Quantcast

Le Figaro Premium - Donald Trump joue-t-il au fou avec la Corée du Nord ?

Home»A LA UNE»Le Figaro Premium – Donald Trump joue-t-il au fou avec la Corée du Nord ?
Le Figaro Premium - Donald Trump joue-t-il au fou avec la Corée du Nord ?

 

VIDÉO – Pour accélérer la fin de la Guerre du Vietnam, le président américain Richard Nixon avait mis au point la «théorie du fou» qui consistait à faire croire à son adversaire que l’on était prêt à tout pour le pousser à capituler.

La guerre des mots entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un est allée jusqu’à l’évocation de la menace suprême d’une attaque nucléaire. Mercredi, un jour avant le 72e anniversaire de l’attaque atomique de Nagasaki, qui a précipité la capitulation du Japon en 1945, le commandant suprême des États-Unis a évoqué la possibilité d’user du feu nucléaire contre Pyongyang, même s’il a ajouté qu’il espérait ne pas avoir à l’utiliser.

» Lire aussi – Un air de «crise des missiles» de 1962 entre Washington et Pyongyang

» Lire aussi – Entre Trump et la Corée du Nord, l’escalade verbale peut-elle dégénérer? 

«La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les États-Unis. Elle se heurtera au feu et à la fureur, comme le monde ne l’a jamais vu jusqu’ici», a lâché Donald Trump, alors en vacances dans son golf de Bedminster dans le New Jersey. Des mots forts qui, comme le remarque le magazine britannique The Spectator , ne sont pas sans rappeler ceux employés par le président américain Harry Truman après le lancement de la première bombe atomique le 6 août 1945: «C’est la maîtrise de la puissance fondamentale de l’univers. La force d’où le soleil tire son énergie a été libérée pour s’en prendre à ceux qui ont amené la guerre en Extrême-Orient».

Réagissant à l’escalade verbale de Trump, Pyongyang a confirmé jeudi son intention de tirer quatre missiles balistiques vers l’île américaine de Guam, un «avertissement aux États-Unis», a déclaré l’agence officielle nord-coréenne KCNA qui affirme qu’un «dialogue sensé n’est pas possible avec un tel gars qui a perdu la raison».

Richard Nixon, le père de la «théorie du fou»

Le magazine The Spectator et d’autres médias américains évoquent la possibilité que Donald Trump s’inspire de la «théorie du fou» inventée en 1968 par le président Richard Nixon, tout juste élu, inspiré par son conseiller à la sécurité nationale, Henry Kissinger, pour mettre un terme à la Guerre du Vietnam. Nixon expliquait à son autre conseiller, Bob Haldeman: «J’appelle cela la théorie du fou, Bob. Je veux que les Nord-Vietnamiens croient que j’ai atteint le point où je pourrais faire n’importe quoi pour mettre fin à la guerre. Nous leur ferons passer le mot: “Pour l’amour de Dieu, vous savez que Nixon est obsédé par le communisme. Nous ne pouvons pas le contrôler lorsqu’il est en colère, et cet homme a la main sur le détonateur.” Et Hô Chí Minh en personne sera à Paris dans les deux jours, implorant la paix».

Feindre la folie, l’exaspération, l’irrationalité pour faire plier son adversaire. Un pari risqué quand l’équilibre nucléaire est en jeu. «Donald Trump joue depuis le début de son mandat sur son imprévisibilité, ce qui peut être très utile», commente le géopolitologue Hadrien Desuin, mais «Donald Trump n’a rien à voir avec Richard Nixon, qui était cultivé, très fin et grand stratège. De ce point de vue, Donald Trump a beaucoup moins besoin de jouer au fou que son prédécesseur».

«Aucune solution militaire en Corée du Nord»

L’autre différence tient à la nature du conflit. «Donald Trump n’a aucune solution militaire face à la Corée du Nord, il ne peut aller au-delà de la gesticulation», explique le Général (2S) Jean-Bernard Pinatel, qui estime que le président américain, par son langage, s’adresse avant tout aux Américains, pour faire oublier les déboires de sa politique intérieure. «Que peut-il faire? Une frappe préventive? La Corée du Nord dispose aujourd’hui de 10 à 20 armes nucléaires, suffisamment miniaturisées pour atteindre la Corée du Sud ou le Japon, voire l’île de Guam. Il y a bien sûr le bouclier antimissile, mais s’il demande à son état-major: ‘quelles sont les garanties?’, ses officiers généraux lui répondront que le risque zéro n’existe pas en matière militaire. Peut-il prendre le risque de frappes nord-coréennes de représailles qui pourraient faire un million de morts à Séoul ou à Tokyo? Je ne le pense pas», déclare Jean-Bernard Pinatel. Une situation différente de celle de Richard Nixon qui, en décembre 1972, avait lâché plus de 15.000 tonnes de bombes en onze jours sur le Nord-Vietnam pour illustrer sa «théorie du fou».

«Je ne crois pas à l’irrationalité du régime nord-coréen, qui sait parfaitement que tous les acteurs de la région n’ont aucun intérêt à ce que le statu quo change et qui sait que Donald Trump peut difficilement tenter une frappe préemptive, que craint tant la Corée du Sud que le Japon», ajoute Hadrien Desuin.

La Chine dans le viseur américain

Il n’est pas impossible qu’en usant de la «théorie du fou», Donald Trump s’adresse aussi indirectement à la Chine, allié historique du régime de Pyongyang. Une possibilité qu’évoque The Spectator : «C’est une approche très risquée, vu la mise en jeu du nucléaire, mais cela semble fonctionner. Aux Nations unies la semaine dernière, la délégation chinoise a voté l’augmentation des sanctions contre la Corée du Nord et, le jour même où Donald Trump promettait le «feu et la fureur», le ministre des Affaires étrangères de la République populaire a confirmé que la Chine souhaitait ‘payer le prix’ pour mettre complètement sous contrôle son allié turbulent. La Chine semble avoir écouté le message de Donald Trump quand il a déclaré sur Twitter: ‘Je suis très déçu par la Chine’». Une influence de Washington sur la Chine que ne reconnaît pas le Général Pinatel, qui estime que Pékin n’est pas dupe du jeu de Donald Trump. Et ce d’autant plus qu’«en dépit de leur alliance, la Corée du Nord n’obéit pas à la Chine, comme si Pékin pouvait simplement claquer des doigts», explique à la revue Conflits , Dorian Malovic, coauteur avec Juliette Morillot, de La Corée du Nord en 100 questions, qui ajoute que «les Nord-Coréens sont très attachés à leur autonomie».

Pour Richard Nixon, la «théorie du fou» a fini par porter ses fruits au Vietnam, puisque les accords de Paix de Paris, signés en 1973, ont permis l’armistice et le retrait du contingent américain. En partie seulement, car après le départ des Etats-Unis, l’Armée populaire vietnamienne lance une série d’attaques au début du mois de mars 1975. La chute de Saïgon, le 30 avril, entraîne la victoire du gouvernement communiste d’Hanoï et la réunification du pays sous l’égide du Nord. Un revers pour Washington auquel Nixon n’assistera pas en tant que président des Etats-Unis puisqu’il démissionne le 9 août 1974, pour échapper à la destitution, suite au scandale du Watergate.


 


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais