datesLe 14 septembre 1960 naissait l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Retour sur les dates clés d’un club très fermé.

1960, la naissance de l’Opep

L’organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) naît le 14 septembre 1960, à Bagdad. L’objectif affiché de ses 5 membres fondateurs – Venezuela, Arabie Saoudite, Irak, Iran et Koweït – est de stabiliser les prix du pétrole. «Dans les années 50, les réserves de pétrole représentent 150 années de production. En parallèle, la demande explose avec le passage du charbon aux hydrocarbures. Les grandes compagnies pétrolières n’hésitent pas à faire baisser les prix pour faciliter la pénétration du pétrole sur les marchés», explique Jean-Pierre Favennec, consultant et spécialiste du secteur de l’énergie. Cette baisse ne plaît pas aux pays producteurs dont «les recettes sont proportionnelles au prix du baril». Ceux-ci décident de s’organiser. «Et ça marche. Pendant 10 ans, les prix du baril vont rester stables, à environ 3 dollars», ajoute l’expert.À LIRE AUSSI : Pétrole: barils en péril

1973, le premier choc pétrolier

En 1973, la guerre du Kippour oppose Israël aux pays Arabes, et l’or noir devient une arme de guerre. Le 17 octobre, l’Opep fait baisser sa production de 25% et prononce un embargo contre les pays occidentaux qui soutiennent Israël. La demande toujours plus grande et la raréfaction du pétrole se superposent à ce contexte géopolitique. «En 1973, on ne dispose plus que de 30 années de réserves. Les États-Unis, qui produisaient jusque dans les années 50 la moitié du pétrole de la planète, sont progressivement devenus importateurs», souligne Jean-Pierre Favennec. Le prix du baril passe alors de 4 à 13 dollars.

1979, le deuxième choc pétrolier

Six ans plus tard, l’instabilité géopolitique provoque un nouveau choc pétrolier. Cette fois, l’Opep est simple spectatrice de la révolution iranienne et de la guerre entre l’Irak et l’Iran qui pousseront le prix du baril à 40 dollars.À LIRE AUSSI : Les marchés du pétrole chahutés par la pandémie

Le «contre-choc« de 1986

À partir des années 80, la tendance s’inverse. L’offre est désormais supérieure à la demande. «Fin 1985, l’Arabie Saoudite se lance dans une guerre des prix», indique Jean-Pierre Favennec. Le premier producteur mondial augmente sa production et laisse le marché se réguler. Les autres pays membres de l’organisation lui emboîtent le pas. Le cours du pétrole passe sous la barre des 10 dollars. «L’Opep commence alors à perdre le contrôle.»

2008, le «troisième choc pétrolier»

Dans années 2000, le prix du pétrole est de nouveau à la hausse, notamment tiré par une demande chinoise qui explose. Mais la production peine à suivre, à tel point qu’en juillet 2008, le baril passe à plus de 140 dollars. La crise de 2008, qui freine la demande, interrompt cette flambée et fait chuter les prix à moins de 35 dollars. L’Opep tente tant bien que mal de limiter les dégâts en réduisant sa production et fait remonter le cours pétrole au-dessus de 50 dollars.À LIRE AUSSI : Pétrole: l’Opep revoit en baisse la demande pour 2020 et 2021

2016, la naissance de l’«Opep +»

En 2014, le pétrole de schiste des Américains inonde le marché et entraîne une chute très violente du prix du pétrole. «L’Opep se réunit mais à la surprise des marchés, l’Arabie Saoudite refuse de réduire sa production pour ne pas favoriser la production américaine», explique Jean-Pierre Favennec. Il faudra attendre novembre 2016 pour aboutir à un accord entre les pays de l’Opep pour réduire la production de l’organisation. Une dizaine de pays, dont la Russie, signeront un accord similaire quelques jours plus tard. C’est la naissance de l’«Opep +» (Russie, Mexique, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Bahreïn, Brunei, Malaisie, Oman, Soudan et Soudan du Sud).

2020, les conséquences de la pandémie

La pandémie de coronavirus a fait chuter de près d’un tiers la demande mondiale de pétrole et a fait enfler les stocks. Le 12 avril, l’Opep et l’Opep + se sont accordées sur une réduction massive de leur production pour redresser les cours.La rédaction vous conseille

Source:© Pétrole : l’histoire de l’Opep en 7 dates

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais