Municipales : la droite met en garde contre un «tripatouillage électoral»

Home»A LA UNE»Municipales : la droite met en garde contre un «tripatouillage électoral»

 

Les consultations d’Emmanuel Macron en vue d’un éventuel report des municipales suscite méfiance et interrogations dans les rangs de la droite.

L’éventuelle modification du calendrier électoral des municipales suscite méfiance et interrogations dans les rangs de la droite. À l’Assemblée nationale, Christian Jacob, président du groupe LR, préfère attendre d’avoir un éventuel texte sur le sujet avant de prononcer une position officielle. Côté Sénat, Bruno Retailleau, également président du groupe LR, s’interroge sur l’intérêt d’un tel coup politique pour Emmanuel Macron. Le sénateur de Vendée ne croit pas encore à cette hypothèse parce qu’une source bien informée lui assure que «l’affaire n’est pas dans les tuyaux».

«Cette américanisation du calendrier, consistant à installer des sortes d’élections de midterm, pourrait très bien se retourner contre lui»

Bruno ­Retailleau, président du groupe LR au Sénat

Cela n’empêche pas Les Républicains d’envisager tous les scénarios, y compris celui d’un risque très important pour le chef de l’État. «Cette américanisation du calendrier, consistant à installer des sortes d’élections de midterm, pourrait très bien se retourner contre lui car, en cas d’échec important à un an de la présidentielle, ce serait très mal débuter les choses», estime Bruno Retailleau, en rappelant les défaites électorales de la gauche sous François Hollande, notamment des municipales de 2014 aux départementales de 2015.

Une «manœuvre» politique

«Cela ne peut relever que d’une forme de tripatouillage électoral et d’un calcul politicien», accuse Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes. Si «le président des hyperriches» se lançait dans cette aventure, il jugerait «le calcul à hauts risques» et «dangereux» puisque les élections intermédiaires sont «rarement positives» pour l’exécutif. Ciotti pense qu’une modification du mode de scrutin aux européennes serait le fruit d’une «manœuvre» politique visant à écarter un «risque». Ne disposant «d’aucun leader régional», appuyé sur des «députés hors-sol déconnectés» et «se méfiant de la province», le parti de Macron aurait tout intérêt à essayer d’affaiblir les territoires. «D’où l’idée de nationaliser cette élection sous son nom», analyse le parlementaire LR.

«On ne peut pas bousculer le calendrier électoral en fonction des opportunités politiques de l’État»

André Laignel, premier vice-président PS de l’AMF

Pour plusieurs ténors de la droite, le chef de l’État pourrait décider de reporter les municipales à 2021 dans l’espoir de voir émerger les premiers résultats positifs de ses réformes. Certains élus LR redoutent cette option parce qu’elle assurerait une prolongation d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris. Dans les petites communes, le regroupement de trois élections en une seule journée (municipales, départementales et régionales) imposerait de telles contraintes, en termes de moyens logistiques et humains (nombre de bureaux de vote, isoloirs, assesseurs…), que l’on voit mal comment ce projet serait réalisable.

D’ailleurs, l’Association des maires de France (AMF), présidée par François Baroin (LR), qui prépare son 100e congrès, du 20 au 23 novembre, dans un climat tendu avec le gouvernement, n’est pas favorable à une modification du calendrier. L’AMF prône «le respect des échéances démocratiques». «On ne peut pas bousculer le calendrier électoral en fonction des opportunités politiques de l’État», prévient André Laignel, premier vice-président PS de l’AMF.

Enfin, au Front national, Marine Le Pen se dit «très opposée» au report des municipales. «Ce projet n’est pas sans arrière-pensée. C’est un mélange des genres dont l’objectif est de minimiser le rôle des communes et de briser la proximité existant entre l’électeur et sa ville», accuse-t-elle. Quant aux européennes, si un élargissement des circonscriptions serait un «délire absolu», en revanche, la présidente du FN serait ravie de voir émerger une «grande liste macroniste, européiste et mondialiste assumée». «Ce serait,estime-t-elle, une clarification.»


La rédaction vous conseille :

 

Source : ©Le Figaro Premium – Municipales : la droite met en garde contre un «tripatouillage électoral»

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais