En France, quelle sera l'ampleur du ralentissement économique ?

Home»A LA UNE»En France, quelle sera l’ampleur du ralentissement économique ?
En France, quelle sera l'ampleur du ralentissement économique ?

Suite au mouvement des «gilets jaunes», l’année 2018 s’est terminée sur une révision de la prévision de croissance de la Banque de France. Et la prévision de croissance de l’exécutif pour 2019 semble bien optimiste.

Les «gilets jaunes»
font broyer du noir aux économistes. Le mouvement de contestation
anti-Macron devrait considérablement freiner l’économie fin 2018 – la
Banque de France a même divisé par deux sa prévision
de croissance pour le quatrième trimestre. Dernier indicateur en date,
l’indice PMI composite, publié vendredi, a dégringolé de 54,2 à
48,7 points en décembre. Alarmant, quand on sait que sous la barre des
50 points, l’indice traduit une contraction de l’activité.

» LIRE AUSSI – 2019, une année lourde d’incertitudes pour l’économie mondiale

Ce
ralentissement devrait briser l’élan, déjà modeste, pris par l’économie
française pour aborder 2019. À tel point que la prévision de l’exécutif
(1,7 %) semble bien optimiste au regard des éléments à disposition.
Plusieurs interrogations subsistent en effet à l’orée de cette nouvelle
année.

Le mouvement des «gilets jaunes» va-t-il définitivement
s’essouffler ou au contraire reprendre de la vigueur au lendemain des
fêtes? Quel sera l’effet du plan de 10 milliards d’euros annoncé par Emmanuel Macron
mi-décembre pour répondre aux inquiétudes sur le pouvoir d’achat des
ménages? «Il est de nature à soutenir immédiatement la croissance
d’autant qu’il est centré sur les ménages ayant une forte propension à
consommer», c’est-à-dire les plus modestes, estime Hélène Baudchon,
économiste chez BNP Paribas, qui anticipe 1,6 % de croissance en 2019.

» LIRE AUSSI – Croissance, chômage… 2019 sous le signe de la morosité en France

Mais le plan génèrera-t-il davantage qu’un impact vif mais éphémère? «Le rebond de la consommation privée,
en lien avec l’amélioration du pouvoir d’achat réel, est attendu en
2019, mais serait insuffisant pour éviter la poursuite de la
décélération de la croissance», répond de son côté Arthur Jurus,
économiste chez Edmond de Rothschild. Le chômage devrait en effet rester
élevé, et ne diminuer qu’à la marge, selon l’expert. Ce qui n’est pas
de nature à soutenir une hausse des salaires. L’économiste prévoit une
croissance de 1,3 % cette année, puis de 1 % en 2020.

Du côté
des entreprises, il faut peut-être aussi s’attendre à un même feu de
paille en 2019 que pour la consommation. Certes, la transformation du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse pérenne de charges engendrera un effet de trésorerie de 20 milliards d’euros environ en faveur des sociétés.

» LIRE AUSSI – Le pétrole, frein ou accélérateur de croissance en 2019?

Néanmoins,
les grandes entreprises (plus de 250 millions de chiffre d’affaires)
risquent d’être plus attentistes que prévu, la baisse d’impôt sur les
sociétés qui leur avait été promise pour 2019 ayant été décalée d’un an.
D’autant que les fondamentaux sont mauvais. À cause du ralentissement
de la demande mondiale, le climat des affaires s’est détérioré dans
l’industrie manufacturière, ce qui devrait, en retour, engendrer un
tassement des investissements. De plus, le bâtiment pourrait pâtir du
recentrage de certains dispositifs d’incitation à l’investissement
locatif.


La rédaction vous conseille :


En France, quelle sera l'ampleur du ralentissement économique ?

Guillaume Guichard

Fiscalité, budget de l’État, finances locales

Source : ©En France, quelle sera l’ampleur du ralentissement économique ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais