Quantcast

Tsedek-Info d'Israël n° 129 mai-juin 2018

Home»EDITORIALISTES»Tsedek-Info d’Israël n° 129 mai-juin 2018

Tsedek-Info d'Israël n° 129                    mai-juin 2018

Tsedek-Info d’Israël n° 129                           mai-juin 2018

Distinctions & performances

– Pr. Halina Abramowitz de la Faculté des Sciences exactes de l’Université de Tel-Aviv a été élue à l’unanimité à la tête de la commission pour la mise à jour de la stratégie européenne de la physique des particules ; elle est chargée d’élaborer la politique d’avenir du Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN), le plus grand centre de physique des particules du monde, situé à Genève.
– Pr. Pinchas Alpert du Département des sciences de la Terre de l’Université de Tel-Aviv remporte la prestigieuse médaille Birkens remise par l’Union européenne des géosciences (EGU), considérée comme l’un des prix les plus prestigieux dans le monde dans le domaine des sciences de l’atmosphère. Il a étudié les causes du phénomène d’assombrissement global ou obscurcissement planétaire, la diminution progressive de la quantité de rayonnement solaire atteignant la surface de la Terre.

Inspecto, une start-up israélienne, a décroché le prix Idea4Change (Idée pour le changement) de la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies (CEE-ONU, UNECE) pour son prototype de détection des pesticides sur les aliments.

– Suaad Abd-Elhadi, étudiante en doctorat à l’Université hébraïque de Jérusalem, a remporté le Kaye Innovation Award pour son outil de diagnostic, ELISA, qui détecte la maladie de Parkinson à un stade beaucoup plus précoce que les outils existants et permet de suivre la progression de la maladie.

High Tech

– Dr. Shai Maritzki est déjà le fondateur de la compagnie Pluristem Therapeutics Ltd, spécialisée dans les cellules de moelle osseuse, aujourd’hui une des entreprises les plus performantes dans le domaine biomédical. Puis il a créé une société de biotechnologie, Bonus BioGroup Ltd à Haïfa, qui a développé une nouvelle technologie, un greffon vivant d’os humain destiné à des greffes osseuses. Ce greffon semi-liquide est fabriqué à partir de cellules graisseuses des patients concernés, et il est injecté sur les parties manquantes de l’os. Au bout de quelques mois, le greffon durcit et fusionne entièrement avec la mâchoire qui retrouve sa forme normale. Pr Maritzki : « Pour la première fois au monde, on va pouvoir reconstituer des os déficients au moyen de matière osseuse humaine fabriquée en laboratoire, et la transplanter, avec un minimum de chirurgie invasive, par injection » 

– Avner Avidan (Monash University) et Yair Moneta (Tel Aviv University) ont mis au point un système portatif permettant d’évaluer la présence de pesticides résiduels sur les denrées alimentaires tels que les fruits et les légumes. Ils ont créé Inspecto qui utilise une technologie basée sur les dernières avancées en spectroscopie, permettant d’identifier et de quantifier une molécule via son « empreinte » sur le spectre optique issu du scan du produit. Inspecto pourra établir une base de données suffisante pour être utilisée directement par les consommateurs d’ici une dizaine d’année. L’appareil estime en quelques secondes la concentration de produits chimiques résiduels, à l’échelle du ppm (parti par million, ou mg/kg)

 

Archéologie

– Deux chercheurs de l’Université de Haïfa,  Eshbal Ratson et Jonathan Ben-Dov, ont achevé la reconstitution de l’un des deux derniers rouleaux encore en cours de déchiffrement des manuscrits de Qoumran, à partir de 60 fragments de moins d’un cm2. Ils ont trouvé des indications sur un calendrier « non lunaire » (année de 364 j), mais aussi des détails sur des célébrations qui ont disparu depuis, à l’occasion du passage des 4 saisons.  Ces jours sont appelés « téqoufah » ou périodes. Il s’agit de fêtes célébrant les abondantes récoltes de blé, de vigne et d’oliviers.  De fait le blé, le vin et l’huile constituent les produits de base assurant une bonne nutrition des populations. Ils constituent les meilleurs bienfaits dont la divinité fait bénéficier une humanité qui respecte ses lois et ses commandements. Le calendrier de 364j est plus facile à suivre que celui de 365j, car divisible par 4 et 7. Et il était considéré comme parfait par cette secte essénienne qui s’adonnait aux idéaux de pureté et de justice. On trouve aussi dans ce rouleau la copie la plus ancienne du Décalogue.

– Dr. Shlomit Weksler-Bdolah et son équipe de l’Autorité des Antiquités d’Israël (AAI)ont découvert sur le chantier de la Plaza du Mur Occidental un fragment de sceau en calcaire, écrit en hébreu et bien conservé, datant du 1er Temple et mentionnant 2 gouverneurs à Jérusalem. Cette découverte d’un sceau officiel portant 2 visages et datant de 27 siècles est exceptionnelle.

– Dr. Katia Cytryn-Silverman, doctorante de l’Université Hébraïque de Jérusalem, à l’Institut d’Archéologie et au Département d’études islamiques, directrice des travaux d’excavation à Tibériade, explique que la porte en basalte découverte en 2010, avec l’empreinte sculptée d’un chandelier à 7 branches ou « ménorah » est une porte funéraire, rappelant symboliquement le passé juif lié au Temple. La porte date des 2/4ème s. et a été utilisée comme base d’un pilier dans une mosquée construite au 7ème s. La mosquée a été détruite par un tremblement de terre en 1068 et lors des Croisades, le site a été consacré à la production de sucre, mais la structure s’est effondrée au 13ème s.

– Achia Cohen Tavor de l’administration civile d’Archéologie et son équipe, avec l’aide de l’archéologue du collège Herzog, Dr. Itzhak Meitlis, ont découvert à Susya, sur le Mont Hevron, des pièces de monnaie, de la poterie et des bains rituels, montrant la présence d’une communauté juive en Judée datant de 2100 ans, à l’époque hasmonéenne.

– Les archéologues du chantier de fouilles de la grotte de Qesem près de Rosh Ha’ayin, dirigé par Pr Avi Gopher et Pr Ran Barkai du Département d’Archéologie et des anciennes cultures du Proche-Orient de l’Université de Tel-Aviv, ont découvert ce qu’ils pensent être une école préhistorique, où les ancêtres des humains modernes enseignaient à leurs enfants comment survivre en fabriquant des outils en silex et en dépeçant des animaux, il y a 400 000 ans. Ce site l’un des sites préhistoriques les plus exceptionnels de la planète. On y a découvert les traces du premier foyer allumé par l’homme pour faire cuire les aliments, des milliers d’outils « recyclés », parmi lesquels des marteaux en os et des pierres de silex retravaillées, des indications du régime alimentaire de nos ancêtres du Neandertal, ainsi que de la manière dont ils consommaient leur nourriture. Ella Assaf : « En observant les actuelles tribus de chasseurs-cueilleurs encore existantes, nous pouvons déduire qu’il existait une structure sociale similaire chez les hominiens, et que les enfants apprenaient très tôt à fabriquer des instruments en silex et à dépecer les animaux pour utiliser leur viande et leur peau ». L’espérance de vie de l’hominien était d’environ 30 ans. Mais à ce stade de son évolution, il avait déjà développé beaucoup des compétences technologiques qui lui ont permis d’avoir l’avantage sur les animaux de leur entourage, pourtant plus puissants physiquement.

– Grâce aux recherches par drone, les archéologues de l’AAI sous la direction de Dr Oren Gutfeld de l’Université Hébraïque de Jérusalem, ont découvert au nord du Négev, dans la région de Lachish, dans les fouilles de Horvat A’mouda, une structure hellénistique datant de 2200 ans, un palais iduméen ou un temple. Le site se situe dans une zone militaire près du parc national Bet Gouvrin-Maresha. Un autel d’encens en pierre extrêmement rare présente le dessin sculpté d’un taureau d’un côté et sur l’autre une espèce de cheval. L’édifice a dû être détruit à l’époque hasmonéenne. On a découvert également des bols en poterie délicatement peints, des cruches et des lampes à huile. Situé dans une implantation agricole, le site comprend également des bains rituels, des presses à huile, des colombiers…

Révélations

Le saviez-vous ? Le groupe qui a inventé le bureau partagé WeWork souhaite réinventer une institution israélienne de plus de 100 ans, un qibouts mais en ville. « WeLive » est un concept d’espaces de vie partagé qui fournit des appartements meublés avec des lieux et des équipements en communs, un « kibboutz urbain »

Le saviez-vous ? Le tourisme a augmenté de 25% en 2017, atteignant le chiffre de 3,6 millions !, le groupe américain étant le plus important soit 716000, suivi des Russes avec 307000. La France vient en 3ème position avec 284000 touristes.

Le saviez-vous ? En collaboration avec la municipalité de Tel Aviv, une petite serre agricole a été créée juste en face du théâtre Habima. L’objectif est d’apprendre à faire pousser des fruits et légumes comestibles chez soi, afin de les consommer directement une fois arrivés à maturité… De l’apprentissage théorique de la culture hydroponique jusqu’à la pratique tout est mis en œuvre pour pouvoir préparer son propre petit potager. Sur place, on vend également des graines pour plus de 50 fruits et légumes différents. L’agriculture urbaine prend de l’ampleur dans le pays.

Le saviez-vous ? Selon le site « Juifs pour Jésus », de 30000 à 125000 Juifs dans le monde croient en Jésus.

Défense

– Yoav Mordechai, coordinateur des activités du gouvernement dans les Territoires (COGAT) : « Tout comme le système israélien anti-missile Iron Dome, il y a désormais un dôme technologique d’acier sous terre… Nous avons développé de nouveaux moyens technologiques pour détecter et détruire tout type de tunnels, tout en construisant le long de la frontière un mur souterrain »

– La filiale Etsec de la Société Elbit Industries à Sderot a mis au point un périscope de fusil léger et performant appelé « Xact » qui fonctionne comme un smartphone, mettant en liaison avec un ou plusieurs autres fusils par wifi ou bluetooth, fonctionnant de nuit et en pleine obscurité sur une distance 300/600 m, mais pouvant atteindre 2 km pour un sniper. Cet outil peut être adapté pour le jour et sur toute arme manuelle existante. Sa batterie dure 8 h.

Inventions et découvertes

– Une équipe dirigée par Pr Boaz Pokroy du Département de science et ingénierie des matériaux du Technion a découvert comment une belle étoile  de mer appelée « ophiure » peut créer un matériau similaire au verre trempé sous l’eau. Sur les bras de cette créature sont situées des centaines de lentilles focales qui détiennent des indices pour faire des céramiques  complexes. Faites de craie, les lentilles sont puissantes et précises, et le déchiffrement de leur structure cristalline et nanométrique a permis de faire ce lien. Pr Pokroy étudie les matériaux créés par les organismes vivants et produit des matériaux synthétiques analogues en utilisant des méthodes inspirées par la nature. Les coquilles de mollusques, les perles, les os et les carapaces de tortues sont quelques exemples de biominéraux. « Ce qui est impressionnant à propos des biominéraux, c’est qu’ils sont fabriqués à partir de matériaux disponibles pour l’organisme, par exemple, la craie…Les ingénieurs ne choisiraient jamais la craie comme matériau de construction durable, mais la nature l’utilise et utilise avec succès différentes stratégies de renforcement. De plus, les créatures produisent ces biominéraux dans les conditions disponibles, sans fours ni dispositifs générateurs de pression disponibles dans les laboratoires de recherche. Il est donc clair qu’en tant que scientifiques et ingénieurs, nous avons beaucoup à apprendre de ces processus » A titre de comparaison, le verre trempé et le béton précontraint sont produits en exerçant une pression qui comprime le matériau et le rend plus compact que son état naturel. La trempe du verre, par exemple, est réalisée en chauffant puis en refroidissant rapidement le matériau. Dans ce processus, l’extérieur du matériau se refroidit plus rapidement que l’intérieur et comprime ainsi l’intérieur. L’équipe a découvert que l’étape cruciale dans le processus de formation de la lentille est le passage de la phase amorphe – la phase entre liquide et solide – à la phase cristalline. A ce stade, les nanoparticules de calcite — qui sont plus riches en magnésium et caractérisées par une plus grande compacité à l’échelle atomique — se séparent du reste du matériau. La différence de concentration de magnésium dans les particules de calcite provoque divers degrés de dureté, de densité et de pression, dans différentes régions du matériau. Les particules riches en magnésium pressent sur la partie interne de la lentille à mesure qu’elle cristallise, et la “trempèrent” en une matière cristalline claire et plus dure. On peut ainsi employer cette biostratégie dans le renforcement des matériaux céramiques synthétiques utilisés dans diverses applications allant des lentilles optiques aux turbocompresseurs automobiles et même aux implants biomatériaux.

– Benjamin Palmer et des chercheurs du département de biologie structurelle à l’Institut Weizmann de la Science, à Rehovot, ont découvert que la coquille Saint-Jacques possédait un système visuel sophistiqué pouvant comprendre jusqu’à deux cent yeux d’un millimètre de diamètre fonctionnant comme des télescopes. La plupart des yeux des animaux, ont un cristallin, une lentille qui fait converger la lumière vers la rétine formée de tissu sensible aux rayons lumineux, se trouvant au fond de l’oeil. Des organismes marins comme la coquille Saint-Jacques et des poissons vivant dans les grandes profondeurs ont un système de miroirs pour créer des images par réflexion de la lumière et programmés pour capter les ondes lumineuses qui pénètrent dans leur habitat. Les yeux des coquilles Saint-Jacques sont ainsi dotés d’un miroir concave pour réfléchir la lumière. Ces miroirs sont formés d’une mosaïque de cubes cristallins microscopiques dont la morphologie complexe en trois dimensions permet aussi de réduire les aberrations optiques et de produire des images nettes. Les miroirs forment des images sur une rétine à deux couches de tissu, de manière à produire séparément des images dans le champ visuel central et périphérique donnant à la coquille Saint-Jacques un champ visuel d’environ 250 degrés comparativement à 180 degrés pour les yeux humains.

Cette étude ouvre la voie à la création de nouveaux instruments optiques inspirés de la biologie ou déboucher sur des applications en imagerie ou encore pour de nouveaux capteurs.

Problèmes de société

Près de la moitié des étudiants israéliens sont diagnostiqués comme ayant des difficultés d’apprentissage. Pr. Tzipi Horowitz-Krauss de la la Faculté des Sciences et de Technologie de l’Education du Technion, a découvert des marqueurs électrophysiologiques qui permettent de mesurer quantitativement la capacité des lecteurs qui ont du mal à identifier leurs erreurs de lecture. Elle a également constaté que ces marqueurs reflètent l’efficacité des programmes d’intervention chez les enfants ayant des troubles d’apprentissage : lorsque la capacité de lecture s’améliorait, les cerveaux des lecteurs en difficulté montraient une augmentation de l’intensité de l’activité cérébrale lors d’une erreur de lecture. « Les troubles de l’apprentissage restreint l’affect, l’estime de soi et le sentiment d’appartenance et peut nuire à la capacité de prendre des décisions à la fois dans le domaine social, mais aussi de la carrière universitaire et de l’employabilité ».  Pr. Tzipi Horowitz-Krauss a créé le premier centre en Israël pour l’imagerie cérébrale chez les enfants (neuroimaging-center.technion.ac.il). En utilisant des EEG et un modèle d’IRM adapté aux enfants, et un environnement agréable construit à cet effet, elle travaille avec des enfants souffrant de divers troubles, dyslexie, problèmes de traitement auditif, troubles psychiatriques et problèmes neurologiques.

 

Agriculture et botanique

 

Pr Asaph Aharoni et le Dr Guy Polturak de l’Institut Weizmann des Sciences en Israël ont réussi à modifier génétiquement un grand nombre de légumes et de fleurs afin qu’ils produisent différents pigments possédant, notamment, des propriétés anticancéreuses. Il a été mis en évidence que les pigments attirent les insectes pollinisateurs ou encore qu’ils protègent les végétaux de certaines maladies. Il existe trois catégories principales de pigments qui génèrent la quasi-totalité des couleurs du monde végétal : les anthocyanes, les caroténoïdes et les bétalaïnes. Chacune de ces familles présente des caractéristiques très particulières, incluant des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires ou anticancéreuses. Les pigments sont importants pour la communauté scientifique.

L’équipe s’est intéressée à une classe de pigments, appelée bétalaïne, présente notamment dans les betteraves rouges, les cactus, les bougainvilliers, les belles-de-nuit (Mirabilis jalapa) etc.. Elle a observé puis retracé le gène permettant la production des bétalaïnes, ainsi que les mécanismes métaboliques conduisant à leur fabrication ; ceux-ci utilisent un acide aminé, la tyrosine, comme brique élémentaire. L’équipe a ensuite greffé le gène dans des levures pour leur faire produire la couleur désirée. Après ce premier test, elle a greffé ce gène dans des tomates ou encore des pommes de terre et réussi à leur donner différentes couleurs. Elle a également réussi à contrôler la zone de production de ces pigments, limitant par exemple la couleur aux fruits de la tomate. La teneur en bétalaïnes accroît la valeur nutritive des fruits et légumes. De plus, ces pigments luttent activement contre le Botrytis Cinerea, une espèce de champignon — caractéristique des fraises trop mûres — qui détruit chaque année une grande quantité de végétaux comestibles. Enfin, les chercheurs sont également en mesure de produire à grande échelle ce pigment de façon économique. Une fois extrait, ce dernier permet de fabriquer des médicaments de première nécessité à forte valeur ajoutée.

Économie

– Selon le ministre de l’Economie et de l’Industrie, Eli Cohen « Les exportations ont une grande importance pour l’économie, elles sont le moteur de la croissance économique et la principale source d’emplois stables du pays ». En 2017, les exportations ont augmenté de 5% et dépassé les 100 milliards $. 45 milliards de marchandises, 7 milliards de diamants et 1,2 milliard de produits agricoles, le reste étant exporté vers l’Autorité palestinienne.

– Israël reste celui où la pauvreté est la plus importante parmi les pays de l’Ocde, bien qu’elle ait baissé de 1,3% en 2016. 18,6% des familles vivent au-dessous d’un revenu mensuel de 8345 sheqel pour 4 personnes. Les plus vulnérables, notamment les handicapés, restent des « laissés pour compte » (source NII)

Santé

– Pr. Satchi-Fainaro, chef du Département de physiologie et pharmacologie et du laboratoire de recherche sur le cancer et la nano-médecine de l’Université de Tel-Aviv, et son équipe ont réussi à développer un traitement qui inhibe de manière significative le développement du cancer du pancréas. Pr Satchi-Fainaro : « Le cancer du pancréas est une maladie extrêmement agressive. En dépit de tous les traitements proposés par la médecine moderne, de nombreux patients atteints de ce cancer meurent dans les mois suivant le diagnostic, et 75% en moins d’un an. Cependant, sept pour cent des personnes diagnostiquées survivent cinq ans ou plus. Mais jusqu’à présent, on ne savait pas ce qui distinguait ces patients par rapport aux autres… Dans une première étape, nous avons prélevé des échantillons de cellules tumorales et examiné le niveau d’expression des gènes et des micro-ARN. Dans la plupart des cas, les résultats ont correspondu à description clinique d’un cancer violent: déficience en molécules d’ARN du type microARN- 34a, connu pour inhiber les gènes qui favorisent le cancer, et par contre haut niveau de l’oncogène Plk1, qui stimule l’activité des tumeurs cancéreuses ».

Afin d’examiner la relation entre ces résultats et la durée de survie des patients les chercheurs se sont tournés vers Pr. Eytan Ruppin, expert en bioinformatique, qui a utilisé la base de données géante TCGA – « l’atlas du génome du cancer » – et lui a appliqué des algorithmes spécifiques qu’il a développés à cet effet. Les calculs ont montré que chez les patients qui ont survécu longtemps, le rapport est inversé: niveau élevé de l’inhibiteur de cancer microARN-34a, et faible niveau de l’oncogène Plk1. L’examen de tissus entiers confirme la relation inverse qui a été constatée entre les niveaux des deux marqueurs biologiques chez les patients « normaux » par rapport à ceux qui survivaient. L’équipe a mis au point de minuscules « véhicules de transport » de médicaments, des nanoparticules à base de polymères qui se décomposent en libérant leur chargement sous l’influence d’une enzyme spécifique se trouvant sur le site du cancer. Dans ces nanoparticules, elle a stocké des microARN-34a (déficients chez les patients qui décèdent rapidement), et des siRNA (petits ARN interférents) qui dépriment l’oncogène Plk1. Les deux substances libérées simultanément sur le site de la tumeur ont agi en synergie, retardant la progression du cancer de 96% au bout de 45 jours de traitement.

Via Surgical a présenté un nouvel outil « FasTouch » permettant d’attacher un filet aux tissus, permettant aux chirurgiens de traiter les hernies avec moins de complications, moins de douleur et une récupération plus rapide. La chirurgie ouverte de la hernie implique de piquer un filet sur le tissu faible. Aujourd’hui, de nombreuses hernies sont réparées par laparoscopie. Mais du fait  que la suture à travers de minuscules incisions laparoscopiques est difficile, la plupart des chirurgiens utilisent une solution moins idéale – des punaises vissées pour fixer la maille à la paroi abdominale ou à l’os. FasTouch permet de fixer du matériel prothétique sur les tissus mous. Il est conçu comme des sutures et livré comme des punaises, dans le but de fournir le meilleur des deux mondes pour la réparation herniaire laparoscopique.                                    

– La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de la démence au sein de la population âgée. Bien que de nombreux progrès aient été réalisés dans le diagnostic de la maladie au cours des dernières décennies, il n’existe toujours pas de traitement efficace contre elle.La maladie d’Alzheimer perturbe un grand nombre de processus, tels que l’apport d’oxygène au cerveau et la formation des protéines, et provoque une inflammation du système neurologique“, explique le Prof. Ashery. Une étude menée par le Prof. Uri Ashery et la doctorante Ronit Shapira, du Département de Neurobiologie de l’Université de Tel-Aviv, et le Prof. Shai Efrati de l’Ecole de Médecine de l’université et du Centre de médecine hyperbare de l’hôpital Assaf Harofeh, a montré que le traitement par oxygène hyperbare améliore considérablement les symptômes de l’Alzheimer.

La thérapie en chambre hyperbare, comprenant une exposition à un air contenant 100% d’oxygène à une pression supérieure à la normale, est utilisée cliniquement pour traiter une variété de maladies et pathologies en vue d’augmenter l’apport d’oxygène aux tissus endommagés et d’accélérer le processus de guérison, y compris l’augmentation du nombre de cellules souches. Des études récentes ont montré que la thérapie en caisson hyperbare peut être efficace chez les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien, même des années après l’événement.

