L’économie américaine continue de défier l’entendement. En effet, alors qu’elle connaît d’ores et déjà le cycle d’expansion le plus long de son histoire contemporaine, elle continue de surprendre par la vigueur de sa croissance. Après avoir atteint 4% en rythme annualisé et quasiment 3% en glissement annuel au deuxième trimestre 2018, celle-ci a continué sur sa lancée au troisième trimestre. Avant même de disposer des comptes nationaux de ce dernier, les chiffres de la production industrielle et des ventes au détail ont déjà annoncé la couleur. Ainsi, après avoir déjà progressé de 0,6% en juin, puis de 0,4% en juillet, la production industrielle américaine a encore augmenté de 0,4% en août. Son glissement annuel atteint désormais 4,9%, un plus haut depuis décembre 2010 !

Cette nouvelle envolée confirme que le glissement annuel du PIB devrait dépasser les 3% au troisième trimestre. D’autant que les indicateurs avancés de l’activité outre-Atlantique demeurent très bien orientés. Une évolution qui tranche grandement avec la dégringolade de la production industrielle de la zone euro. En effet, après avoir déjà baissé de 0,8% en juin, elle a enregistré le même repli en juillet. L’évolution du glissement annuel est encore bien plus violente. Et pour cause : celui-ci est passé de 5% en décembre 2017 à 1,7% en avril et… – 0,1% en juillet 2018. Il s’agit là d’un plus bas depuis janvier 2017. Un tel décalage de croissance de la production industrielle entre la zone euro et les Etats-Unis ne s’est plus observé depuis la triste période 2011-2012, au cours de laquelle la croissance américaine s’est maintenue autour des 2%, tandis que la zone euro replongeait dans la récession !

 

Production industrielle : l’oncle Sam flambe, tandis que la zone euro s’effondre

Croissance : les Etats-Unis rient mais la France pleure, voici pourquoi
Sources : BEA, Eurostat, ACDEFI