Christophe Guilluy: «Les “gilets jaunes” attestent la révolte de la France périphérique»

Home»Non classé»Christophe Guilluy: «Les “gilets jaunes” attestent la révolte de la France périphérique»
Christophe Guilluy: «Les “gilets jaunes” attestent la révolte de la France périphérique»

ENTRETIEN – Le géographe a théorisé la fracture grandissante entre France des métropoles et territoires périphériques dans plusieurs ouvrages qui ont marqué. Il voit dans le mouvement du 17 novembre un nouvel indice du déclassement des classes moyennes.

LE FIGARO.- Comment caractériser la démonstration de force des «gilets jaunes» samedi?

Christophe GUILLUY.-
La mobilisation a été la fois massive et dispersée sur tout le
territoire. C’est une confirmation de la confrontation entre la France
périphérique et la France des métropoles. Nous ne sommes pas en face
d’un mouvement marginal et catégoriel. C’est pourquoi le terme de
«jacquerie» me paraît inapproprié. La fronde dépasse le monde rural et
touche l’ensemble des catégories modestes. On a vu défiler des
ambulanciers, des routiers, des retraités. Les détracteurs du mouvement
avaient entrepris, ces dernières semaines, d’imposer l’image d’un
rassemblement hétéroclite de «beaufs». Or cet essai de disqualification a
échoué. Les enquêtes d’opinion indiquent un soutien massif des Français
aux «gilets jaunes». Les partis d’opposition l’ont d’ailleurs compris,
car nombre de politiques étaient présents samedi. Surtout, je crois que
nous sommes face à un processus de réaffirmation culturelle des classes
moyennes.

« Les élites ne peuvent plus faire comme si les classes populaires n’existaient pas » – Regarder sur Figaro Live

En quoi peut-on analyser le mouvement des «gilets jaunes» comme un mouvement de révolte de la France périphérique?

Les métropoles sont de nouvelles citadelles médiévales, avec une bourgeoisie qui se claquemure derrière ses remparts

Des «bonnets rouges» sous François Hollande aux «gilets jaunes» en
2018, aussi bien d’ailleurs que dans les autres pays occidentaux marqués
par des mouvements populistes, on observe la même sociologie: ouvriers,
employés, paysans, petits indépendants, bref, le socle de la classe
moyenne occidentale. On constate également la même géographie:
territoires ruraux, petites villes et villes moyennes. Ces personnes ont
pour point commun de vivre désormais dans les territoires qui créent le
moins d’emplois. Pour elles, la sédentarisation est de plus en plus
forte, les perspectives de mobilité tendent à baisser. Ces individus se
sentent fragilisés socialement et culturellement. Le mouvement des
«gilets jaunes» s’inscrit dans cette situation d’ensemble.

Les partis politiques semblent dépassés par un mouvement émanant de la base…

Les
partis traditionnels ont été créés pour représenter une classe moyenne
qui est en train de se déliter. On relève un décalage gigantesque entre
la réalité de la société française et ces partis qui continuent à
s’adresser à une classe moyenne mythique, supposée stable, alors qu’en
réalité ils n’en captent plus que les héritiers -pour la droite les
retraités, pour la gauche la fonction publique. Cette classe moyenne en
déclin a pourtant des demandes simples: elle ré clame une intégration
économique et la préservation d’un capital social ainsi que culturel.

“Gilets jaunes” : sont-ils vraiment entendus ? – Regarder sur Figaro Live

La question de la voiture cristallise-t-elle l’opposition entre France périphérique et France des métropoles?

Le
bilan carbone de l’aéronautique n’est jamais évoqué, puisqu’on ne peut
pas taxer le kérosène dans un contexte de mondialisation des transports.
La pollution des «riches» mobiles est donc moins taxée que celle des
«pauvres» sédentaires. De façon plus générale, les métropoles sont de
nouvelles citadelles médiévales, avec une bourgeoisie qui se claquemure
derrière ses remparts, et entend même instituer bientôt des péages
urbains – le retour de l’octroi! Dans ces espaces clos, les habitants
ont simplement besoin de liaisons pour sortir – avions, TGV – et la
voiture est, pour eux, obsolète. Inversement, aujourd’hui les catégories
populaires vivent de plus en plus loin de l’emploi et ont un besoin
vital de leur voiture. Dans la chasse à la voiture menée par les élites
se manifestent une forme d’inconscience des difficultés réelles de ces
concitoyens et même un mépris de classe. La réaction du monde politique
d’en haut est d’accuser les classes populaires de ne pas avoir
conscience de l’enjeu écologique! Les conflits sociaux ont toujours
existé, mais c’est la première fois dans l’histoire qu’il y a une perte
de contact aussi grande entre le haut et le bas de la société. C’est une
véritable désaffiliation. Aujourd’hui Paris est beaucoup plus éloigné
de l’hinterland français que de Londres, Barcelone ou Amsterdam, et la
situation est la même dans les autres pays occidentaux. Autant de
facteurs qui favorisent les mouvements spontanés et incontrôlés comme
les «gilets jaunes».

La défense de l’écologie, comme la promotion de la «société ouverte», est devenue un outil de distinction sociale

La question de l’écologie illustre donc une divergence de préoccupations entre métropoles et France périphérique?

Tous
les Français souhaitent préserver l’environnement. Personne ne roule au
diesel par plaisir. De la même manière, si l’on considère la question
du multiculturalisme, tout le monde souhaite une préservation de son
capital culturel et un rapport à l’Autre distancié. Mais il faut
distinguer les objectifs et les moyens. Si j’ai les moyens de mettre à
distance l’Autre, en contournant la carte scolaire par exemple, je peux
faire l’apologie de la «société ouverte» sans difficulté. Il en va de
même en matière d’écologie. On peut facilement tenir un discours sur la
nécessité de préserver l’environnement quand on a les moyens de s’offrir
une voiture électrique ou de consommer bio. La défense de l’écologie,
comme la promotion de la «société ouverte», est devenue un outil de
distinction sociale. Certains continuent à présenter le mouvement des
«gilets jaunes» comme le rassemblement des ploucs, des Français «qui
fument des clopes et roulent en diesel», comme dirait Benjamin Griveaux,
qui a ajouté: «Ça n’est pas la France du XXIe siècle que nous voulons.»
Ces propos sont extravagants. La France qu’ils pensent déclinante,
vieillissante et vouée à disparaître peut potentiellement constituer la
majorité des électeurs. En réalité, la technostructure est incapable de
répondre aux attentes de ces catégories majoritaires, hier socle de la
classe moyenne, mais qui ne sont plus sa référence culturelle.


La rédaction vous conseille :


Christophe Guilluy: «Les “gilets jaunes” attestent la révolte de la France périphérique»

Eugénie Bastié Journaliste Débats et opinions

Source :© Christophe Guilluy: «Les “gilets jaunes” attestent la révolte de la France périphérique»

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais