Laïcité : de l'Etoile de Noël à l'endive de Noël ?

Home»A LA UNE»Laïcité : de l’Etoile de Noël à l’endive de Noël ?
Laïcité : de l'Etoile de Noël à l'endive de Noël ?
Les animaux de «L’Étoile de Noël». (©Sony Pictures) – Crédits photo : 178588491/cherokeerose – stock.adobe.com

FIGAROVOX/TRIBUNE – Alors que les élèves de Langon ne connaîtront pas la fin du film L’Etoile de Noël, les polémiques au nom de laïcité se multiplient en cette fin d’année. Laurent Gayard analyse la spécificité culturelle de Noël et les passions qu’elle suscite.


Laurent Gayard est enseignant, il est chroniqueur à la Revue des Deux Mondes, à la Revue Phébé, au Magazine Causeur et à la Revue Conflits. Il publie ce mois-ci Géopolitique du Darknet. Nouvelles frontières et nouveaux usages du numérique, ISTE Editions.


Le 13 décembre, deux enseignantes emmènent leurs 83 élèves visionner le dernier dessin animé produit par Sony Pictures et réalisé par Timothy Reckart, L’Etoile de Noël, au cinéma de Langon, en Gironde. Soudain, en pleine séance, les deux enseignantes, pétrifiées d’horreur, réalisent que le film qui, rappelons-le, s’intitule L’ETOILE DE NOËL, évoque l’épisode de la Nativité en narrant l’histoire d’un gentil petit âne qui va se joindre à ses copains les animaux et aux rois mages pour aller saluer le petit Jésus dans son étable. On nage en effet en pleine pornographie mystique. Conscientes que le film heurte frontalement les principes de la laïcité, expose leurs élèves à une odieuse propagande christiano-centrée et menace les fondements de la civilisation telle que nous la connaissons, les deux enseignantes décident d’interrompre immédiatement la séance et de fuir ce lieu de perdition, sous le regard désolé du gérant de la salle de cinéma se confondant en excuses et promettant remboursement et intérêts pour cet affront aux bonnes mœurs totalement indépendant de sa volonté.

Encore sous le choc, les enseignantes ont confié s’être aperçues au cours de la séance «qu’il y avait un problème de thématique et qu’il ne correspondait pas au choix qu’elles avaient fait.» Il est vrai que le titre comme l’affiche du film, particulièrement cryptiques, ne laissaient rien deviner de son contenu et qu’il a peut-être semblé accessoire de se renseigner un peu plus sur le film que les élèves allaient voir. A ce compte-là, on peut aussi bien piocher au hasard et coller sans faire exprès des écoliers devant Saló ou les cent vingt journées de Sodome pour s’apercevoir au milieu de la séance qu’il y a «un petit problème de thématique». Cela dit, c’est vrai que Pier Paolo Pasolini ne parle pas du tout de la Nativité dans Saló, ça serait donc peut-être passé comme une lettre à la poste.

Il paraît qu’il est devenu fort soupçonnable d’adresser un « Joyeux Noël ! » enjoué à ceux que l’on croise.

Il y a des jours où la découverte de l’actualité vous fait ressentir concrètement ce sentiment étrange que Freud baptisait l’unheimlich, l’ «inquiétante étrangeté», cette impression déroutante que le quotidien que vous retrouvez au matin n’est plus le même que celui que vous croyiez avoir abandonné avec sérénité le soir d’avant. La société est-elle devenue folle ou est-ce simplement vous qui prenez enfin conscience que vous êtes bon pour les urgences psychiatriques? Il paraît que durant les quelques jours qui ont entouré Noël, il est devenu fort soupçonnable d’adresser un «Joyeux Noël!» enjoué à ceux que l’on croise. J’en étais resté à Antoine Griezmann se faisant traiter de raciste parce qu’il se déguise en basketteur noir membre de son équipe favorite et à Miss France 2018 se faisant taxer de néo-colonialiste parce qu’elle a osé taxer la chevelure de celle qui l’avait précédé en 2017 de «crinière de lionne» et voilà que j’apprends qu’en bon ravi de la crèche, parfaitement ignorant des sujets et débats en cours, j’ai, pendant au moins deux jours, gravement insulté et discriminé mes contemporains et mis en péril le vivre-ensemble en adressant un «Joyeux Noël!» funeste au boulanger, au boucher ou au conducteur du bus. Et pour en rajouter dans l’obscène, comme je n’ai strictement rien à faire de l’écriture inclusive et que cela me fatigue de faire bégayer la langue, je refuse catégoriquement d’ajouter une terminaison féminine aux trois professions que je viens de citer, aggravant irrémédiablement mon cas.

Les partisans de la laïcité semblent parfois sur le point de réinstaurer le culte roberspierriste de l’Etre Suprême.

La laïcité est en France une thématique sensible et cela ne date pas d’hier. Déjà, au début du XXe siècle, les socialistes allemands se désespéraient que, pour leurs coreligionnaires français, l’anticléricalisme soit devenu une obsession plus essentielle que le culte de la lutte des classes. «Qu’ont donc les socialistes français à se jeter dans l’anticléricalisme vulgaire?» , fulminaient en 1902 nos voisins germains. D’autant que l’un des chefs de file du socialisme allemand, Karl Kautsky, ne partageait pas vraiment la répugnance de ses collègues français vis-à-vis du christianisme, auquel il reconnaissait quelques vertus bien socialistes: «mais quoi qu’il en soit, la tendance à supprimer les antagonismes de classes se concilie fort bien avec la doctrine chrétienne des évangiles. On peut se considérer comme un excellent chrétien, et cependant prendre la part la plus ardente à la lutte des classes.» Qu’importe. En France on ne l’entendait pas de cette oreille et quelles que soient les exigences de la lutte des classes, la laïcité figurait au premier rang des combats du siècle. S’exprimant le 30 juillet 1904 à Castres sur les liens entre République et religion, Jaurès proclamait: «Dans aucun des actes de la vie civile, politique ou sociale, la démocratie ne fait intervenir, légalement, la question religieuse. Elle respecte, elle assure l’entière et nécessaire liberté de toutes les consciences, de toutes les croyances, de tous les cultes, mais elle ne fait d’aucun dogme la règle et le fondement de la vie sociale.» Devenue un principe directeur à partir de la loi de 1905, la laïcité a traversé bien des combats pour se figer elle-même, à l’aube du XXIe siècle, en un dogme étrange dont les partisans semblent parfois sur le point de réinstaurer le culte roberspierriste de l’Etre Suprême et sont plus attentifs que pour toute autre religion aux empiétements du catholicisme.

Ces polémiques dévoilent une sorte de réflexe conditionné, méconnaissent même l’idée jaurésienne de laïcité basée sur l’égalité des conditions dans le cadre républicain.

Kautsky n’avait pas tort en 1902 de parler d’une obsession française. C’en est une plus que jamais et le retour du religieux en ce début de XXIe siècle, dans un contexte de terrorisme islamiste, fige et exacerbe les postures militantes jusqu’à l’absurde dans des réflexes qui sont tout autant d’ordre psychologique que politique. La réaction de panique et la polémique au sujet de L’Etoile de Noël ou la polémique autour du «Joyeux Noël!», auquel il faudrait préférer «Bonnes fêtes!», dévoilent une sorte de réflexe conditionné, militant, irrationnel et pavlovien, méconnaissent même l’idée jaurésienne de laïcité basée sur l’égalité des conditions dans le cadre républicain, plutôt que sur l’oblitération complète des marques de sensibilité religieuse jusque dans le langage ou la culture.

Noël est le symbole par excellence d’une spécificité culturelle cristallisant les passions politiques.

Si l’on veut pousser jusqu’à l’absurde cette définition extrême de la laïcité, on pourra s’inspirer d’un épisode d’un autre dessin animé américain que les deux enseignantes girondines auraient pu montrer à leurs élèves. Dans un épisode dédié à Noël, les créateurs de la série South Park, Matt Stone et Trey Parker, imaginent que le spectacle de Noël de l’école de la petite bourgade de South Park est vivement critiqué par différentes communautés de la ville en raison de l’affichage de symboles trop discriminants pour diverses raisons: Jésus, sapin, bœuf, étoile de Noël et même le Père Noël, considéré comme un symbole de l’hétéropatriarcat sexiste. Pour finir, à force de revendications, le spectacle épuré à l’extrême finit par ressembler à une performance d’art contemporain: les enfants de l’école, en collant gris intégral, exécutent des arabesques abstraites sur du Philip Glass et les parents se plaignent du fait qu’ils n’ont jamais assisté à un spectacle aussi ennuyeux. L’épisode a été diffusé il y a quelques années déjà mais il avait parfaitement saisi le caractère extraordinairement subversif de Noël, symbole par excellence d’une spécificité culturelle cristallisant les passions politiques.

Il y a quelques jours, dans la nuit du 24 au 25 décembre, un acte de malveillance frappant la crèche de Viverols dans le Puy-de-Dôme, est venu rappeler l’importance de Noël dans l’imaginaire politique et militant: le petit Jésus a été volé dans la crèche et remplacé par une endive accompagnée d’un message dénonçant la politique européenne de contrôle des migrants. L’auteur du méfait a peut-être voulu suggérer par là autre chose et proposer un remède radical à nos polémiques de fin d’année: on n’emmènera plus désormais les écoliers voir que L’Endive de Noël et l’on ne s’adressera plus nos vœux que par la formule «Bonne endive!» en lieu et place de «Joyeux Noël!» Avec un peu de Philip Glass pour remplacer les cantiques et des Pères/Mères Noël en collant gris pour ne choquer personne ça devrait contenter tout le monde et nous promettre de jouir d’un vivre-ensemble aussi ennuyeux et sinistre que consensuel. Sur ce, je me permets de souhaiter à tous les lecteurs de cet article, une bonne endive de fin d’année.

 

 

 

Source: Laïcité : de l’Etoile de Noël à l’endive de Noël ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais