Quantcast
Web
Analytics
View My Stats

Les musulmans et l’antisémitisme : relaxe confirmée pour l’historien Bensoussan

Home»A LA UNE»Les musulmans et l’antisémitisme : relaxe confirmée pour l’historien Bensoussan
L’historien juif français Georges Bensoussan (Crédit : capture d’écran YouTube)

En 2017, le tribunal avait jugé qu’il ne “saurait (lui) être reproché de stigmatiser l’ensemble de la communauté musulmane”

La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la relaxe de l’historien Georges Bensoussan, qui avait déclaré que « dans les familles arabes en France (…) l’antisémitisme on le tète avec le lait de sa mère ».

La cour a considéré que « les propos litigieux n’avaient pas visé l’ensemble de la communauté musulmane », dans la mesure où l’intellectuel, auteur d’ouvrages sur la Shoah et sur l’antisémitisme dans les banlieues françaises, avait lui-même « précisé qu’il ne visait qu’une partie des familles arabes » dans un contexte où il évoquait essentiellement « le salafisme », a expliqué la présidente à l’audience.

Lors d’une émission de France Culture en 2015, Georges Bensoussan avait tenu les propos suivants, en les attribuant à un sociologue algérien : « C’est une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes en France et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme on le tète avec le lait de la mère ».

En 2017, le tribunal avait jugé qu’il ne « saurait (lui) être reproché de stigmatiser l’ensemble de la communauté musulmane », en estimant qu’au cours de l’émission ce dernier avait précisé qu’il visait seulement « une partie de cette communauté, salafistes ou personnes sous leur emprise ».

Quant à l’expression « l’antisémitisme on le tète avec le lait de sa mère », il s’agissait, selon les juges de première instance, d’une figure de style, en l’occurrence une « catachrèse », et non pas l’expression d’un « racisme biologique ». La catachrèse désigne le détournement d’un mot de son sens propre, par exemple dans les expressions « les pieds d’une chaise ».

La cour d’appel a confirmé ce jugement et donc débouté les associations qui s’étaient constituées parties civiles, comme la Ligue des droits de l’Homme ou SOS Racisme. Elle a toutefois infirmé le jugement en reconnaissant cette fois la recevabilité du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) comme partie civile.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) avait adressé en décembre 2015 une « mise en garde » à France Culture, estimant que « certains propos tenus par M. Bensoussan étaient susceptibles d’encourager des comportements discriminatoires ».

Le CSA avait aussi reproché à l’animateur de l’émission « Répliques », l’académicien Alain Finkielkraut, de n’avoir « à aucun moment contribué à la maîtrise de l’antenne. »

Source:©  Les musulmans et l’antisémitisme : relaxe confirmée pour l’historien Bensoussan

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com