Corse, maisons de retraite, pouvoir d'achat : les dossiers chauds du gouvernement

Home»A LA UNE»Corse, maisons de retraite, pouvoir d’achat : les dossiers chauds du gouvernement
Corse, maisons de retraite, pouvoir d’achat : les dossiers chauds du gouvernement
Corse, maisons de retraite, pouvoir d'achat : les dossiers chauds du gouvernement
Édouard Philippe, le 22 janvier dernier. – Crédits photo : ERIC PIERMONT/AFP

Le gouvernement n’en a pas fini avec les foyers à éteindre. Plusieurs sujets suscitent contestations et inquiétudes. Pour l’exécutif, l’urgent est de circonscrire ces incendies à temps, avant qu’ils ne s’amplifient.

La question du pouvoir d’achat

Le gouvernement s’en félicite: ces jours-ci, les Français vont découvrir sur leur feuille de paie une hausse de leur salaire net, liée à la baisse des cotisations décidées par le gouvernement. Seulement voilà, le message est percuté par une série d’augmentations intervenant au même moment, sur de tout autres domaines: hausse du prix du timbre, du gaz, des carburants (essentiellement du diesel), des péages, des PV de contravention décidée par certaines municipalités, et du tabac (une hausse importante de la fiscalité est prévue en mars)… Enfin, les retraités vont subir de plein fouet la hausse de la CSG de 1,7 point. Ne touchant pas de salaires, ils ne pourront pas profiter des baisses de cotisation en compensation. Une catégorie sociale qui risque de se souvenir de ce début de 2018.

Les retards du Grand Paris Express

Les élus de la grande banlieue parisienne attendaient avec impatience ces 200 km de lignes nouvelles autour de la capitale. Mais le calendrier initial du méga chantier ne sera pas respecté, a d’ores et déjà prévenu le premier ministre, Édouard Philippe. Certains tronçons ouvriront plus tard, en raison des surcoûts. La Cour des comptes pointe, en effet, un «dérapage considérable du coût prévisionnel du projet de Grand Paris Express», en évoquant un coût de 38,5 milliards d’euros, contre un objectif initial de 25,5 milliards. Certains élus franciliens, furieux (lire ci-dessous), craignent que ces reports ne se traduisent finalement par un abandon pur et simple de certaines parties du projet, une fois les JO de 2024 passés.

Les discussions avec les nationalistes corses

Déplacement à haut risque, le 6 février, pour le chef de l’État sur l’île de Beauté. Emmanuel Macron se rend en Corse pour un hommage au préfet Érignac, à l’occasion des 20 ans de son assassinat. Or cet événement risque de se dérouler dans une ambiance politiquement tendue. Les nationalistes, aux manettes de l’île depuis leur large victoire aux élections de décembre 2017, appellent à manifester, le 3 février, avant l’arrivée d’Emmanuel Macron. Certains de leurs leaders, comme Jean-Guy Talamoni, le président de l’Assemblée de Corse, ont d’ores et déjà prévenu qu’ils n’assisteraient pas à cet hommage et proposent la tenue d’une «cérémonie religieuse» pour toutes les victimes du «conflit».

Si les nationalistes ont d’abord salué l’idée du gouvernement d’inscrire dans la Constitution un «droit de différenciation», ils estiment désormais que l’exécutif ne va pas assez loin et pose trop de «lignes rouges» dans les discussions. Une épreuve de force qui n’en est qu’à ses débuts.

La grogne des maisons de retraite

Après le conflit des surveillants de prison, celui des personnels des Ehpad? Mardi, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) se mobilisent pour dénoncer la détérioration des conditions de travail et la dégradation de l’accompagnement des résidants, âgés et handicapés pour beaucoup. Les salariés réclament plus de moyens humains et financiers. De son côté, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, fait valoir que les moyens alloués aux Ehpad par l’État «sont passés en dix ans de 5 à 10 milliards d’euros par an».

L’avenir de Bure

Prévu pour 2021, le projet de site d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, dans la Meuse, va-t-il devenir le prochain Notre-Dame-des-Landes, avec sa nouvelle ZAD emblématique? C’est en tout cas la crainte des autorités, face à la montée des contestations et l’action violente de certains opposants. Le site a été sélectionné pour ses caractéristiques géologiques et sa faible population. Le futur centre est destiné au stockage, à 500 mètres de profondeur, de produits radioactifs, pendant – théoriquement – plus de 100.000 ans.


 

Source:© Corse, maisons de retraite, pouvoir d’achat : les dossiers chauds du gouvernement

2 Responses to "Corse, maisons de retraite, pouvoir d’achat : les dossiers chauds du gouvernement"

  1. Annie Py
    Annie Py   30 janvier 2018 at 8 h 02 min

    Il y a du travail ! !!Il ratrappe le temps perdu ! !!

    Répondre
  2. Annie Py
    Annie Py   30 janvier 2018 at 8 h 02 min

    Il y a du travail ! !!Il ratrappe le temps perdu ! !!

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais