En quittant LR, Xavier Bertrand met fin à une histoire vieille de plus de 35 ans

Home»A LA UNE»En quittant LR, Xavier Bertrand met fin à une histoire vieille de plus de 35 ans
En quittant LR, Xavier Bertrand met fin à une histoire vieille de plus de 35 ans
Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez à Paris, le 15 novembre 2010. – Crédits photo : BERTRAND GUAY/AFP

LE SCAN POLITIQUE – Le président de la région Hauts-de-France a annoncé ce lundi soir sur France 2 qu’il allait démissionner du parti de Vaugirard. Son engagement militant à droite avait commencé au RPR dès ses seize ans.

L’amour aura duré 35 ans. Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a annoncé ce lundi soir sur France 2 qu’il allait quitter les Républicains dans la foulée de l’élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti. Cette décision vient mettre un terme à plus de trois décennies de militantisme et d’engagement actifs, puisque le nordiste avait pris sa carte au RPR dès ses seize ans, en 1981, avant de poursuivre l’aventure avec l’UMP en 2002, puis LR en août 2014.

Malgré une première défaite lors des municipales de 1989 à Saint-Quentin (Aisne), Xavier Bertrand œuvre à s’implanter localement, et il devient adjoint au maire en 1995 avant d’être élu député du département en 2002. En parallèle de ses succès électoraux, cet assureur de profession connaît une ascension partisane fulgurante au sein de la droite. En 2003, du temps où Alain Juppé présidait l’UMP, il est chargé de faire la pédagogie de la réforme des retraites via un «tour de France».

Il devient secrétaire général de l’UMP en 2009

Un an plus tard, en 2004, Xavier Bertrand est récompensé par Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin, qui le nomment secrétaire d’État chargé de l’Assurance maladie – sous la tutelle du ministre des Solidarités, de la Santé et de la Famille, Philippe Douste-Blazy. Apprécié de l’exécutif, il profite du remaniement de 2005 qui voit Dominique de Villepin arriver à Matignon pour remplacer son ministre de tutelle et devenir à son tour ministre de la Santé et des Solidarités.

Soutien de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007, il est nommé porte-parole du candidat et choisit de quitter le gouvernement pour s’impliquer pleinement dans la campagne. Un pari gagnant, qui lui vaudra d’être nommé ministre du Travail après la victoire de son champion. Fin 2008, la promotion de Patrick Devedjian au ministère de la Relance l’oblige à assurer l’intérim de la présidence de l’UMP, puis d’en prendre la tête en janvier 2009 – date à laquelle il quitte le gouvernement et retrouve l’Assemblée.

Candidat à la primaire… Avant de renoncer

Près de deux ans plus tard, en novembre 2010, il réintègre finalement le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé à l’occasion d’un remaniement, et il quitte donc le secrétariat général de l’UMP. Il envisage ensuite de reprendre la tête du parti de Vaugirard en septembre 2012, puisqu’il affirme à l’époque avoir réuni les parrainages nécessaires pour se présenter comme candidat à la présidence du parti… Mais il renonce finalement à se lancer dans la course.

Député-maire de Saint-Quentin (Aisne), il annonce en 2015 son intention de conduire la liste UMP pour les régionales dans les Hauts-de-France, et il officialise dans le courant de l’année sa candidature à la primaire de la droite prévue pour novembre 2016. Mais sa victoire au scrutin de décembre 2015, obtenue face à Marine Le Pen grâce notamment au retrait de la liste socialiste, le convainc de renoncer à ses mandats municipal et parlementaire, ainsi qu’à ses ambitions en vue de l’élection présidentielle.

Le rapport de Wauquiez à Macron finit de le convaincre

Rallié à François Fillon – pour qui il a discrètement voté aux deux tours de la primaire -, Xavier Bertrand rompt avec le candidat LR dès le début de l’année 2017, au moment où Le Canard enchaîné révèle l’affaire des emplois présumés fictifs de ses proches. À partir de cette date, le président des Hauts-de-France entre dans une période extrêmement critique vis-à-vis de son camp, dont il dénonce l’acharnement à soutenir l’ancien élu de la Sarthe plutôt qu’à choisir un plan B pour la présidentielle.

Bienveillant à l’égard d’Emmanuel Macron, dont il vante publiquement les qualités, Xavier Bertrand affirme cependant en mai, dans les colonnes du Figaro , qu’il a «répondu non au ralliement» au nouveau chef de l’État. À cette période, il fait toutefois savoir qu’il a cessé de payer ses cotisations à LR depuis que le parti a préféré appeler à voter contre Marine Le Pen que pour le candidat d’En marche!. Une radicalisation supposée qui se traduit selon lui par le sacre de Laurent Wauquiez… Et dont il veut se tenir à distance.

Source: En quittant LR, Xavier Bertrand met fin à une histoire vieille de plus de 35 ans

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais