C.J.F.A.I https://www.cjfai.com/eventmaster Agir Ensemble pour la République ! Thu, 22 Feb 2018 22:50:44 +0000 fr-FR hourly 1 Macronisme : « La haute administration, le véritable parti présidentiel » https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/macronisme-la-haute-administration-le-veritable-parti-presidentiel/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/macronisme-la-haute-administration-le-veritable-parti-presidentiel/#respond Thu, 22 Feb 2018 22:50:44 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1057332&preview=true&preview_id=1057332

Dans une tribune au « Monde », un collectif de hauts fonctionnaires estime que le macronisme se distingue par la confusion entre une partie de la haute administration et la politique du gouvernement.

Tribune. La désignation récente des nouveaux porte-parole du parti présidentiel a conduit à braquer de nouveau les projecteurs médiatiques sur LRM. Ce parti occupe pourtant une place plus que marginale dans le jeu politique actuel. Comme tous les partis soutenant une majorité au pouvoir, il peine à trouver sa place vis-à-vis du gouvernement. Mais plus que ses prédécesseurs UMP et PS, il est en outre dépossédé des deux fonctions traditionnellement dévolues à un parti politique : la sélection du personnel politique et l’élaboration du programme et des propositions.

Ces rôles sont en effet aujourd’hui principalement assurés directement par la haute administration de l’Etat, constituant ainsi une des caractéristiques majeures du macronisme : une confusion profonde, à la fois idéologique et sociologique, entre une partie de cette haute administration et ses idées d’une part, et le gouvernement et la politique qu’il mène d’autre part.

Dès la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, la porosité entre cette « haute » administration et l’équipe de campagne a été très nette. Ce sont essentiellement ceux que le sociologue Pierre Bourdieu appelait, dans un entretien au  Monde  en 1992, « la main droite de l’Etat », soit les « énarques du ministère des finances, des banques publiques ou privées et des cabinets ministériels » qui ont élaboré les propositions du candidat à la présidence de la République. Exemple marquant, mais loin d’être unique, le responsable du programme et des idées de l’équipe de campagne de M. Macron, nommé en janvier 2017, n’était autre que Jean Pisani-Ferry, précédemment commissaire général à la stratégie et à la prospective auprès du premier ministre.

Convergence des centres

Dès la constitution du premier gouvernement de la nouvelle mandature, ce rôle de fournisseur du personnel politique de l’administration est apparu de manière flagrante, et ce jusqu’au niveau ministériel. Parmi les quatorze ministres ou secrétaires d’Etat qui pourraient être considérés comme venant de la « société civile », la plupart d’entre eux avaient auparavant exercé de très hautes responsabilités administratives, le plus souvent de direction d’administration centrale. Il ne s’agit plus de débattre de l’opportunité ou non pour les ministres de choisir directement les directeurs et directrices de leurs administrations centrales (système des dépouilles, ou spoils system à la française) : il s’agit de constater que, avec une ampleur inédite dans l’histoire de la République, on choisit les ministres parmi les directeurs et directrices de l’administration.

Les propositions politiques émanent dès lors directement des fonctionnaires et agents publics

Le second rôle traditionnel des partis politiques, l’élaboration du programme et des idées, est aujourd’hui aussi assuré de manière exacerbée par l’administration, parachevant cette mutation vers une administration-parti. La diminution de la taille des cabinets ministériels a accéléré ce mouvement : supposés orienter l’action de l’administration dans le sens souhaité par les ministres, leur réduction à portion congrue ne leur permet de jouer ce rôle qu’à la marge. Les propositions politiques émanent dès lors directement des fonctionnaires et agents publics. Ce rôle inédit de l’administration a trouvé son paroxysme dans le recours aux ordonnances pour la libéralisation du marché du travail : élément-clé du programme présidentiel de M. Macron, les modalités de cette réforme et leur négociation ont été confiées en intégralité aux fonctionnaires. Il n’a été demandé qu’une chose aux députés de la majorité parlementaire : l’entériner.

Ayant pour objectif d’assurer la continuité de l’Etat, l’administration a toujours disposé d’un pouvoir propre, par-delà les changements politiques. Cette autonomie se combine en outre avec une ligne idéologique spécifique à chaque administration et remarquablement figée, en lien avec son champ de compétence : la direction du budget vise ainsi la réduction des dépenses publiques avant tout et les directions de la police et de la gendarmerie nationales se concentrent, elles, sur le maintien de l’ordre public, tandis que celles chargées de la santé ou de la nature maintiennent respectivement un œil plus attentif sur les questions de prévention sanitaire et de biodiversité.

Paravent du « pragmatisme »

La nouveauté réside dans une communion totale entre l’idéologie du gouvernement actuel et celle des administrations dominantes dans le jeu interministériel – en premier lieu les ministères de l’économie et de l’intérieur. Le reaganisme des « premiers de cordée » (ou « économie du ruissellement ») censés tirer la croissance est par exemple porté depuis des années par les principales administrations de Bercy. De même, Beauvau n’a jamais fait mystère de ses velléités sécuritaires et répressives. La politique du gouvernement se dissimule enfin derrière le même paravent du « pragmatisme » que la haute administration française, dont le « bon sens » autoproclamé se pense capable de distinguer les « bonnes » politiques publiques – la baisse de cotisations sociales – des « mauvaises » – les emplois aidés – à l’aune d’une « efficacité » en permanence invoquée mais très rarement évaluée.

Un risque se détache particulièrement de cette confusion entre administration et politique : le remplacement de la démocratie par la technocratie

Cette confusion s’appuie sur des éléments anciens, ancrés dans la culture administrative française. Les hauts fonctionnaires de gauche et de droite ont toujours peuplé les cabinets ministériels et alimenté en propositions leurs partis politiques respectifs. Mais c’est justement l’absence de ce rôle d’interface précédemment exercé par les partis, de filtre entre la haute administration et la politique, qui constitue la particularité du macronisme. Cause ou conséquence de l’apathie du parti présidentiel, peu importe finalement : tout se passe aujourd’hui comme si les administrations dominantes, empêchées de mettre en place ces « réformes nécessaires » pendant trop longtemps, disposaient finalement des coudées franches pour « enfin » réformer le pays sans avoir à composer avec des exigences partisanes.

Lire aussi :   Comment Emmanuel Macron se comporte en « DRH » de la République

Un risque se détache particulièrement de cette confusion entre administration et politique : le remplacement de la démocratie – littéralement, le « pouvoir du peuple » – par la technocratie, au sens premier du terme : le pouvoir des techniciens. Tendant à accréditer l’idée d’une seule politique « réaliste », commune à la droite et à la gauche, cette dérive contribue à déplacer progressivement le clivage gauche/droite vers un clivage entre réalisme et populisme, dont l’extrême droite tire pleinement son épingle du jeu. Elle conduit, de plus, à délocaliser ce qu’il reste du débat sur la politique gouvernementale au sein de la haute administration, entre fonctionnaires, et non plus à l’Assemblée nationale et au Sénat, entre représentants du suffrage universel. Elle fait apparaître, en creux, une urgence éthique et démocratique : la repolitisation du débat public.


Ce collectif se fait appeler Léa Guessier, et réunit de hauts fonctionnaires souhaitant rester anonymes

Source:©  Macronisme : « La haute administration, le véritable parti présidentiel »

]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/macronisme-la-haute-administration-le-veritable-parti-presidentiel/feed/ 0
Fwd: Le BNVCA condamne l’agression lâche et criminelle commise délibérément contre le bébé du rabbin de Bron (69) brûlé par du White Spirit aspergé volontairement par un inconnu sur sa poussette dans la nuit du 18 au 19 février https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/fwd-le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-brule-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dans/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/fwd-le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-brule-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dans/#respond Thu, 22 Feb 2018 10:39:33 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1050788&preview=true&preview_id=1050788 8 Boulevard Saint Simon 93700 Drancy Le Président                                                      Drancy 22 février 2018 Sammy GHOZLAN 0177384944 Le BNVCA condamne vigoureusement l'agression lâche commise contre le bébé d'un rabbin de la ville de Bron (Rhône) par un inconnu, dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 février 2018. Pour le BNVCA, ces faits sont passibles de poursuite […]]]> ;text-indent:0px;text-transform:none;white-space:normal;word-spacing:0px;background-color:rgb(255,255,255);text-decoration-style:initial;text-decoration-color:initial”>8 Boulevard Saint Simon 93700 Drancy

Le Président                                                      Drancy 22 février 2018
Sammy GHOZLAN


Le BNVCA condamne vigoureusement l'agression lâche commise contre le bébé d'un rabbin de la ville de Bron (Rhône) par un inconnu, dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 février 2018.
Pour le BNVCA, ces faits sont passibles de poursuite judiciaire pour "empoisonnement".
Comme l'ont raconté Mr et Mme EL H, les parents du bébé, au bénévole chargé de la hotline du BNVCA et répété au président, leur fillette âgée de 14 mois a été brûlée lundi
19 février par du "white spirit" aspergé sur sa poussette dans les conditions suivantes:
La poussette est déposée dans le couloir de l'immeuble, garée dans le hall. La grand mère à mis l'enfant dans cette poussette pour la promener. Quelques minutes après l'enfant pleure, crie et se plaint. Il est conduit aux urgences de l'hôpital qui découvre que le bébé présente des brûlures au dos aux fesses et à la cuisse.
De plus la grand mère constate que la poussette a été lacérée durant cette nuit de dimanche à lundi.
Le papa du bébé, rabbin, âgé de 35 ans, qui a déposé plainte, nous confie que souvent son véhicule a fait l'objet de dégradations volontaires (pneus crevés…).
Pour le BNVCA, ces faits sont manifestement de nature antisémite. Ils ont été commis  délibérément et intentionnellement afin de nuire et blesser.
Le BNVCA demande à la police de tout mettre en oeuvre pour identifier le criminel, et faire expertiser par les services de la police scientifique la nature du produit mis en cause.
le BNVCA a décidé de faire assister juridiquement  la famille ELH. et mettre à sa disposition l'avocat du BNVCA.
Nous exprimons notre inquiétude de plus en plus grandissante, face aux nombreux signalements qui nous parviennent et relèvent de différends de voisinage qui dégénèrent en antisémitisme. 

Les bâtiments, les biens de la communauté juive, étant désormais protégés et surveillés, nous constatons que les personnes sont ciblées directement à leur domicile.

L'agression de la famille Pinto à son domicile de Livry Gargan, l'assassinat de Sarah Halimi par son voisin islamiste radicalisé, les tags antisémites, signés Daesh ou les balles kalachnikov découvertes dans la boite aux lettres de Pascal à Noisy le Grand, continuent de hanter nos compatriotes de confession juive. Après le meurtre des écoliers juifs de Toulouse, l'antijjuif s'attaque à un bébé.

L'horreur ne cesse de grandir.

Cette  haine antijuive qui dépasse l'entendement atteint un niveau dangereusement élevé qui accroît le sentiment d'insécurité antisémite.


Images intégrées 2 Images intégrées 3  Images intégrées 4
]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/fwd-le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-brule-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dans/feed/ 0
Le BNVCA condamne l’agression lâche et criminelle commise délibérément contre le bébé du rabbin de Bron (69) brûlé par du White Spirit aspergé volontairement par un inconnu sur sa poussette dans la nuit du 18 au 19 février https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-brule-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dans-la-nu/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-brule-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dans-la-nu/#respond Thu, 22 Feb 2018 10:15:00 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1050522&preview=true&preview_id=1050522 8 Boulevard Saint Simon 93700 Drancy Le Président                                                      Drancy 22 février 2018 Sammy GHOZLAN 0177384944 Le BNVCA condamne vigoureusement l'agression lâche commise contre le bébé d'un rabbin de la ville de Bron (Rhône) par un inconnu, dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 février 2018. Pour le BNVCA, ces faits sont passibles de poursuite […]]]> ;text-indent:0px;text-transform:none;white-space:normal;word-spacing:0px;background-color:rgb(255,255,255);text-decoration-style:initial;text-decoration-color:initial”>8 Boulevard Saint Simon 93700 Drancy

Le Président                                                      Drancy 22 février 2018
Sammy GHOZLAN


Le BNVCA condamne vigoureusement l'agression lâche commise contre le bébé d'un rabbin de la ville de Bron (Rhône) par un inconnu, dans la nuit de dimanche 18 à lundi 19 février 2018.
Pour le BNVCA, ces faits sont passibles de poursuite judiciaire pour "empoisonnement".
Comme l'ont raconté Mr et Mme EL H, les parents du bébé, au bénévole chargé de la hotline du BNVCA et répété au président, leur fillette âgée de 14 mois a été brûlée lundi
19 février par du "white spirit" aspergé sur sa poussette dans les conditions suivantes:
La poussette est déposée dans le couloir de l'immeuble, garée dans le hall. La grand mère à mis l'enfant dans cette poussette pour la promener. Quelques minutes après l'enfant pleure, crie et se plaint. Il est conduit aux urgences de l'hôpital qui découvre que le bébé présente des brûlures au dos aux fesses et à la cuisse.
De plus la grand mère constate que la poussette a été lacérée durant cette nuit de dimanche à lundi.
Le papa du bébé, rabbin, âgé de 35 ans, qui a déposé plainte, nous confie que souvent son véhicule a fait l'objet de dégradations volontaires (pneus crevés…).
Pour le BNVCA, ces faits sont manifestement de nature antisémite. Ils ont été commis  délibérément et intentionnellement afin de nuire et blesser.
Le BNVCA demande à la police de tout mettre en oeuvre pour identifier le criminel, et faire expertiser par les services de la police scientifique la nature du produit mis en cause.
le BNVCA a décidé de faire assister juridiquement  la famille ELH. et mettre à sa disposition l'avocat du BNVCA.
Nous exprimons notre inquiétude de plus en plus grandissante, face aux nombreux signalements qui nous parviennent et relèvent de différends de voisinage qui dégénèrent en antisémitisme. 

Les bâtiments, les biens de la communauté juive, étant désormais protégés et surveillés, nous constatons que les personnes sont ciblées directement à leur domicile.

L'agression de la famille Pinto à son domicile de Livry Gargan, l'assassinat de Sarah Halimi par son voisin islamiste radicalisé, les tags antisémites, signés Daesh ou les balles kalachnikov découvertes dans la boite aux lettres de Pascal à Noisy le Grand, continuent de hanter nos compatriotes de confession juive. Après le meurtre des écoliers juifs de Toulouse, l'antijjuif s'attaque à un bébé.

L'horreur ne cesse de grandir.

Cette  haine antijuive qui dépasse l'entendement atteint un niveau dangereusement élevé qui accroît le sentiment d'insécurité antisémite.


Images intégrées 2 Images intégrées 3  Images intégrées 4
]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-brule-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dans-la-nu/feed/ 0
Fwd: Le BNVCA condamne l’agression lâche et criminelle commise délibérément contre le bébé du rabbin de Bron (69) brûléee par du White Spirit aspergé volontairement par un inconnu sur sa poussette dans la nuit du 18 au 19 février https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/fwd-le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-bruleee-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dan/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/fwd-le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-bruleee-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dan/#respond Thu, 22 Feb 2018 10:09:47 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1050462&preview=true&preview_id=1050462  Les bâtiments , les biens de la communauté juive, étant désormais protégés et surveillés, nous constatons que les personnes sont ciblées directement à leur domicile. L'agression de la famille Pinto à son domicile de Livry Gargan,,l'assassinat de Sarah Halimi par son voisin islamiste radicalisé,les tags antisémites,signés Daesh ou les balles kachnikov découvertes dans la boite […]]]> ;text-indent:0px;text-transform:none;white-space:normal;word-spacing:0px;background-color:rgb(255,255,255);text-decoration-style:initial;text-decoration-color:initial”> Les bâtiments , les biens de la communauté juive, étant désormais

protégés et surveillés, nous constatons que les personnes sont ciblées directement à leur domicile.

L'agression de la famille Pinto à son domicile de Livry Gargan,,l'assassinat de Sarah Halimi par son voisin islamiste radicalisé,les tags antisémites,signés Daesh ou les balles kachnikov découvertes dans la boite aux lettres de Pascal à Noisy le Grand, continuent de hanter nos compatriotes  de confession juive .

 Cette  haine antijuive qui dépasse l'entendement atteint un niveau dangereusement élevé qui accroît le sentiment d'insécurité antisémite.
 
Images intégrées 1                 Images intégrées 1            Images intégrées 1

Garanti sans virus. www.avg.com

]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/fwd-le-bnvca-condamne-lagression-lache-et-criminelle-commise-deliberement-contre-le-bebe-du-rabbin-de-bron-69-bruleee-par-du-white-spirit-asperge-volontairement-par-un-inconnu-sur-sa-poussette-dan/feed/ 0
Réponse éditoriale au fait qu’Israël boycotte la soirée d’ouverture du Festival du cinéma israélien à Paris https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/reponse-editoriale-au-fait-quisrael-boycotte-la-soiree-douverture-du-festival-du-cinema-israelien-a-paris/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/reponse-editoriale-au-fait-quisrael-boycotte-la-soiree-douverture-du-festival-du-cinema-israelien-a-paris/#comments Thu, 22 Feb 2018 08:11:22 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1048385&preview=true&preview_id=1048385 COMMENTAIRE ÉDITORIAL

La Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël se réjouit de la décision de l’Ambassade d’Israël de ne pas participer au Festival du Film Israélien de Paris et appelle tous ses sympathisants et tous les parisiens à ne pas y assister.

En effet, ce festival devrait être dénommé le Festival du Film Anti-israélien tant la récurrence de la violence des attaques envers la société, la gouvernance et l’armée israélienne  y est constante et tant elle monte en puissance et va crescendo au fil des années.

Le fait que l’organisatrice ait voulu, à tout prix ( y compris en sachant que la conséquence en serait la non présence de l’ambassadrice d’Israël), ouvrir ce festival par le film «Foxtrot» du réalisateur Samuel MAOZ, démontre l’engagement politique violemment anti-israélien de Hélène Schoumann, dont tout le monde connait les accointances politiques.

Ce qui nous choque davantage est l’attitude de «Tribune Juive» et du C.R.I.F  qui ont fait, dans leur Newsletter respective, la promotion de ce festival et de cet abominable film, en donnant largement la parole à Hélène Schoumann qui s’en donne à cœur joie dans la critique de l’ambassadrice et de la gouvernance d’Israël.

Que ce film ait obtenu le Lion d’argent Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise ne démontre en rien la qualité de ce film, bien au contraire !

En effet, cela fait des lustres que les films israéliens ne sont honorés par les Festivals du Film en Europe que  lorsqu’ils dénigrent l’armée, la société ou la gouvernance d’Israël. Tous les films présentant positivement la société israélienne n’ont jamais eu droit à ce privilège.

Il est temps que l’Europe cesse ce dénigrement systématique d’Israël qui a pour corollaire la montée de l’antisémitisme sur le continent !

Richard C. ABITBOL, Président

 

L’ambassadrice d’Israël en France ne se rendra pas à la cérémonie en raison de la diffusion du film « Foxtrot » du réalisateur israélien Samuel Maoz.

Source:©  Festival du cinéma israélien à Paris : Israël boycotte la soirée d’ouverture

]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/22/reponse-editoriale-au-fait-quisrael-boycotte-la-soiree-douverture-du-festival-du-cinema-israelien-a-paris/feed/ 3
Laurent Wauquiez marque des points à droite https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/laurent-wauquiez-marque-des-points-a-droite/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/laurent-wauquiez-marque-des-points-a-droite/#respond Wed, 21 Feb 2018 08:46:54 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1049228&preview=true&preview_id=1049228

Le président de LR garde tout son crédit auprès des électeurs de droite après la polémique. En interne, il se félicite des soutiens reçus au sein du parti, même si la vice-présidente Virginie Calmels a préféré faire «le choix du silence».

Laurent Wauquiez est reparti en vacances dans sa région. Il n’a fait qu’un petit aller-retour à Paris pour son interview sur BFMTV mardi soir. Dans la foulée, le président des Républicains a félicité l’équipe dirigeante sur la messagerie WhatsApp. Selon les informations du Figaro, Laurent Wauquiez a envoyé deux messages mardi soir: «Bravo à tous, vous avez été super pendant toute cette période. Merci à ceux qui sont montés au front. Je suis fier de vous. Ce sont des moments qui soudent.» Avant d’ajouter: «Et surtout on lâche rien jusqu’au bout. Merci à ceux qui interviennent ce soir et demain.» Une façon d’encourager ses proches à monter encore au créneau sur les plateaux télé.

Le silence de Virginie Calmels

Virginie Calmels n’en sera pas. La première vice-présidente des Républicains et première adjointe du maire de Bordeaux a annulé ses interventions télévisées de fin de semaine comme sa venue mercredi à la conférence de presse organisée au parti pour présenter les cinq contre-propositions au projet de loi asile et immigration. Elle avait pourtant fait partie de la vingtaine d’élus ayant travaillé sur cette question autour de Laurent Wauquiez depuis trois semaines.

Les propos du président des Républicains sur la gestion d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux ont en effet semé le trouble chez cette proche de Laurent Wauquiez. «Bonsoir à tous. Je pense que vous comprendrez que je fais le choix du silence compte tenu des déclarations de Laurent à l’égard d’Alain Juppé, qui reste mon mentor politique et dont je suis la première adjointe à Bordeaux», a écrit, selon les informations du Figaro, Virginie Calmels via la messagerie WhatsApp.

Parmi les destinataires, l’ensemble de la direction, et surtout le président de LR en personne. Et d’ajouter qu’elle prenait quelques jours de vacances avant de conclure par: «Amitiés.»

 «Nicolas Sarkozy était mécontent, et je le comprends»

Laurent Wauquiez au «Figaro»

La distance ne vaut donc pas rupture. Mais elle survient toutefois après que Laurent Wauquiez a déclaré devant des étudiants qu’Alain Juppé «a totalement cramé la caisse» et «fait exploser les impôts». Des propos «assumés totalement» par le patron de LR. Faute d’excuses, Dominique Bussereau, déjà en congé de LR, a, lui, décidé de claquer la porte définitivement. Seul Nicolas Sarkozy a eu le droit à un mea-culpa. Et, s’il ne l’a pas entendu en direct, puisqu’il se trouvait dans l’avion en direction des États-Unis, l’ex-chef de l’État en a ensuite pris connaissance. Il faut désormais «passer à autre chose», a fait passer comme message Nicolas Sarkozy. Une façon de clore l’épisode. «Il était mécontent, et je le comprends», confie Laurent Wauquiez au Figaro, tout en démentant les propos offensifs de l’ex-chef de l’État rapportés par Le Canard enchaîné. «Ceux qui connaissent Nicolas Sarkozy savent bien que ce n’est pas sa façon de s’exprimer.»

Et alors que nombre d’élus Républicains attendaient de connaître l’effet de la polémique auprès de l’opinion publique, un premier sondage a été réalisé par Elabe pour BFMTV, dans la foulée de l’interview. L’étude montre que la polémique a eu un écho important dans l’opinion publique: 80 % des Français disent en avoir entendu parler. Selon ce sondage, si une majorité de Français (57 %) – notamment les électeurs LREM et MoDem – trouvent les propos tenus par Laurent Wauquiez «choquants», les sympathisants de droite (58 %) pensent le contraire.

En particulier ceux de LR et du FN. Surtout, l’interview accordée à BFMTV semble avoir porté ses fruits pour le président de LR: 70 % des Français interrogés estiment qu’«il a eu raison d’assumer» ses propos, en particulier les sympathisants LR (83 %) et FN (76 %). Les abstentionnistes de la présidentielle semblent aussi séduits. De quoi conforter Laurent Wauquiez dans sa stratégie face à Emmanuel Macron.


Source:©  Laurent Wauquiez marque des points à droite

]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/laurent-wauquiez-marque-des-points-a-droite/feed/ 0
Paris : Hidalgo va faire appel de la décision du tribunal administratif d’annuler la fermeture des voies sur berge https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/paris-hidalgo-va-faire-appel-de-la-decision-du-tribunal-administratif-dannuler-la-fermeture-des-voies-sur-berge/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/paris-hidalgo-va-faire-appel-de-la-decision-du-tribunal-administratif-dannuler-la-fermeture-des-voies-sur-berge/#respond Wed, 21 Feb 2018 07:53:29 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1047979&preview=true&preview_id=1047979

La justice a estimé que l’étude d’impact préalable comportait « des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet » et avait annulé la mesure décidée en 2016.

La maire de Paris, Anne Hidalgo a annoncé, mercredi 21 février au soir, qu’elle allait faire appel de la décision du tribunal administratif d’annuler la fermeture à la circulation des voies sur berge rive droite à Paris. Elle a ajouté qu’un nouvel arrêté va être pris pour conserver la piétonisation.

« Nous avons décidé de faire appel de cette décision et de prendre sans attendre un nouvel arrêté de piétonisation. L’ouverture des rives de Seine aux piétons et aux cyclistes a été décidée démocratiquement par les élus parisiens en septembre 2016 à l’issue d’un an et demi de consultation. »

Le tribunal administratif avait annulé, plus tôt dans la journée, la fermeture à la circulation de la voie sur berge Georges-Pompidou, longue de 3,3 kilomètres sur la rive droite de la Seine. La mairie de Paris avait décidé cette fermeture, en 2016.

« Pas de retour des voitures ni dans les prochains jours, ni dans les prochaines semaines »

La justice a estimé que l’étude d’impact préalable à cette décision comportait « des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet sur la circulation automobile, les émissions de polluants atmosphériques et les nuisances sonores », peut-on lire dans un communiqué.

En conséquence, la juridiction administrative a annulé à la fois une délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris, qui avait déclaré l’intérêt général de l’opération d’aménagement des berges de la rive droite, et l’arrêté du 18 octobre 2016 créant une promenade publique.

L’adjoint écologiste aux transports, Christophe Najdovski, a toutefois tenu à souligner qu’« il n’y aura pas de retour des voitures sur les berges de Seine rive droite, ni dans les prochains jours, ni dans les prochaines semaines, ni dans les prochains mois ».

La préfecture de police de Paris a de son côté conclu que l’aménagement « tel qu’il avait été projeté » ne pouvait « se poursuivre ». Et souligné que le nouvel arrêté envisagé par la maire de Paris devra être soumis au préfet de Police « au titre du contrôle de légalité ».

Dans l’immédiat, les berges sont inaccessibles en raison de la récente crue.

Vives polémiques

Cette piétonisation avait été motivée par une volonté politique de réduire la place de la voiture au nom des intérêts de santé publique.

Elle a provoqué de vives polémiques, les détracteurs de la mesure critiquant, notamment, la « méthode autoritaire » de la maire, Anne Hidalgo, accusée de mener une guerre sans merci aux automobilistes.

Le bilan, en ce qui concerne l’impact sur les embouteillages, le bruit ou la qualité de l’air, a aussi donné lieu à de fortes controverses. Notamment avec les élus de droite et la région Ile-de-France présidée par Valérie Pécresse (LR).

La région a d’ailleurs enfoncé le clou mercredi en indiquant que les « conséquences négatives » de la piétonnisation avaient été « considérablement sous-estimées » par la Paris. Elle a souhaité que cette dernière « engage enfin une vraie concertation qui a tant fait défaut », se disant « prête à (en) être partie prenante ».


Lire aussi :   Pollution : l’« impact limité » et mitigé de la fermeture des voies sur berge à Paris


Source:©  Paris : Hidalgo va faire appel de la décision du tribunal administratif d’annuler la fermeture des voies sur berge

]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/paris-hidalgo-va-faire-appel-de-la-decision-du-tribunal-administratif-dannuler-la-fermeture-des-voies-sur-berge/feed/ 0
L’Occident impuissant face à la tragédie syrienne https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/loccident-impuissant-face-a-la-tragedie-syrienne/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/loccident-impuissant-face-a-la-tragedie-syrienne/#comments Wed, 21 Feb 2018 07:44:28 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1047838&preview=true&preview_id=1047838

VIDÉO – Paris réclame une trêve alors que les raids des forces gouvernementales sur la région rebelle assiégée de la Ghouta ont fait plus de 300 morts.

Le long conflit syrien a atteint un nouveau sommet de violence dans la plaine de la Ghouta orientale, aux portes de Damas, pilonnée sans relâche par les forces du régime depuis dimanche dernier. Quatre jours sous un déluge de fer et de feu. Un déchaînement, ponctué de scènes apocalyptiques devant lesquelles la France a décidé de sonner l’alarme pour tenter de relancer l’action diplomatique.

Ces bombardements, au moyen d’obus, de missiles, de barils explosifs, auraient fait quelque 300 victimes civiles, dont plus d’une centaine de femmes et d’enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Mercredi, 24 civils ont été tués dont 22 dans la localité de Kafr Batna, où se sont concentrés les bombardements aux barils d’explosif par les avions du régime. Mardi, l’aviation russe serait également entrée en action à la Ghouta, une implication démentie mercredi par le Kremlin. Emmanuel Macron a «vigoureusement» condamné cette offensive mercredi. «La France demande une trêve dans la Ghouta orientale afin de s’assurer de l’évacuation nécessaire des civils, de la création de tous les accès humanitaires indispensables, dans les meilleurs délais», a déclaré le chef de l’État.

Des hôpitaux pris pour cibles

La veille, Jean-Yves Le Drian a tenu des propos particulièrement alarmistes, lors de la séance des questions à l’Assemblée nationale. Pour le chef de la diplomatie française, un «cataclysme humanitaire» se profile en Syrie où «le pire est devant». «Il y a une urgence absolue sur le sujet», a dit M. Le Drian en rappelant qu’il rendrait visite, les prochains jours, à deux acteurs importants du conflit, la Russie et l’Iran.

Dans l’entourage du ministre des Affaires étrangères, on se dit «très alarmé», à double titre. D’une part, à cause du «caractère systématique» des violations des droits humains lors des bombardements où les sites civils, notamment les hôpitaux, ont été délibérément pris pour cibles. Plusieurs établissements hospitaliers ont ainsi été mis hors service ces derniers jours dans cette région contiguë à la capitale syrienne et où vivent 400.000 habitants.

«Enfer sur Terre»

D’autre part, Jean-Yves Le Drian se montre très préoccupé par la mutation du conflit et les risques d’extension régionale, comme en témoignent plusieurs développements récents. Parmi ceux-ci: la confrontation dans l’enclave d’Afrine entre la Turquie et l’armée de Bachar el-Assad, la montée des tensions entre Israël et l’Iran dont un drone a été abattu alors qu’il survolait l’État hébreu, et enfin les récentes frappes américaines contre des forces pro-Bachar lors desquelles plusieurs mercenaires russes auraient été tués. Mercredi, Ankara est remonté au créneau sur Afrine. Un porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan a évoqué de «graves conséquences», si les forces syriennes entraient dans l’enclave pour prêter main-forte aux milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

À Paris, on pointe l’urgence d’agir au Conseil de sécurité de l’ONU pour faire adopter un texte humanitaire qui soulagerait les populations. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a réclamé mercredi un arrêt immédiat des combats dans une zone qu’il a qualifiée d’«enfer sur Terre». Dans le même esprit, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a réclamé un accès à la Ghouta orientale pour porter secours aux blessés.

À portée de roquettes de Damas

À Moscou, M. Le Drian devrait insister auprès de la Russie pour qu’elle s’engage «à abaisser la violence» et sur «l’engagement fort». Il rencontrera son homologue Sergueï Lavrov dans quelques jours à Moscou. «C’est difficile, mais il faut continuer», indique-t-on dans l’entourage du chef de la diplomatie française. De fait, depuis le début du conflit, Moscou a utilisé dix fois son droit de veto au Conseil de sécurité pour protéger Damas des pressions internationales, tout en soutenant son allié syrien sur le champ de bataille. Début mars, Jean-Yves Le Drian se rendra à Téhéran, pour une visite, prévue initialement en décembre puis reportée, dont l’agenda s’annonce particulièrement rempli.

Le 5 février dernier, les forces pro-Bachar avaient déjà déclenché une campagne aérienne de cinq jours d’une intensité inédite sur la Ghouta qui avait fait environ 250 morts parmi les civils et des centaines de blessés. Depuis, l’armée loyaliste a massé des renforts tout autour de cette ancienne zone agricole qu’elle assiège depuis 2013. La situation du dernier bastion rebelle, à portée de roquettes de Damas, fait à certains égards penser à celle d’Alep et son réduit d’opposants que les pro-Bachar avaient écrasé à coups de pilon pendant quatre mois, en 2016. Après un accord, en décembre de cette même année, le dernier carré des combattants avait dû se résoudre à évacuer la ville.


Ces enclaves assiégées reprises par le régime

Avant la Ghouta, plusieurs zones rebelles ont été écrasées par le régime syrien. La vieille ville de Homs a connu à partir de 2012 un siège de deux ans qui s’est achevé, après la mort de 2200 personnes selon l’OSDH, par le retrait des insurgés. La ville d’Alep a été reconquise le 22 décembre 2016 à l’issue d’une offensive de dix mois des forces du régime soutenues par des combattants du Hezbollah libanais et des bombardiers russes. Dans un rapport intitulé «Partir ou mourir», Amnesty International a estimé que les déplacements forcésde populations au titre des accords dits «de réconciliation» s’apparentaient à un crime contre l’humanité.


 

Source: © L’Occident impuissant face à la tragédie syrienne

]]>
https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/loccident-impuissant-face-a-la-tragedie-syrienne/feed/ 1
Nouveau fichier SARAH. Halimi https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/nouveau-fichier-sarah-halimi/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/nouveau-fichier-sarah-halimi/#respond Wed, 21 Feb 2018 05:42:23 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1035643&preview=true&preview_id=1035643 ]]> https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/21/nouveau-fichier-sarah-halimi/feed/ 0 Live From The Field https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/20/live-from-the-field-4/ https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/20/live-from-the-field-4/#respond Tue, 20 Feb 2018 17:53:43 +0000 https://www.cjfai.com/eventmaster?p=1031990&preview=true&preview_id=1031990 pdf icon Sarah-Halimi-flyer-A5-FRA-IMP.pdf ]]> https://www.cjfai.com/eventmaster/blog/2018/02/20/live-from-the-field-4/feed/ 0