L’équipe a constaté une multiplication par 5,6 des teneurs en oxygène dans le cerveau, une réduction de 65% des marqueurs pathologiques caractéristiques de l’Alzheimer comme les dépôts amyloïdes, et une diminution de près de 70% de la protéine Tau. En outre, le traitement a réduit le niveau des facteurs inflammatoires et augmenté celui des facteurs anti-inflammatoires, réduisant ainsi le phénomène d’inflammation du système nerveux. Pr Shai Efrati : « Dans le cas des humains, il est probable que le traitement doive être administré dans les premiers stades du déclin cognitif, avant une dégénérescence importante du tissu cérébral. D’où l’importance de la détection précoce de la maladie“.

– Pr. Martin Kupiec et le Dr. Kobi Simpson-Lavy de l’École de biologie moléculaire et de biotechnologie de l’Université de Tel-Aviv ont identifié une protéine susceptible de subir un processus de transformation biologique inverse à celui qui aboutit à la perte des fonctions cérébrales. Les chercheurs espèrent que cette étude révolutionnaire pourra contribuer dans l’avenir au traitement de maladies telles que le diabète, la maladie d’Alzheimer et celle de Parkinson. Pr Kupiec : « Avec l’âge des amas de protéines ou agrégats se forment dans les cellules. Ces blocs se créent pour de nombreuses raisons, et le processus est considéré comme irréversible. Il s’agit d’un phénomène typique d’un certain nombre de maladies graves, en particulier des maladies caractérisées par une perte de la fonction cérébrale ». La plupart des processus dans nos cellules sont effectués par des protéines. En temps normal, il s’agit de molécules solubles qui peuvent se déplacer d’un endroit à l’autre de la cellule. Les agrégats de protéines interfèrent avec cette capacité et sont responsables d’un certain nombre de maladies, telles que le diabète, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et l’encéphalopathie spongiforme bovine (maladie de la “vache folle”). Pour minimiser ces interférences, la cellule tente de “désassembler” ces blocs ou de les empiler dans certains emplacements. Pour les besoins de la nouvelle étude, le Dr. Simpson-Lavy a examiné la réponse des cellules de levure à la présence de sucres. Il a constaté que l’ajout de glucose au substrat de croissance provoquait l’empilement d’une protéine nommée STD1. La formation des agrégats de la protéine Std1 dépend des mêmes systèmes cellulaires que ceux qui conduisent aux maladies neuro-dégénératives du cerveau. Ainsi, les chercheurs ont-ils découvert un nouveau mécanisme biologique de régulation de l’activité des gènes qui aboutit à une réversion du processus d’agrégation suite à des changements des conditions environnementales. L’étude suggère que toutes les accumulations de protéines ne provoquent pas nécessairement une maladie et qu’il est peut-être possible de transformer un agrégat irréversible en agrégat réversible.

– Pr Raphael Mechoulam et son équipe ont étudié les propriétés thérapeutiques et psychoactives du cannabis dans le cadre du Laboratoire de biologie du cancer et de recherche sur les cannabinoïdes à l’Institut Technion. Pr Meiri : « Les cannabinoïdes pourraient être utilisés dans le traitement des personnes souffrant du cancer, de l’épilepsie et du diabète… ou pour aider les enfants autistes, en soulageant leur anxiété et leur agressivité, et en améliorant leur capacité à communiquer »

Internet

Suite à trois décennies de recherche en neurosciences et de nombreuses publications dans les principaux magazines scientifiques de référence, l’entreprise de Neurotechnologies Eyekon E.R.D a conçu et développé la plateforme scientifique GlassesOff. Disponible sur iOS et Android, cette application mobile unique en son genre permet d’améliorer les performances visuelles de près et de se libérer ainsi des lunettes de lecture. Le programme d’entraînement est personnalisé et s’adapte à La technologie GlassesOff agit sur la plasticité cérébrale. L’utilisateur s’entraîne en effectuant des exercices visuels ludiques pour améliorer les capacités du cortex visuel à traiter les images reçues, et à compenser ainsi les déficiences optiques dues au vieillissement de l’œil.

Sources: IsraelValley, SiliconWadi, … —               contribution: Albert SOUED

La série de Tsedek-Info est en ligne à http://www.nuitdorient.com/n40a.htm 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais