Des films à problématique forte pour le cru 2020 du Festival de Deauville

Home»Anciens2»Des films à problématique forte pour le cru 2020 du Festival de Deauville

Des films à problématique forte pour le cru 2020 du Festival de Deauville

Le rendez-vous du cinéma américain, qui a lieu du 4 au 13 septembre, mais est privé de la présence des artistes d’outre-Atlantique en raison de la pandémie de Covid-19, annonce des choix exigeants.

Pas question que l’absence, cette année, des cinéastes, acteurs et actrices américains initialement attendus sur le tapis rouge et les planches, ne vienne ternir la joie et l’excitation que ressent Bruno Barde, à quelques heures de l’ouverture du Festival du cinéma américain de Deauville qu’il dirige depuis 1995. Et pour cause : cette 46e édition, préparée durant les mois d’épidémie, dans la crainte de devoir tout annuler du jour au lendemain, lui aura donné de belles sueurs froides et quelques vertiges. Tout cela se dissipe aujourd’hui, puisque la fête se tiendra, c’est sûr désormais, du vendredi 4 au dimanche 13 septembre, sous une forme différente et unique dans son histoire.

Bruno Barde, directeur du Festival de Deauville : « Ma ligne éditoriale s’est durcie. J’ai été plus radical dans mes choix »

Le caractère exceptionnel de cette édition s’est dessiné dès la période de visionnage des films. « J’ai regardé les 250 longs-métrages chez moi, durant la période du confinement, et même si j’ai un grand écran de télévision, cela ne remplace pas celui d’une salle et change la perception, relate Bruno Barde. Je peux vous avouer que, dans de telles conditions, vous écartez beaucoup de choses et congédiez vite, notamment, les histoires d’adolescentes qui s’ennuient ou les films sans grande mise en scène. Ma ligne éditoriale s’est durcie. J’ai été plus radical dans mes choix, en privilégiant, plus encore que d’habitude, les films qui donnent un point de vue sur le monde et sur le cinéma. » Quinze films seulement ont ainsi été sélectionnés qui, en partie, abordent des problématiques fortes – recherche d’identité, urgence écologique, mythes et chimères, sexualité, incertitude d’avenir.

Ce cru 2020 compte sept premiers films (dont Giants Being Lonely, de Grear Patterson ; Holler, de Nicole Riegel ; Lorelei, de Sabrina Doyle ; Shiva Baby, d’Emma Seligman ; Sophie Jones, de Jessie Barr…) et huit films signés par des réalisatrices. Parmi elles, on retrouve Kelly Reichardt (Wendy & Lucy, 2008 ; Night Moves, 2013 ; Certaines femmes, 2016) présente pour First Cow, l’histoire d’un cuisinier solitaire qui, en compagnie de trappeurs, entreprend un voyage à travers l’Ouest américain du début du XIXe siècle.

Lire le portrait (en 2013) : Kelly Reichardt, des grandes plaines à la Vendée

 

Ainsi que la cinéaste Miranda July, dont le premier long-métrage Moi, toi et tous les autres (2005) avait été plusieurs fois couronné (grand prix de la Semaine de la cri­tique et Camé­ra d’or au Fes­ti­val de Cannes, prix spé­cial du jury au Fes­ti­val de Sun­dance). Elle concourt cette année avec Kajillionaire, une comédie qui met en scène une association d’arnaqueuses professionnelles et dont la sortie en salle est prévue pour le 30 septembre. Autre film en compétition également bientôt sur les écrans (le 21 octobre), Last Words, de l’écrivain et réalisateur Jonathan Nossiter.

 

Le créateur de la série Six Feet Under, Alan Ball, figure également dans ce cru 2020 avec Uncle Frank. Ce film porte le nom de son personnage principal, un professeur de littérature réputé qui a toujours tu son homosexualité à sa famille et qu’un deuil contraint à retourner auprès des siens. En compétition, le quatrième long-métrage de Lee Isaac Chung, Minari, ouvrira le festival sur l’histoire d’une famille américano-coréenne qui s’installe dans une petite ferme de l’Arkansas où le père veut deve­nir fer­mier.

 

Un jury présidé par Vanessa Paradis

 

Le Festival de Deauville 2020, dont le jury sera présidé par Vanessa Paradis, se distingue également pour cette édition par une sélection de neuf films cannois, choisis parmi les cinquante-six sélectionnés pour la compétition officielle de la 73e édition du festival de la Croisette, annulée en mai à cause de la pandémie. Parmi eux : ADN, de Maïwenn ; Des hommes, de Lucas Belvaux ; Les Deux Alfred, de Bruno Podalydès ; Peninsula, de Yeon Sang-ho ; Rouge, de Farid Bentoumi…

 

 

Cette décision de projeter des longs-métrages labellisés Cannes 2020 relève, selon Bruno Barde, d’un hommage « au plus grand festival du cinéma »« Cannes m’a formé, dit-il, et je suis fier de recevoir son délégué général, Thierry Frémaux, et son président, Pierre Lescure. Parce que, entre nos deux festivals, existe un lien que nous représenterons, lors de cette édition, pour la première fois physiquement. »

Dans une moindre mesure, l’hospitalité sera aussi faite au Festival international du film d’animation d’Annecy (qui s’est tenu en ligne en juin) dont trois films de la sélection seront projetés : Calamity, de Rémi Chayé (Cristal d’or de l’édition 2020) ; Lupin III : The First, de Takashi Yamazaki, et Petit vampire, de Joann Sfar.

 

 

Un hommage sera rendu au prodigieux acteur qui s’est éteint en février, à l’âge de 103 ans, Kirk Douglas

 

Enfin, un hommage sera rendu au prodigieux acteur qui s’est éteint en février, à l’âge de 103 ans, Kirk Douglas qui, lors de sa longue carrière, est venu deux fois à Deauville, en 1978 et en 1999. Son fils, Michael Douglas, ne pouvant être présent, comme il était prévu, a cependant envoyé un discours de dix minutes où, selon Bruno Barde, il ne s’est pas contenté de quelques mots mais « a longuement écrit sur l’engagement de son père et sur sa famille ».

« Sa lecture risque de pas mal émouvoir et de faire un peu oublier l’absence des Américains au festival, prédit son directeur avant de conclure. N’oublions pas que le festival est avant tout la fête des films, et non des stars, comme le regrettent certains. » Et des films avec Kirk Douglas, il en sera projeté une douzaine dont Les Ensorcelés (1952), de Vincente Minnelli, et La Captive aux yeux clairs (1952), d’Howard Hawks. De quoi illuminer Deauville de sa présence.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais