Ivan Rioufol : «Macron n’a pas de leçons à donner» 

Home»A LA UNE»Ivan Rioufol : «Macron n’a pas de leçons à donner» 

Ivan Rioufol : «Macron n’a pas de leçons à donner» 

CHRONIQUE – Le procès en populisme fait par le président français contre ceux qui n’adhèrent pas à son progressisme (Poutine, Trump, Johnson, Salvini…) est affaibli par sa propre pente illibérale.

Emmanuel Macron appelle les Français à se «réconcilier». Il veut aussi rapprocher l’Europe de Vladimir Poutine. Le président l’a reçu lundi au fort de Brégançon
(Var) avant le sommet du G7, ce week-end à Biarritz. Mais ces louables
intentions commencent mal. La grande plage de Biarritz sera vidée de ses
aoûtiens, dès ce vendredi, pour laisser place à l’entre-soi des
puissants, Russie exclue. La station balnéaire plus Bayonne et Anglet
vont devenir des villes closes et surprotégées
de possibles groupes violents. La fracture entre la société civile et
le monde politique, cette séparation qui structure les démocraties
malades, sera aussi visible qu’une pleine lune, du 23 au 26 août, dans
cette partie du pays Basque sur le qui-vive. La logique qui a conduit le
pouvoir à nationaliser ponctuellement un territoire, sans considération
pour les estivants, fait douter des capacités de la macronie à
respecter la vie des gens. La révolte des «gilets jaunes», citoyens
maltraités, ne semble pas avoir été comprise de ceux d’en haut.

» LIRE AUSSI – Comment Vladimir Poutine joue sur les faiblesses de l’Europe

Pour sa part, Poutine a eu beau jeu de rappeler devant la presse que
les reproches sur les répressions d’opposants ne pouvaient faire oublier
celles, plus rudes, contre les «gilets jaunes». En fait, le procès en
populisme fait par Macron contre ceux qui n’adhèrent pas à son
progressisme est affaibli par sa propre pente illibérale. Sa chasse aux
«fake news» produit des lois qui contrôlent des opinions, quitte à les
censurer. L’indépendance de la justice est un décor qui cache la
soumission du parquet à l’exécutif. En octobre 2018, le président avait
récusé, contre l’usage, trois candidats au poste de procureur de la
République de Paris. Il a été établi, cet été, que le procureur de Nice,
Jean-Michel Prêtre, avait menti sur les circonstances d’une blessure de
Geneviève Legay, «gilet jaune» bousculée par la police. Le magistrat
avait voulu éviter, comme allant de soi, des «divergences trop
importantes» avec la version présidentielle. Macron, soutenu par son
parti quasi unique, devrait éviter de faire la leçon aux autres.

Ce ne sont pas tant les Français qui
doivent se réconcilier entre eux, comme le souhaite Macron. C’est lui
qui doit répondre à la gravité de la crise de confiance qui s’installe
et s’aggrave

Ce sont les peuples renaissants qui écrivent l’histoire, à rebours
des utopies universalistes qui imposent le culte de la diversité à
l’Occident décadent. Ce mouvement réactif affole les idéologues du
laisser-fairisme et du métissage obligatoire. Dans cette résistance,
Poutine est en première ligne. Son expérience de la faillite du
communisme lui fait-elle percevoir des similitudes avec le destin du
«diversitisme»? Ce dogme postnational promet aussi le paradis sur terre,
à coups de trique s’il le faut. L’exclusion de la Russie du G8 en 2014, après l’annexion de la Crimée,
n’a fait que l’inciter à resserrer des liens détestables avec la Chine
totalitaire ou l’Iran des mollahs. En revanche, sa vision de la crise
existentielle que traversent les nations malmenées par la mondialisation
est de plus en plus partagée. Au cœur du G7, les dirigeants des
États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Italie se sont éloignés du
prêchi-prêcha sur l’accueil de l’Autre. Le parti des Affreux (Poutine,
Trump, Johnson, Salvini) pourrait bien faire des émules.

Ce ne sont pas tant les Français qui doivent se réconcilier entre
eux, comme le souhaite Macron. C’est lui qui doit répondre à la gravité
de la crise de confiance qui s’installe et s’aggrave. Le président a
raison quand il déclare dernièrement: «Je ne crois pas que (…) la colère
sincère d’une partie de la population soit derrière nous.» Mais,
imprégné par l’impératif mercantile du grand mélangisme, il ne voit pas
le trouble qu’il peut jeter auprès d’une opinion inquiète de l’envergure
de l’immigration quand il déclare, à l’occasion des 75 ans du
débarquement de l’armée d’Afrique en Provence: «La France a une part d’Afrique en elle.»
Il est heureux que Macron rende hommage aux 350.000 hommes qui ont
contribué à la libération du pays. Toutefois, son invitation lancée aux
Africains, qui ne formaient qu’une partie des troupes et qui ont obtenu
leur indépendance, à se sentir chez eux en France est une violence pour
des Français oubliés: ils disent être devenus étrangers dans leur pays, à
force de céder la place.

Le «diversitisme» à bout de souffle

«Tel philosophe aime les Tartares pour être dispensé d’aimer ses
voisins», s’agaçait Jean-Jacques Rousseau. Le camp du Bien,
pareillement, se croit exemplaire quand il s’ouvre à tous, au nom des
droits de l’homme. Mais il ne voit rien du malheur de ceux qu’il côtoie.
Ces délaissés restent en première ligne face à une «diversité» qui,
sous l’effet de masse, n’entend plus se fondre. Le 14 juillet, les
drapeaux algériens ont envahi les Champs-Élysées après une victoire en
football. S’agacer de telles démonstrations étrangères, que l’Algérie ne
tolérerait pas chez elle, vaut d’être soupçonné du pire. Personne ne
s’indigne non plus, chez les pseudo-démocrates, d’entendre l’Italien
Matteo Renzi, labellisé progressiste, assurer vouloir «empêcher le
retour aux urnes voulu par Salvini». Des dirigeants qui redoutent le
peuple avouent leur échec.

Le mur de Berlin s’est effondré sous
les faussetés du communisme. Un sort semblable attend le
« diversitisme » et son infernal vivre-ensemble

Une idéologie devient moribonde quand elle doit recourir à la peur,
au mensonge, à la désinformation pour survivre. Le mur de Berlin s’est
effondré sous les faussetés du communisme. Un sort semblable attend le
«diversitisme» et son infernal vivre-ensemble. Rabâcher, outre
l’apocalypse d’un Brexit dur, que seuls le réchauffement climatique et
l’extrême droite sont les vraies menaces revient à détourner les regards
sur le malaise identitaire des peuples affaiblis et la volonté de
conquête de l’islam suprémaciste (voir mon blog).
L’infantilisation du discours politique a même pris des allures
affolantes, le 23 juillet, avec l’invitation à l’Assemblée nationale du
gourou millénariste Greta Thunberg,
16 ans. Le Grand Réchauffement, cette vérité officielle, est une
aubaine pour occulter le processus de remplacement des populations,
cette constatation indicible.

Les idées neuves

Le «progressisme» produit des insultes. Mais il n’a plus d’idées
neuves. Son ode à la diversité a comme dessein paradoxal d’instaurer un
ordre mondial uniformisé. En revanche, c’est au cœur de
l’antimondialisme que s’élabore le nouvel humanisme, sensible à l’âme
des peuples et des nations plutôt qu’au tiroir-caisse et à l’homme
remplaçable. De ce conservatisme qu’il rejette, Macron a des leçons à
apprendre.


La rédaction vous conseille :

Ivan Rioufol : «Macron n’a pas de leçons à donner» 

Ivan Rioufol

Éditorialiste au Figaro

Source:© Ivan Rioufol : «Macron n’a pas de leçons à donner» 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais