95% des dons de B'nai B'rith Disaster Aid proviennent de dons de l'association caritative Brother’s Brother

Home»A LA UNE»95% des dons de B’nai B’rith Disaster Aid proviennent de dons de l’association caritative Brother’s Brother
95% des dons de B'nai B'rith Disaster Aid proviennent de dons de l'association caritative Brother’s Brother

Le B’nai B’rith International, la première et la plus ancienne organisation juive d’Amérique, a longtemps cité ses efforts d’assistance humanitaire et de secours en cas de catastrophe à travers le monde comme l’un des quatre «piliers» de son identité historique. En effet, la page d’accueil du groupe décrit le B’nai B’rith comme «un chef de file en matière de secours aux sinistrés».

Toutefois, un examen par le Forward des dossiers fiscaux publics du B’nai B’rith révèle qu’au cours des cinq dernières années, la très grande majorité de ses dépenses au titre de l’aide humanitaire – environ 95% de son budget d’aide – consistait en fournitures pharmaceutiques qu’il a reçues d’un autre organisme de bienfaisance et expédié à des hôpitaux et des centres médicaux en Amérique latine. La moitié de ces dons sont allés à l’Argentine.

Sur quelque 41,4 millions de dollars dépensés par le B’nai B’rith au titre de l’aide humanitaire depuis 2008, seulement 2,1 millions de dollars semblent avoir été affectés à l’aide d’urgence dans des zones d’urgence ou ayant des besoins urgents, comme Haïti, la Louisiane après l’ouragan Katrina et Fukushima, Japon, à la suite du tsunami et de la catastrophe nucléaire de 2011.

Le B’nai B’rith reçoit les fournitures pharmaceutiques qu’il expédie en Amérique latine de la part de la Fondation Brother’s Brother, une organisation caritative basée à Pittsburgh. La porte-parole du B’nai B’rith, Sharon Bender, a déclaré que son groupe avait commencé à travailler avec Brother’s Brother en 2002, quand un ancien dirigeant du B’nai B’rith – Sharon Bender a refusé de dire qui – était président de ladite fondation.

“Il avait un contact impliqué dans le B’nai B’rith d’Argentine, et ils ont échangé sur les besoins de la communauté argentine en raison de l’inflation extrême de l’époque”, a déclaré Bender.

Selon le directeur latino-américain de B’nai B’rith International, Eduardo Kohn, le groupe a depuis fait des dons pour un montant de 100 millions de dollars en médicaments et  fournitures pharmaceutiques à destination de  l’Amérique latine. Un examen méticuleux des formulaires fiscaux du B’nai B’rith International par le Forward n’a permis d’identifier que seule moins de la moitié de cette somme, environ 48 millions de dollars, a été  distribuée au cours de cette période.

Le B’nai B’rith explique que cela est dû au fait que pendant les quatre premières années des relations entre les deux organisations, le groupe juif n’a pas jugé utile de déclarer la valeur des médicaments et  fournitures pharmaceutiques comme produits de recette ou comme dépense dans ses états financiers. L’organisation a commencé à répertorier la valeur en nature des médicaments dans les deux colonnes uniquement à partie de 2006, a déclaré Bender.

«Certains de nos dirigeants – fiers de nos efforts – avaient suggéré de le montrer pour faire reconnaître le bon travail que nous faisons», a-t-elle écrit dans un courrier électronique.

Luke Hingson, président du Brother’s Brother, a confirmé que le chiffre de 100 millions de dollars est correct.

M. Hingson a déclaré que la majorité des produits pharmaceutiques fournis au B’nai B’rith pour être expédiés en Amérique latine étaient des antibiotiques génériques, des produits antidiabétiques et des médicaments pour l’hypertension.

Il a ajouté que Brother’s Brother travaillait pour le B’nai B’rith en Amérique latine, ce dernier disposant d’un bon réseau de contacts par le biais de son système de loges local et de son intégrité. «Tous les groupes, là-bas, n’offrant pas cette garantie d’intégrité», a déclaré Hingson. “Le B’nai B’rith, oui.”

Les fournitures pharmaceutiques, que le B’nai B’rith reçoit en don massif de Brother’s Brother, puis qu’il redistribue aux gouvernements d’Amérique latine, peuvent représenter jusqu’à 59% des recettes totales du B’nai B’rith et jamais moins de 17% de ce qu’ils reçoivent  en une année.

L’Amérique latine en général, et l’Argentine en particulier, pourraient ne pas être la première région à laquelle les donateurs américains pensent quand ils prennent en compte les besoins humanitaires à l’étranger.

Mais Martin Zanin, directeur associé du groupe sans but lucratif AmeriCares, spécialisé dans la santé et les secours en cas de catastrophe, a déclaré que la région avait cruellement besoin de fournitures pharmaceutiques.

L’année dernière, 30% des 193 millions de dollars de fournitures pharmaceutiques fournis par AmeriCares au monde entier ont été acheminés vers l’Amérique latine et les Caraïbes, a déclaré Zanin.

Zanin a déclaré qu’AmeriCares ne fonctionnait pas en Argentine, il ne pouvait donc pas se prononcer sur les besoins de ce pays. Il a déclaré qu’un bon moyen d’évaluer les besoins médicaux globaux consiste à examiner des paramètres tels que le revenu par habitant et la mortalité infantile.

Bien que l’Argentine soit à la traîne par rapport aux pays occidentaux en ce qui concerne ces mesures, son revenu par habitant est l’un des plus élevés et son taux de mortalité infantile l’un des plus bas d’Amérique latine.

L’Argentine se classe au 75ème rang mondial pour le revenu par habitant, selon le CIA World Factbook , juste derrière le Chili en Amérique latine. En ce qui concerne la mortalité infantile, l’Argentine se situe au 143ème rang mondial , derrière Cuba, le Costa Rica et l’Uruguay en Amérique latine.

Kohn a déclaré que le B’nai B’rith livre la plupart des fournitures pharmaceutiques qu’il reçoit en Argentine, car ce pays a une population nombreuse – plus de 40 millions d’habitants – et qu’il s’agit du pays le plus disposé à accepter les médicaments auxquels le B ‘nai B’rith y a accès.

Le B’nai B’rith ne paie pas ces fournitures pharmaceutiques qui lui sont offerts, mais uniquement les coûts de transport et les frais de douane.

Bender a ajouté que les états financiers de B’nai B’rith International ne reflétaient pas les fonds supplémentaires collectés et donnés par des unités situées en dehors des États-Unis.

Bien que les dons de produits pharmaceutiques du B’nai B’rith à l’Amérique latine soient au-dessus de ses autres activités humanitaires, le groupe gère des secours humanitaires dans le monde entier.

À la suite de l’ouragan Katrina, le B’nai B’rith a consacré 1,1 million de dollars sur six ans à des projets dans le Mississippi, la Louisiane et le Texas. Après la catastrophe de Fukushima en 2011, il a dépensé 85 000 dollars en soutien médical et logistique. Le groupe a également recueilli des dizaines de milliers de dollars pour des travaux de secours après le passage de la tempête Sandy et du bombardement du marathon de Boston.

Ces chiffres sont dérisoires au vu de l’image que B’nai B’rith tente de de donner au travers de son site Web et dans ses états financiers, afin de se prévaloir d’être une grande organisation mondiale de secours.

Sa page d’accueil actuelle, par exemple, présente une photo des structures côtières détruites en image titre, avec pour titre «Aidez les victimes du typhon aux Philippines».

Mais l’accent mis sur l’Amérique latine suggère une tendance qui est évidente pour les partisans de l’organisation depuis un certain temps.

Bien que le B’nai B’rith semble être en déclin en Amérique du Nord, il continue à rester fort en dehors des États-Unis, en particulier en Amérique latine, où il est représenté dans la plupart des pays de la région.

Cela représente un changement important, bien que de longue haleine, pour cette organisation, qui a été fondée il y a 175 ans par des immigrants juifs allemands dans le Lower East Side de New York. Fondé comme une organisation fraternelle juive inspirée des maçons, le B’nai B’rith s’est engagé dès le début à aider les nécessiteux, les pauvres et les démunis.

Le B’nai B’rith a construit le premier orphelinat juif d’Amérique, son premier hôpital juif et sa première bibliothèque juive.

Il a également donné naissance à trois organisations – la Ligue anti-diffamation; Hillel, et BBYO, anciennement l’Organisation de la jeunesse B’nai B’rith, ont ouvert leurs portes de manière autonome et ont connu un succès fulgurant.

Mais les jours de l’organisation fraternelle en Amérique ont longtemps été comptés.

Aujourd’hui, le B’nai B’rith dit qu’il est «enraciné» dans quatre «piliers majeurs»: les droits de l’homme et les politiques publiques, soutenir et défendre Israël, la défense des droits des personnes âgées et le logement, et «aider les communautés».

Mais le groupe s’est trouvé dans une situation financière de plus en plus difficile ces dernières années, alors qu’il était éclipsé par d’autres organisations juives américaines dans la plupart de ces régions qu’il déclare avoir pour mission.

Dans les domaines des droits de l’homme, des politiques publiques et de la défense des droits d’Israël, le B’nai B’rith est largement considéré par les professionnels communaux juifs comme éclipsé par l’ADL, le Comité juif américain, le Conseil juif pour les affaires publiques, les Fédérations juives d’Amérique du Nord et des groupes de pression tels que l’American Israel Public Affairs Committee.

Sur le front de la défense des droits des seniors, le B’nai B’rith aide depuis 40 ans les sections locales à demander un financement pour des projets d’aide à la vie autonome. Les 42 bâtiments en résultant à travers les États-Unis, desservant 8 000 personnes âgées, sont financés par le gouvernement fédéral.

Cela a fait du travail humanitaire du B’nai B’rith la principale source de revenus – et de dépenses – du groupe dans ses états financiers. Mais dans l’ensemble, son actif net, ainsi que ses réseaux de réseaux aux États-Unis, sont en déclin à long terme.

En 2011, l’Internal Revenue Service a annulé le statut d’exonération fiscale de 500 pavillons du B’nai B’rith dans le cadre d’une campagne nationale d’organismes à but non lucratif dont il pensait qu’elle était disparue.

Entre 2002 et 2011, l’actif net du B’nai B’rith est passé de 6,2 millions USD à un déficit de 13,5 millions USD.

Le chiffre négatif était dû au régime de retraite surchargé du B’nai B’rith, qui en 2011 ne disposait que de 30 millions USD d’actifs pour couvrir 56 millions USD de prestations.

Même après le renflouement du régime de retraite du B’nai B’rith par la Pension Benefit Guaranty Corp. du gouvernement fédéral en 2012, les finances du groupe restent précaires.

Selon sa déclaration de revenus de 2012, l’actif net du groupe avait atteint 150 000 dollars l’an dernier.

Allan Jacobs, président du B’nai B’rith, a déclaré que la valeur nette de l’organisation était bien supérieure à 150 000 dollars. “Je ne sais pas d’où vient ce chiffre”, a déclaré Jacobs, “mais ce n’est pas le nombre actuel, loin de là.”

Jacobs a déclaré que son organisation disposait de beaucoup d’argent et «fonctionnait très près d’un seuil de rentabilité».

Il a ajouté que le B’nai B’rith ne s’appuie plus sur le modèle d’adhésion des adhérents. Au lieu de cela, a-t-il dit, le mouvement s’est déplacé vers les contributions volontaires, bien qu’il ait refusé de divulguer des chiffres.

“Nous ne pensons pas que ce soit le type d’informations qu’une organisation comme la nôtre devrait divulguer au grand public ou aux autres organisations”, a déclaré Jacobs.

Selon les documents fiscaux du B’nai B’rith, ses membres cotisants sont en baisse constante. L’organisation a collecté 600 000 dollars de cotisations l’an dernier, contre 3 millions de dollars il ya 10 ans.

Outre le travail humanitaire, le B’nai B’rith collabore avec des organismes nationaux et internationaux d’Amérique latine luttant pour les droits de l’homme et contre la discrimination.

Kohn a déclaré: «Le B’nai B’rith est une marque très prestigieuse en Amérique latine. Il est bien respecté par les partis politiques, les organisations sociales et les ONG, et cela attire des gens [de la communauté juive] au B’nai B’rith. “

Le B’nai B’rith est également actif au sein de l’Organisation des États américains, de l’Union européenne et des Nations Unies.

Moishe Smith, ancien président du B’nai B’rith, a déclaré que, comme le groupe est hébergé dans plus de 50 communautés à travers le monde, les gouvernements étrangers et les organismes internationaux sont réceptifs à ses besoins et à son point de vue.

Seymour Reich, un autre président sortant du B’nai B’rith, a déclaré que le groupe “avait encore un avenir”.

«C’est dynamique, actif, préoccupé par l’antisémitisme, l’aide humanitaire et le logement des personnes âgées», a déclaré Reich. “Et les deux dernières catégories ne sont pas entreprises par une autre organisation.”


Paul Berger

 

Paul Berger

Paul Berger était rédacteur au Forward de 2011 à 2016 et couvrait des problèmes liés à la criminalité et aux soins de santé, tels que les abus sexuels, la circoncision et la fraude. Il parle couramment le russe et a fait des reportages en Russie et en Ukraine. Il aime aussi creuser dans les mystères historiques .

 

Texte original: https://forward.com/news/190204/bnai-brith-disaster-aid-is-95-donated-drug-handou/

 

 

Source : © B’nai B’rith Disaster Aid Is 95% Donated Drug Handouts to Latin America

2 Responses to "95% des dons de B’nai B’rith Disaster Aid proviennent de dons de l’association caritative Brother’s Brother"

  1. Jo Murciano   14 octobre 2018 at 14 h 15 min

    Quel intérêt pour nous d’abimer l’image de B’nai Brit?
    N’y a t il pas d’autres priorités?

    Répondre
    • RichardA   14 octobre 2018 at 14 h 52 min

      Tout simplement parce qu’il est important de savoir ce que l’on fait de l’argent des donateurs. Surtout quand on les garde pour soi !!!!

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais