L'Éditorial de la Semaine

Home»L’Éditorial de la Semaine
L’Éditorial de la Semaine
Richard
Richard C. ABITBOL Président

Ma chère France, pardonne-leur, parce qu’ils ne savent plus ce qu’ils font !

 

Ces paroles de l’évangile illustrent, hélas trop bien, ce qui s’est passé ces dernières semaines, pendant vos vacances !

Tout d’abord, il y a eu cette scabreuse histoire de «poules et de moutons» qui seraient «dérobés» par des juifs et des musulmans en quête de destins au rabais.

Peut-être ne connaissez-vous pas cette petite anecdote estivale: à l’approche des fêtes de l’Aïd-al-Adha et de Yom Kippour, la préfecture des Hauts-de-Seine, par la voix de son Directeur de la D.D.P.P, Patrick Drouet,  a appelé les fermes pédagogiques du département à la prudence.

Et pour quelle bonne raison me direz-vous ? Tout simplement parce que, selon ce triste sire, le risque de vols d’animaux, et notamment «de poules et de moutons», est bien réel.

A toutes fins utiles, un courrier a donc été adressé le 7 août à tous les propriétaires d’ovins, de caprins et de volailles dans les Hauts-de-Seine.

Et dans ce courrier, la direction départementale de la protection des populations (D.D.P.P) leur demande « la plus grande vigilance » vis-à-vis du risque de vols d’animaux avant les fêtes religieuses de l’Aïd al Adha, et de Yom Kippour, en septembre et invite les propriétaires « à mettre en œuvre les moyens nécessaires » pour faire face à d’éventuels larcins, et de prévenir immédiatement ses services si des faits étaient avérés. « C’est de la prévention, explique Patrick Drouet, le directeur de la DDPP des Hauts-de-Seine. On demande aux propriétaires de ne pas laisser divaguer les bêtes, car des personnes malintentionnées pourraient essayer de les capturer en vue de pratiquer des abattages clandestins. »

La D.D.P.P rappelle que lors de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, qui aura lieu cette année début septembre, le rite musulman ordonne de sacrifier une « bête de troupeau », le plus souvent un mouton. De même, la veille de la fête juive de Yom Kippour, qui tombe le 29 septembre, c’est un poulet blanc qui est sacrifié.

Or, dans les Hauts-de-Seine, l’immense majorité des poules et des moutons se trouve dans les sept fermes pédagogiques que compte le département.

A  la Prairie du Moulin Joly, à Colombes, l’initiative est appréciée comme le déclare Laurent Senftleben, responsable du secteur écologie urbaine à la ville de Colombes.: « C’est une bonne initiative»  estime-t-il.  Et il rajoute «Mais, nous avons été prudents en amont, en choisissant d’acquérir des chèvres plutôt que des moutons, qui sont plus souvent la cible de vols. » ! Et l’on en rajoute une couche : «Le site est déjà protégé par des caméras et  ne fait pas l’objet de surveillance particulière avant ces deux fêtes religieuses…  Il y a déjà du gardiennage régulièrement mis en place en soirée, tout au long de l’année », précise le responsable.

Par contre, à la ferme des Chanteraines, gérée par le conseil départemental à Gennevilliers, des mesures spécifiques sont en revanche mises en place durant cette période. « Les moutons sont systématiquement mis à l’abri, toutes les nuits, à l’intérieur, à l’image des volailles qui, elles, le sont tout au long de l’année », explique-t-on au conseil départemental. Et ils rajoutent: « Car le risque est bien réel. En 2013, les enquêteurs de la sûreté départementale avaient mis au jour un trafic de moutons volés dans un campement rom de Châtenay-Malabry. Quelque 200 bêtes avaient été dérobées et étaient revendues illégalement, entre 100 et 150 € la tête. C’est-à-dire moitié moins que les prix qu’ils peuvent atteindre dans le commerce au moment de l’Aïd al-Adha. »

Nous y voilà les juifs et les musulmans sont des voleurs. Ils volent pour les uns des poules et pour les autres des moutons pour les payer moins chers! Euphémisme pour dire ne pas les payer du tout !

Car c’est bien sûr, tout le monde le sait, les musulmans sont des voleurs et les juifs des rapiats !!!!

Interpellé par les institutions juives, la Préfecture des Hauts-de-Seine a réagi par un communiqué avec les termes suivants: «Dans le cadre d’une politique générale de lutte contre la délinquance, un tel courrier est adressé aux fermes pédagogiques chaque année depuis 2013. La sûreté départementale avait enquêté cette année là sur une affaire de vol de bétail qui s’était produit dans la période précédant les fêtes de l’Aïd.»

Ainsi si des vols de dindes ou de chapons ont lieu à l’approche des fêtes de Noël et du jour de l’an, c’est du côté des chrétiens nécessiteux qu’il faudra aller inspecter !

Drôle d’approche communautariste du code pénal par la préfecture des Hauts-de-Seine !

Ainsi, encore une fois, un fait divers permet à une institution étatique de jeter l’opprobre sur des communautés !

Mais plus étrange encore, ledit communiqué rappelle «une affaire de vol de bétail qui s’était produit dans la période précédant les fêtes de l’Aïd.»

Or, on ne voit pas où est le délit de vol de poules et encore moins en quoi les juifs doivent être impliqués dans cette scabreuse affaire.

D’autant plus incompréhensible que l’abattage rituel juif est strictement réglementé et ne peut être effectué que par une personne formée à cette fin. Et, donc, que tout abattage clandestin dans le rituel juif est impossible !!!

Alors même que le discrédit porté sur la communauté musulmane toute entière est infamant et cela même si certains larcins ont pu être commis par des musulmans à l’occasion des fêtes de l’Aïd, on ne voit vraiment pas en quoi les juifs seraient concernés par cette fâcheuse affaire !

Est-ce que ceux qui sautent comme des cabris en criant jour après jour : «Pas d’amalgame, pas d’amalgame» seraient en train de tomber dans les affres de l’amalgame le plus sordide ?

Se sentiraient-ils obligés d’incriminer les Juifs dans la mesure où ils mettent en cause des musulmans ? Est-ce que l’incrimination de l’un sans incriminer l’autre serait impossible ?

Serions-nous en train de sombrer ? Et après l’antisémitisme déluré d’individus «psychiatriquement dérangés» et d’autres «socialement perturbés», devrions-nous connaître un antisémitisme d’État qui ne dit pas son nom?

Après le silence coupable dans l’Affaire Sarah Halimi, cette affaire détestable de «poules volatiles» signerait-elle le début détestable d’un cycle infernal où «le juif serait coupable» tout simplement parce qu’il ne peut plus être «le seul innocent» !

Que font-ils donc ? Sont-ils devenus fous ? Qu’ont-ils fait de notre France ?

Mais la France est magnanime, disons lui donc : «Ma chère France, pardonne-leur, parce qu’ils ne savent plus ce qu’ils font !»

Mais, Nous, nous ne pouvons pardonner sans excuses ! Nous demandons donc solennellement des excuses à Monsieur Patrick  Drouet et au Ministère de l’Intérieur !

L’instillation continue de ces pensées nauséabondes et la perméabilité à l’antisémitisme dans toutes les strates de la société française nécessite au moins ça !

 

Richard C. ABITBOL

Président

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais