La présidence du groupe LREM aiguise les appétits

Home»A LA UNE»La présidence du groupe LREM aiguise les appétits
La présidence du groupe LREM aiguise les appétits
François de Rugy, Aurore Bergé, Christophe Castaner et Patrice Anato seront départagés lors des journées parlementaires de LREM, prévues les 10 et 11 septembre à Amiens. François BOUCHON / Jean-Christophe MARMARA / Sébastien SORIANO / AFP / CHARLY TRIBALLEAU

Le fauteuil de président du groupe parlementaire occupé jusqu’ici par Gilles Le Gendre suscite la convoitise de poids lourds de la majorité.

«Cela va se jouer avec les tripes et les poings». Au cœur de l’été, les rangs de l’Hémicycle ont beau s’être peu à peu vidés, en coulisses, la succession de Gilles Le Gendre, président du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale depuis septembre 2018, aiguise les appétits. Très critiqué ces derniers mois, le député de Paris a annoncé qu’il rendrait son fauteuil dans un courrier du 16 juillet adressé à la majorité, soulignant qu’un «changement de président est nécessaire pour insuffler [un] nouvel élan». Ils sont quatre (pour l’instant) à entendre incarner le «nouveau chemin» d’Emmanuel Macron.

À LIRE AUSSI : Assemblée: la bataille pour la présidence du groupe LREM est lancée

François de Rugy (Loire-Atlantique) a donné le top départ de la course en dégainant sa candidature le jour même de l’annonce de Gilles Le Gendre, suivi de près par Christophe Castaner (Alpes-de-Haute-Provence), qui a envoyé une lettre aux députés de la majorité vendredi dernier, puis Aurore Bergé (Yvelines) qui l’a imité le lendemain. Plus confidentiel, le député de Seine-Saint-Denis, Patrice Anato, a lui aussi annoncé sa volonté de succéder à Gilles Le Gendre pour «rassembler toutes les sensibilités». Il leur reste désormais peu de temps pour convaincre… L’élection de son successeur aura lieu lors des journées parlementaires de LREM, prévues les 10 et 11 septembre, à Amiens.

Si j’ai choisi de quitter la droite, ce n’est pas pour que les idées de la droite conservatrice l’emportent !Aurore Bergé, candidate à la présidence du groupe LREM à l’Assemblée nationale

Un calendrier dicté par Gilles Le Gendre qui ne satisfait pas François de Rugy. L’ancien président de l’Assemblée aurait préféré que tout soit réglé avant l’été. D’où sa candidature immédiate, dans laquelle certains ont vu de «l’indécence»«Ce sont des gens qui ne veulent pas parler du fond», s’agace au Figaro François de Rugy, qui ne cache en rien que l’idée de prendre la tête du groupe «remonte à loin». Il déplore aussi la règle instaurée par le bureau du groupe le 24 juillet, selon laquelle tout candidat déclaré doit renoncer à ses fonctions électives. Une «petite manœuvre» qui obère la volonté de certains à se présenterselon RugyYaël Braun-Pivet, la présidente de la commission des lois, en a notamment fait les frais alors que ses partisans faisaient déjà sa campagne.

D’autant qu’au sein de la majorité, «on entend beaucoup de “il faut une femme présidente”», concède Patrice Anato. Aurore Bergé a donc sauté sur l’occasion, elle qui ambitionnait jusqu’au dernier moment un secrétariat d’État à l’Audiovisuel. Dans un texte envoyé samedi, l’ancienne juppéiste propose à la majorité d’emprunter son «propre chemin» et justifie son parcours politique face à une majorité portée sur le centre gauche. «Si j’ai choisi de quitter la droite, ce n’est pas pour que les idées de la droite conservatrice l’emportent!», écrit-elle. «Aurore Bergé incarne l’ouverture. C’est quelqu’un de nouveau. Je suis plutôt de gauche, son parcours ne me pose aucun problème», prêche en néoconverti le député Olivier Damaisin (Lot-et-Garonne). «Elle ne lâche rien», ajoute-t-il.

«Un plan B»

L’un de ses concurrents voit plutôt dans sa candidature l’expression de son opportunisme. «Pour Bergé et Castaner, la présidence du groupe est un plan B», griffe-t-il. «Il faut connaître le groupe et en avoir envie. Sinon il faut faire autre chose», rétorque un peu chafouine Aurore Bergé, qui voit en cette élection le «dernier moment de ressaisissement collectif pour notre groupe».

«J’ai envie d’être candidat à la présidence de notre groupe» a fait aussi savoir Christophe Castaner dans un message lapidaire, ajoutant vouloir «renouer pleinement à l’Assemblée, avec cet esprit de conquête né pendant la campagne». «Castaner connaît bien la maison, mais cela fait trois ans qu’il n’y est plus dans cette maison», raille Damaisin.

Il faudra que le nouveau président de groupe travaille étroitement avec le premier ministre, Jean Castex, dans une logique de combat, pour la réélection d’Emmanuel MacronBruno Bonnell, député du Rhône

Ancien député socialiste, Castaner n’a jamais siégé sous le quinquennat d’Emmanuel Macron. L’ex-ministre de l’Intérieur a ajouté qu’il souhaitait renouveler Marie Lebec en tant que première vice-présidente, un rôle qu’elle assume déjà auprès de Gilles Le Gendre. «Castaner n’a pas beaucoup d’ancrages dans le groupe. Se présenter avec Marie Lebec, c’est une façon de se mettre dans les pas de Le Gendre», analyse l’un de ses concurrents. L’intéressé préfère la jouer fédérateur. «C’est une élection interne au groupe. Elle se prépare et se fait avec les députés. Dans un lien direct, pas par presse interposée

Un autre facteur sera le catalyseur de l’élection, selon Bruno Bonnell. «Il faudra que le nouveau président de groupe travaille étroitement avec le premier ministre, Jean Castex, dans une logique de combat, pour la réélection d’Emmanuel Macron», insiste le député du Rhône. Au milieu des grillons, sa langue fourche un instant, et le combiné crache: «Castanex».


La rédaction vous conseille


Source:© La présidence du groupe LREM aiguise les appétits

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais