Jérusalem, le billet d'humeur d'un réalisateur franco-israélien

Home»A LA UNE»Jérusalem, le billet d’humeur d’un réalisateur franco-israélien
Jérusalem, le billet d'humeur d'un réalisateur franco-israélien
Trump reconnaît Israël comme capitale de Jérusalem. – Crédits photo : REUTERS

FIGAROVOX/HUMEUR – Le réalisateur Pierre Rehov revient sur la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Il s’étonne de l’indignation internationale provoquée par cette décision.


Pierre Rehov est reporter, écrivain et réalisateur de documentaires sur les conflits du Proche Orient. Son dernier film Jérusalem Dévoilée retrace l’histoire de la ville trois fois sainte.


Suite à la décision du Président Trump d’exécuter la loi bi-partisane du congrès américain de 1995 qui reconnaît à Israël le droit de définir Jérusalem sa capitale et invite le département d’état à y transférer son ambassade, il fallait s’attendre aux révoltes d’une grande partie du monde musulman qui considère de son côté le Mont du Temple ( Haram Al Sharif ) comme son troisième lieux saint.

Il fallait également s’attendre aux réactions inquiètes de nombres de gouvernements, notamment européens, qui, tout en ayant établi des chancelleries à Jérusalem, et s’y rendant régulièrement ne serait-ce que pour rendre visite à leurs homologues israéliens, s’offusquent de ce changement de cap de l’administration américaine qui n’en est pas vraiment un. Clinton, Bush et Obama l’avaient promis. Trump a raison d’affirmer qu’il est le seul à avoir tenu cet engagement.

Ainsi que je l’écrivais dans Le Figaro en juin dernier, Jérusalem n’est pourtant devenue vraiment importante pour les Arabes de Palestine qu’après la reconquête de la vieille ville, y compris le Mont du Temple, en 1967.

Sous occupation jordanienne, ce secteur était totalement laissé à l’abandon, ainsi qu’en témoignent nombre de photos d’époque. Il est également à souligner que seuls les Musulmans avaient droit d’accès aux lieux saints des trois monothéismes jusqu’à leur reconquête par Israël.

Des voix s’élèvent maintenant qui voudraient faire croire que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’Etat Hébreu est désormais un obstacle au processus de paix.

Ce processus n’a, malheureusement, à ce jour, accouché que de violences, tant les dirigeants palestiniens ont l’impression que la menace et le recours à la terreur, tout en accusant Israël d’effet miroir, sont des moyens plus efficaces d’obtenir la reconnaissance internationale, qu’un retour à la table de négociations.

En Israël, nous le savons: ce processus, qui dure depuis vingt ans, a surtout fait des victimes des deux côtés. Car, pour parvenir à un accord, encore faudrait-il qu’Israël ait un authentique partenaire, qui ne se contente pas de crier à «l’occupation» dès qu’il lui est demandé la moindre concession. La réconciliation «attendue» entre l’Autorité Palestinienne et le Hamas, est également un sujet d’inquiétude tout autant que le refus de Mahmud Abbas de cesser de verser des salaires aux terroristes emprisonnés.

Israël devrait avoir les mêmes droits, y compris celui de définir sa capitale à l’emplacement de son centre administratif et de se dessiner des frontières défendables.

Il faut parfois le rappeler: Israël a beau être le pays des Juifs, c’est un pays comme les autres, qui devrait avoir les mêmes droits, y compris celui de définir sa capitale à l’emplacement de son centre administratif et de se dessiner des frontières défendables. Le droit, aussi, de ne pas être systématiquement calomnié et condamné par les Nations Unies, par le truchement d’agendas qu’il est le seul à subir.

Comment, par exemple, l’UNESCO, a-t-elle pu arracher au peuple Juif tout attachement à sa ville sainte, en déclarant Jérusalem ville occupée et en renommant le Mont du Temple «Haram al sharif»? Personne n’avait cru bon intervenir entre 1948 et 1967, lorsque la quasi-totalité des synagogues et des cimetières juifs de Jérusalem étaient détruits par l’occupant jordanien.

Il faut également se révolter contre une réécriture de l’histoire, qui a conduit, par exemple, récemment, les Arabes de Palestine à exiger de l’Angleterre qu’elle renie la déclaration Balfour.

Car l’on pourrait reprocher à Lord Balfour d’avoir promis au peuple Juif la création d’un Foyer National sur cette terre à l’abandon, aride et sans avenir qu’était la Palestine, après la victoire des démocraties occidentales contre l’Empire Ottoman, mais le principal crime de l’Angleterre ne serait-il pas plutôt d’avoir édicté en 1939 le «Livre Blanc» qui y autorisait une immigration arabe massive tout en limitant celle des Juifs?

Petite parenthèse, ce «Livre Blanc» qui participa passivement à l’extermination des Juifs d’Europe en les empêchant de trouver refuge en Palestine mandataire, était signé Neville Chamberlain. Ce même Chamberlain qui, en compagnie de Daladier, avait cru apaiser Hitler en lui abandonnant la Tchécoslovaquie en 1938.

Je voudrais, un instant, faire appel à des témoins de renom, qui ont décrit en leur temps cette région et qui, par leurs écrits, effacent la mythologie d’une Palestine anciennement peuplée, dans laquelle les religions vivaient en harmonie.

· Mark Twain, Les innocents, 1867

«La désolation présente est telle que l’imagination la plus fertile ne pourrait gratifier ce paysage d’un semblant de vie ou de mouvement. Nous n’avons pas vu un seul être humain sur notre trajet. À peine ça et là un arbre ou un caroubier. Même l’olivier et le cactus, derniers amis des sols pauvres, semblent avoir déserté ce pays. Aucun peuple ne l’a considérée comme sa terre, son pays. Elle n’est plus qu’une province lointaine, pauvre et perdue, livrée à des nomades. Les forêts ont disparu, les villes tombent en ruine et pendant des siècles pas une ville nouvelle n’y sera construite.»

· Chateaubriand, Voyage en Orient, 1811

«Tandis que Jérusalem sort ainsi du désert, brillante de clarté, jetez les yeux entre la montagne de Sion et le Temple; voyez cet autre petit peuple ( les Juifs ) qui vit séparé du reste des habitants de la cité. Épris, il baisse la tête sans se plaindre; il souffre toutes les avanies sans demander justice; il se laisse accabler de coups sans soupirer; on lui demande sa tête: il la présente au cimeterre.»

Lorsque Federica Mogherini et certains gouvernements affirment qu’il faudrait maintenant reconnaître Jérusalem comme capitale de la Palestine, sur quel fondement juridique et historique le font-ils? La sélection de certaines résolutions de l’ONU suffirait-elle, quand le péché originel n’est autre que le rejet par tous les pays arabes de la décision 181 déclarant la partition de la Palestine mandataire et accordant de facto un état au peuple Juif?

Loin de moi, pour autant, d’affirmer que les Arabes de Palestine n’ont aucun droit sur cette terre. Le propos de ce billet est à l’opposé de ce que mes détracteurs voudront me faire dire. Car, pour citer Einstein, repris d’une certaine manière par la Président Trump dans son annonce du 6 décembre: «La folie c’est de toujours faire la même chose en espérant obtenir des résultants différents».

Or, qu’ont fait l’Europe et les présidents américains successifs jusqu’à l’élection de Donald Trump concernant le Moyen Orient?

Trop de dirigeants occidentaux croient bon de jouer l’apaisement en affirmant leur amitié à Israël, tout en évitant les sujets qui fâchent.

Sachant parfaitement qu’une grande partie du monde arabe n’est pas prête à reconnaître l’existence de ce que nombre de pays musulmans, notamment l’Iran, continuent d’appeler «l’entité sioniste», trop de dirigeants occidentaux croient bon de jouer l’apaisement en affirmant leur amitié à Israël, tout en évitant les sujets qui fâchent.

N’était-il pas temps de mettre quelque barrière à cette déliquescence politiquement correcte et d’affirmer des vérités? Ceux qui ont écouté attentivement le discours de Trump, y ont trouvé, contrairement aux déformations qu’il a automatiquement entrainé, une maturité et un réalisme encourageant pour le processus de paix.

Jérusalem est la capitale d’Israël. Elle l’est car Israël n’a pas établi son centre administratif dans la partie est, mais bien du côté occidental de la ville qui, à terme, quelle que soit l’issue des négociations avec l’Autorité Palestinienne, restera partie intégrante du pays. Mais la porte est-elle pour autant fermée à la création d’une Palestine autonome et paisible, avec l’aide de la communauté internationale?

N’était-il pas temps de se souvenir qu’Israël était victime au quotidien d’attentats terroristes depuis sa renaissance, bien avant que l’état Juif ne soit accusé d’occupation? Cette «occupation» qui sert désormais de prétexte aux pires actes criminels, comme l’assassinat d’enfants et de jeunes filles dans leur sommeil, ou le lancement de roquettes visant délibérément les populations civiles par des organisations terroristes reconnues comme telles par l’Europe et les Américains?

N’était-il pas temps, en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, de dire au monde arabe et musulman qu’il faut apprendre à partager, que le nombre ne peut changer l’Histoire, et, pour citer Benjamin Netanyahu, devant les ministres des affaires étrangères européens, que l’on ne «peut construire la paix sur des mensonges»?

N’était-il pas temps d’expliquer, sinon imposer à Mahmud Abbas qu’il ne peut continuer d’affirmer que Jérusalem est la capitale éternelle de la Palestine, alors qu’elle ne l’a jamais été, puisque la Palestine n’a jamais été un état ou un pays?

La déflagration consécutive à l’annonce pourtant prévue et attendue de Donald Trump a permis de passer quasiment sous silence une initiative pourtant encourageante de l’Arabie Saoudite et des Etats-Unis en matière de paix régionale.

Selon le New York Times et plusieurs sources sérieuses, le prince Mohammed Bin Salman aurait invité Mahmud Abbas à accepter une Palestine démilitarisée dans les zones A et B – qui sont déjà totalement sous son contrôle – et Gaza, avec Abu Dis pour capitale (il s’agit d’une banlieue peuplée de Jérusalem) plus quelques échanges territoriaux correspondant aux réalités démographiques du terrain et l’attribution par l’Egypte d’un vaste territoire dans le nord du Sinaï, destiné à accueillir les descendants de réfugiés maintenus depuis trop longtemps dans des camps, au Liban, en Syrie et en Jordanie.

L’Arabie Saoudite et les Etats-Unis semblent prendre en compte les besoins sécuritaires d’Israël tout autant que la nécessité d’aider les Palestiniens à développer une économie indépendante.

Il s’agit d’un plan réaliste, qui permettrait enfin aux deux aspirations nationales d’aboutir sans se chevaucher et par là même d’atténuer les tensions régionales. Le prince Bin Salman aurait même indiqué à Abbas qu’il devrait accepter ou céder la place à un dirigeant plus pragmatique.

Avec cette initiative plus réaliste qu’idéologique, l’Arabie Saoudite et le nouveau gouvernement américain semblent prendre en compte les besoins sécuritaires d’Israël tout autant que la nécessité d’aider les Palestiniens à développer une économie indépendante dans des territoires gérables. Le réalisme de terrain n’est-il pas la première qualité qui ait manqué à toutes les initiatives précédentes?

En attendant, oui, la rue arabe est en pleine révolte. Gaza a déjà envoyé quelques roquettes sur Israël, qui a répliqué par des tirs de tanks et des bombardements ciblés, et l’armée a repoussé plusieurs manifestations violentes faisant, hélas, des morts et des blessés.

Mais est-il vraiment bon, à long terme, de céder au chantage par souci d’apaisement?

Il faudra donc attendre que le pragmatisme et le réalisme de la nouvelle administration américaine fassent tache d’huile, car il y a bien d’autres problèmes, éminemment plus urgents, à résoudre au Moyen Orient, que le statut de Jérusalem. Même si certains s’en servent comme prétexte pour échapper à la réalité ou pour pousser leur agenda politique.

 

 

Source: ©Jérusalem, le billet d’humeur d’un réalisateur franco-israélien

One Response to "Jérusalem, le billet d’humeur d’un réalisateur franco-israélien"

  1. Hann Burt   30 décembre 2017 at 10 h 43 min

    Pierre Rehov a le mérite de décoder minutieusement les causes et les effets de la question du conflit Israël-Palestine laquelle assombrie tristement les relations internationales et ne semble pas se diriger aujourd’hui, vers une solution honnête, force est de constater que des lacunes et une compréhension claire des intentions réelles des palestiniens lui fait défaut . Il faut relire les discours de Yasser Arafat et de ses successeurs et ne rien nier de leurs projets. 1) Israël a beau tenter d’imaginer des plans réalistes en faveur des palestiniens, ces derniers les ont toujours rejetés. Souvenons-nous de la fameuse phrase d’Abba Eben “les palestiniens ratent toujours l’occasion de rater une occasion”. 2) Israël est un territoire minuscule et il n’y a pas place pour tasser une population arabe dans ses parties liliputiennes.3) Un Etat de Palestine aux cotés d’un Etat d’Israël, poserait d’énormes problèmes de coexistence pacifique entre les deux populations. Monsieur Rehov ne connaît pas ou peu l’âme revancharde arabo-palestinienne. C’est un enfer permanent qui y sera installé et personne ne viendra- soulager Israël de ses nouvelles douleurs -ne pas oublier la tragédie de l’extermination de six millions de juifs pendant la deuxième guerre mondiale- sans aucun bras de secours international, nonobstant les fumeux discours promettant la paix mondiale. 4) Un Etat de Palestine exigera tôt ou tard la constitution d’une armée autonome qui s’ajoutera aux autres armées ennemies environnantes. 5) l’Histoire récente montre que la fiabilité des accords signés entre les palestiniens et Israël ne vaut pas grand chose. Demain, l’Iran ou la Turquie, ou d’autres puissances voisines se mêlerons de ces accords et tout rebasculera vers la situation antérieure, voire pire ! Il faut raison garder, et ne jamais, jamais abandonner de vue le point 4). Si on aime Israël, comme on aime sa famille, il faut songer à son avenir, à renforcer son présent de sorte que cet avenir soit sans risques. Pas d’Etat Palestinien, à la place d’Israël. C’est plus qu’une justice, c’est un droit !

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais