Autriche : ni boycott, ni sanction... l'exécutif opte pour la retenue

Home»A LA UNE»Autriche : ni boycott, ni sanction… l’exécutif opte pour la retenue

Autriche : ni boycott, ni sanction... l'exécutif opte pour la retenueLE SCAN POLITIQUE – «On jugera sur les actes», assure la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau après l’entrée au gouvernement de..

LE SCAN POLITIQUE – «On jugera sur les actes», assure la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau après l’entrée au gouvernement de l’extrême droite en Autriche. La gauche critique la retenue de l’exécutif.

Qu’il est loin le temps où l‘Europe clouait au pilori l’Autriche pour avoir fait entrer l’extrême droite du FPÖ au gouvernement. C’était après les législatives de 1999. Le chancelier Wolfgang Schüssel avait alors pactisé avec l’ultranationaliste Jörg Haider. En décembre 2017, changement de ton. Ni boycott, ni sanction après la décision du conservateur Sebastian Kurz de confier trois ministères régaliens au FPÖ – Intérieur, Défense, Affaires étrangères. Car l’heure est à la retenue. Pour ne pas dire à la realpolitik. Interrogée sur France Info, mardi, la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau a rappelé que le «vote est souverain». «On sera tous très attentifs, notamment sur tout ce qui relève de la séparation des pouvoirs, des médias, de l’indépendance de la justice. On jugera sur les actes», a-t-elle déclaré. Quant au FPÖ, naguère décrit comme une mouvance néonazie, la ministre a jugé que ce «parti a changé».

Un changement qui traduit un changement des rapports de force politiques en Europe. La poussée de l’extrême droite (Danemark, Allemagne, République tchèque, Hongrie, etc. .) a changé la donne. «Il y a un virage populiste dans certains pays de l’Europe, qui n’est pas une bonne nouvelle, a jugé Nathalie Loiseau. On peut se boucher les oreilles pour ne pas entendre.» Mais, en matière diplomatique, «on parle souvent à des gens qui ne vous ressemblent pas».

Le PS monte au créneau

La retenue du gouvernement français a fait réagir, notamment à gauche. Le député PS Luc Carvounas a reproché à Emmanuel Macron, sur Public Sénat, son absence de réaction après la formation samedi du gouvernement autrichien: «Vous avez juste trois ministres régaliens en Autriche qui viennent d’extrême droite. Il y a juste un petit sujet»… Quant à l’ex-président François Hollande, il a jugé lundi sur son compte Twitter que «la composition du nouveau gouvernement autrichien avec l’extrême droite dans des ministères régaliens est contraire aux valeurs que l’Europe porte».

Dans un tout autre registre, le vice-président du FN Louis Aliot a salué la coalition autrichienne, en soulignant sur BFMTV, mardi, que le FPÖ n’était pas «un parti d’extrême droite, pas plus que le FN» et que la main tendue de la droite en Autriche prouvait l’intérêt d’opérer des rapprochements entre formations politiques voisines.

Source:©  Autriche : ni boycott, ni sanction… l’exécutif opte pour la retenue

One Response to "Autriche : ni boycott, ni sanction… l’exécutif opte pour la retenue"

  1. Nadia Nad
    Nadia Nad   21 décembre 2017 at 22 h 54 min

    https://www.facebook.com/HashtagWolfmomo/videos/644639529259181/

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais