Grève de la SNCF : un rythme parfait pour une désorganisation maximale

Home»A LA UNE»Grève de la SNCF : un rythme parfait pour une désorganisation maximale

Grève de la SNCF : un rythme parfait pour une désorganisation maximale

ANALYSE – Alors que la SNCF s’est toujours organisée pour faire face à des grèves reconductibles, cette fois-ci, les syndicats ont imaginé un scénario pour rendre la situation ingérable, tout en étant le plus indolore pour les cheminots.

Une grève à temps partiel, deux jours sur cinq. Trente-six jours d’arrêt de travail programmés, jusqu’au 28 juin. Jamais les syndicats de cheminots n’avaient imposé pareil calendrier pour manifester leur mécontentement. Objectif de cette grève marathon inédite: désorganiser le plus possible la circulation des trains et faire plier le gouvernement sur la réforme du rail prévoyant notamment qu’on n’embauche plus de cheminots au statut. Un casus belli pour les syndicats.

» LIRE AUSSI – EN DIRECT – Grève SNCF – Suivez la journée dans les transports ce mardi 3 avril

Pour la SNCF, assurer le roulement des équipes et la gestion du matériel roulant face à une grève qui n’en finit pas de recommencer est un casse-tête. Elle s’est toujours organisée pour faire face à des grèves reconductibles. Même dures, elles sont plus faciles à gérer. En général, il lui faut une journée pour faire repartir la circulation normalement, et remettre les trains et les équipes au bon endroit. Cette fois-ci, les syndicats ont imaginé un scénario pour rendre la situation ingérable, tout en étant le plus indolore pour les cheminots.

Prise de court, la SNCF va devoir déployer des efforts très importants et chronophages. Les cadres prêts à conduire des trains pour prendre le relais de grévistes, pourraient toucher une prime, ce que n’ont pas manqué de dénoncer les syndicats. La direction a aussi engagé un bras de fer sur le calcul des retenues de salaire des grévistes. Considérant qu’il s’agit d’un seul et même mouvement, elle décompte en partie des jours de repos, ce que les organisations syndicales contestent.

Une grève illégale?

Déposer plusieurs arrêts de travail à intervalles réguliers ne pose pas de problème en droit. «En revanche, programmer des jours flottants afin de désorganiser de façon répétitive l’entreprise par les répercussions sur la circulation entre les jours de grève pourrait être jugé illicite», affirme Bruno Serizay, avocat au cabinet Capstan. Un courrier de la CGT-cheminots révélé par Le Parisien témoigne de la volonté d’en découdre: «La désorganisation du travail devra se faire également sur les jours ouvrés, mais je ne vous en dis pas plus sur ce mail, je pense que vous avez compris où l’on veut en venir…» Reste à voir comment la détermination des grévistes résistera à treize longues semaines.


Source:©  Grève de la SNCF : un rythme parfait pour une désorganisation maximale

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais