Live From The Field

Home»A LA UNE»Live From The Field
image.png

ARABIE SAOUDITE : DES DIZAINES DE PALESTINIENS ET DE JORDANIENS CONDAMNÉS À L’ISSUE D’UN PROCÈS COLLECTIF !

9 août 2021ACTUALITÉS

Un tribunal saoudien a prononcé dimanche diverses condamnations contre 69 détenus palestiniens et jordaniens, dont certains ont été condamnés à des peines de prison allant jusqu’à 22 ans, pour soutien présumé au mouvement palestinien Hamas.

Parmi ceux qui ont été condamnés à des peines de prison, figurent l’ancien diplomate et représentant du Hamas dans le royaume, Mohammed al-Khoudary, ainsi que son fils.

Des sources dans la bande de Gaza assiégée ont précédemment déclaré à Middle East Eye (MEE) qu’elles pensaient que la répression était liée au réchauffement des relations entre Israël et Riyad.

Les condamnations n’ont pas encore été rendues publiques. Les détenus peuvent faire appel des condamnations après 40 jours, selon la sœur du détenu jordanien Tarek Abbas.

Le tribunal saoudien a condamné le représentant du Hamas en Arabie saoudite, Mohammed al-Khoudary, à 15 ans de prison, tandis que son fils, Hani, a été condamné à trois ans, selon l’agence Anadolu. L’agence de presse turque a cité Abd al-Majid, le frère de Khoudary, disant que la peine prononcée contre lui comprend « la clémence pour la moitié de la peine (sept ans et demi) ». Khoudary, 82 ans, est un dirigeant vétéran du Hamas qui était responsable de la gestion des relations avec l’Arabie saoudite pendant deux décennies. Khoudary entretenait depuis longtemps des relations avec la famille royale saoudienne et les agences de sécurité et était le relais de leurs pourparlers indirects avec le Hamas avant d’être arrêté en avril 2019.

Amnesty International a déclaré précédemment que les Khoudary n’avaient pas été autorisés à consulter un avocat pendant leur détention.

Les autorités saoudiennes n’ont pas encore commenté les verdicts de dimanche.

Le Hamas a été créé en 1987 et est généralement considéré dans le monde arabe comme un mouvement de résistance légitime contre l’occupation par Israël des terres palestiniennes, bien qu’Israël et les États-Unis le considèrent comme un groupe terroriste. Un certain nombre de ses fondateurs et proches associés ont vécu dans le royaume du Golfe, où de grandes campagnes de dons ont été lancées pour le mouvement, certaines avec la bénédiction officielle des Saoudiens.

Mais les relations du royaume avec le Hamas semblent s’être détériorées depuis l’élection du président américain Donald Trump, un fervent partisan d’Israël, et l’émergence de Mohammed ben Salmane comme prince héritier d’Arabie saoudite.

Des dizaines de Palestiniens ont d’ailleurs été détenus et jugés devant un tribunal antiterroriste depuis février 2019, y compris des hommes d’affaires, des universitaires et des étudiants. Une source officielle du Hamas a déclaré l’année dernière à MEE que la majorité des détenus étaient des membres du Hamas qui résidaient dans le pays du Golfe depuis des décennies, accusant l’Arabie saoudite de « cibler tous ceux qui sont liés à la résistance » contre l’occupation israélienne.

Comments are closed.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais