La mégalocratie

Home»A LA UNE»La mégalocratie

Maxime Tandonnet –

La mégalocratie

La mégalocratie

Qualifier
le régime politique français de dictature est une aberration. Les
opposants politiques ne sont pas assassinés ni emprisonnés, un espace de
liberté d’information et de réflexion est préservé (FigaroVox, Atlantico, Marianne, Valeurs actuelles),
le droit de manifester et de se réunir est une réalité. Quelques
intellectuels s’expriment avec virulence sans être persécutés. Parler de
dictature, au sens des dictatures du XXe siècle, est pure imbécillité.

Affirmer que la France est une démocratie est tout aussi absurde. Le
soi disant « pouvoir du peuple » est de fait soigneusement canalisé,
comme les élections nationales de 2017 l’ont montré. De fait, grosso modo,
le sauveur providentiel, élyséen, est pressenti par le pouvoir
médiatique qui s’entiche d’un personnage, le valorise et lui ouvre ses
émissions et ses studios plus qu’à d’autres, modèle son image dans
l’opinion, fabrique ainsi le président dont l’élection conditionne par
la suite, automatiquement, les législatives.

Ni dictature, ni démocratie, le régime politique français est d’un genre nouveau: la mégalocratie.
Le pouvoir politique se concentre tout entier dans l’image médiatique
d’un personnage, absorbant à elle seule l’essentiel de toutes les
sources traditionnelle de la puissance publique: gouvernement,
parlement, administration, collectivités… L’exercice de l’autorité
politique consiste, non plus à mobiliser, à décider, à choisir, à fixer
un cap, mais à incarner, c’est-à-dire à paraître, à communiquer, à
rayonner, focaliser l’attention, à n’importe quel prix. L’omni-présence
médiatique du visage élyséen n’a donc rien de fortuit ou d’accidentel:
elle est l’essence même d’un système.

Le phénomène traduit l’idéologie du monde occidental, telle qu’elle
s’est développée depuis la « chute du Mur », en 1989. Il donne le
sentiment d’accomplir la prophétie de Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme:
les marchés doivent imposer leur suprématie par-delà les frontières,
l’uniformisation des cultures, des nations et des Etats sur le modèle
occidental et l’émergence du dernier homme, l’individu-roi, sans racine
et sans culture. Dès lors, dans cette optique, le politique, au sens du
choix d’un destin par les peuples perd l’essentiel de sa raison d’être.
Il devient avant tout une affaire de maniement des émotions collectives,
des chimères, de manipulation de la foule médiatique. La mission de
l’occupant de l’Elysée, dans cette logique, est d’incarner au mieux ce
dernier homme.

La mégalocratie a des avantages et des inconvénients.

Elle tend à enfermer le pays dans une bulle de rêve autour d’une
légende, d’un personnage héroïque, et ainsi apaiser ses angoisses ou ses
souffrances. Tel est le sens de la mythologie du combat entre le bien progressiste et la peste nationaliste. A cet égard, elle a besoin pour se maintenir de l’ennemi « d’extrême droite » qui fait partie de son essence même, à la source de sa légitimité. Comme le bien n’existe que par le mal, « En Marche » se nourrit du lepénisme au niveau national, de sa contre-présence médiatique, et des régimes dits populistes
sur le plan international qui lui servent de faire-valoir (nonobstant
la réalité des persécutions – la Chine ou l’Arabie Saoudite ne figurent
pas au rang de ses bêtes noires)

Mais les dégâts de ce système sont aussi considérables. Le culte de
l’image élyséenne devient la fin en soi du système politique, au
détriment du bien commun. La réélection est son principal horizon. Le
régime repose  sur une formidable mystification: derrière le voile de la
propagande sur la « transformation de la France« , une
transformation largement illusoire, les difficultés et les drames
potentiels s’accumulent sans que la moindre esquisse de réponse ne leur
soit apportée: dette publique, écrasement fiscal, déclin scolaire,
désindustrialisation, pauvreté, chômage, communautarisme, violence
quotidienne, migrations non maîtrisées…

Pire: la mégalocratie se développe sur la crédulité des
faiseurs d’opinion (experts, politistes…) l’anéantissement de l’esprit
critique. Elle déchire le pays, aggrave la fracture entre les élites
influentes ou dirigeantes qui globalement, jouent le jeu du conformisme,
et la majorité de la population sur laquelle la mystification ne prend
pas, ou inégalement: la majorité silencieuse est beaucoup plus lucide
que ne le pense la classe dirigeante. D’où l’impopularité structurelle
et le climat de révolte larvée, permanent, qui ronge le pays.
Aujourd’hui, la question essentielle n’est pas de changer de président
de la République en 2022. Beaucoup plus: il est de briser un système et
de restaurer la démocratie française.

Maxime TANDONNET

Source:© La mégalocratie

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais