Pour le député Ruffin (LFI), «l'Assemblée, c'est du flan»

Home»A LA UNE»Pour le député Ruffin (LFI), «l’Assemblée, c’est du flan»

Pour le député Ruffin (LFI), «l'Assemblée, c'est du flan»

LE SCAN POLITIQUE – Revenant sur ses premiers pas de député, le député amiénois juge que c’est en réalité à l’Élysée que se font les lois, et que le palais Bourbon est réduit à jouer les chambres d’enregistrement.

Le député-reporter de la France Insoumise ne s’en est jamais caché: il lui est arrivé de s’ennuyer à l’Assemblée. Livrant de manière régulière ses analyses et impressions, François Ruffin s’est plusieurs fois étonné des codes et usages du palais Bourbon, ou encore de l’absence de débat au sein de la majorité pour voter les textes. Invité ce mercredi matin sur BFM, il reste fidèle à cette pratique de transparence subjective, dans l’exercice de son mandat. L’Amiénois livre un bilan sans appel ce qu’il a pu observer en ce début de législature: «le théâtre» de la fabrique de la loi ne le convainc pas.

Pour le député Ruffin (LFI), «l'Assemblée, c'est du flan»

«Ce que je vois à l’Assemblée nationale, c’est que c’est du flan. La loi ne se fait pas à l’Assemblée, elle se fait à l’Élysée. Le Parlement est un bureau d’enregistrement des désirs du président avec des députés qui votent en cadence. C’est comme ça que ça se passe», raconte François Ruffin. «Ça ouvre une tribune, mais ce n’est pas là que se fait la loi», relève-t-il encore. On a vu en effet que les élus Insoumis les premiers sont enclins à utiliser cette tribune à son plein potentiel, comme lorsque Jean-Luc Mélenchon et son groupe ont déballé dans l’hémicycle un sac de courses pour protester contre la baisse de 5 euros des APL, annoncée par la majorité pour la rentrée.

L’Assemblée nationale, réduite à jouer les «chambres d’enregistrement», un phénomène dont le réalisateur de Merci Patron n’attribue pas les mérites au seul Emmanuel Macron. «Le gros de la politique de François Hollande est passé à l’Assemblée, sans trop de dégâts, et il avait pourtant de nombreux frondeurs», souligne-t-il. Une manière, au passage, d’égratigner encore la discipline de vote selon lui machinale des élus de l’actuelle majorité. Cette tendance, François Ruffin a bien tenté de l’endiguer, en vain. «Moi j’avais posé comme amendement que les législatives se déroulent le même jour que la présidentielle ou un an après, mais pas un mois après où le gouvernement se retrouve avec des majorités pléthoriques et où tout le pouvoir est au président», a encore rappelé le patron du journal engagé Fakir.


Ruffin veut «apprendre» de Jean-Luc Mélenchon

Lors de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon avait laissé comprendre qu’il menait probablement sa dernière bataille, en raison de son âge. Se pose dès lors la question de la mise en place d’une «succession» pour le tribun de la France Insoumise. Le nom de François Ruffin est évoqué de manière récurrente, au point que certains anticipent déjà une éventuelle concurrence à l’avenir entre ces deux figures détonante de la gauche radicale.

Cette amorce de rivalité, Ruffin entend la contredire résolument sur RMC. «J’ai débarqué en politique. Ça fait 18 ans que je fais mon journal, ce qui est une autre manière de faire de la politique. Mais je suis entré en politique au printemps, et quand on a quelqu’un comme Jean-Luc Mélenchon à ses côtés, on a d’abord beaucoup à apprendre», tient-il à souligner.



 

 

Source :©  Le Figaro Premium – Pour le député Ruffin (LFI), «l’Assemblée, c’est du flan»

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais