Au Liban, le Hezbollah rejette la « tutelle » d’Emmanuel Macron mais reste ouvert au dialogue

Home»A LA UNE»Au Liban, le Hezbollah rejette la « tutelle » d’Emmanuel Macron mais reste ouvert au dialogue

Au Liban, le Hezbollah rejette la « tutelle » d’Emmanuel Macron mais reste ouvert au dialogueHassan Nasrallah, le chef du mouvement chiite, a réagi aux critiques du président français contre les partis libanais, incapables de s’accorder sur un nouveau gouvernement.

Le Hezbollah ne pouvait pas rester sans réagir à la charge au canon d’Emmanuel Macron. Mardi 29 septembre, quarante-huit heures après la dénonciation par le président français de « la trahison collective » des partis libanais et du « système de terreur » imposé par le mouvement chiite pro-iranien, son chef, Hassan Nasrallah, a répliqué, avec le mélange de rigidité stratégique et de souplesse tactique dont il est coutumier.

S’il a réitéré son soutien à l’initiative française visant à doter le pays du Cèdre d’un gouvernement réformateur, le dignitaire au turban noir a réclamé un changement de ton et de mode opératoire. Tout en veillant à ne pas couper les ponts avec Paris, la dernière capitale occidentale de poids à maintenir un canal de communication officiel avec lui, le leader politico-religieux a dénoncé le comportement de l’Elysée, qu’il a qualifié de « condescendant ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Emmanuel Macron fustige la « trahison » des élites politiques libanaises

« Nous avons accueilli favorablement l’initiative française, mais nous n’acceptons pas que celle-ci se transforme en tutelle », a déclaré Hassan Nasrallah. S’il s’est dit toujours « prêt à dialoguer avec les Français », il a prévenu que l’approche de l’Elysée devait changer « sinon nous n’atteindrons aucun résultat. Nous refusons que le président Emmanuel Macron se comporte comme le gouverneur du Liban », a insisté le religieux chiite.

La conférence de presse particulièrement musclée du chef d’Etat français faisait suite au renoncement du premier ministre désigné, Mustapha Adib. C’est à lui qu’avait incombé, début septembre, la difficile tâche de former un nouveau cabinet, en remplacement de celui d’Hassan Diab, poussé à la démission par l’explosion dévastatrice du 4 août, sur le port de Beyrouth, une catastrophe venue aggraver l’effondrement économique du pays.

Descente aux enfers de la population

Accouru au chevet du Liban, Emmanuel Macron avait donné deux semaines aux chefs de clan du pays pour s’accorder sur « un gouvernement de mission ». Ce devait être la première étape d’un calendrier de relance, censé endiguer la descente aux enfers de la population, passée à 50 % sous le seuil de pauvreté. Mais samedi 26 septembre, en butte à d’insolubles querelles de portefeuilles, notamment l’attribution du ministère des finances réclamé par le parti chiite Amal, Mustapha Adib avait rendu son tablier.

Un blocage symptomatique de la repolarisation de la scène politique libanaise, entre le camp chiite, emmené par le Hezbollah et Amal, et le camp sunnite, défendu par l’ancien premier ministre Saad Hariri, patron du Courant du futur. « Ce n’est pas un cabinet de mission, mais de fait accompli qu’on tentait de nous imposer », a fait valoir Hassan Nasrallah. « Il nous était demandé de livrer le pays au club des anciens premiers ministres », a-t-il ajouté, en référence à l’alliance nouée par Saad Hariri avec trois de ses prédécesseurs, qui cornaquait de près Mustapha AdibMais il ne s’est pas expliqué sur l’obstination du duo chiite à contrôler le portefeuille des finances, à rebours de la Constitution et des règles coutumières.

Lire aussi cet éditorial : Emmanuel Macron au Liban : éviter les dangers de l’aventure solitaire

Mardi soir, Hassan Nasrallah a profité de son intervention télévisée pour répondre aux allégations faites quelques minutes plus tôt par Benyamin Nétanyahou. Dans un discours depuis Jérusalem, à l’occasion de l’assemblée générale de l’ONU, le premier ministre israélien a accusé le mouvement chiite d’avoir entreposé des armes, à proximité de dépôts de carburant, dans le sud de Beyrouth, ce qui pourrait causer une « nouvelle tragédie » en cas d’explosion. « Un mensonge », selon Hassan Nasrallah, qui a précisé : « Nous savons où stocker nos missiles. » Peu après, un flot de journalistes libanais, invités par le service de presse du Hezbollah, investissait le site désigné par M. Nétanyahou, une usine de sidérurgie, sans rien y déceler de suspect.

En revanche, Hassan Nasrallah a gardé le silence sur la mystérieuse explosion survenue le 22 septembre, dans le sud du Liban, à Ain Qana. Selon des médias locaux, cette déflagration est survenue dans un bâtiment appartenant au Hezbollah, soit le domicile d’un responsable du parti, soit un dépôt d’armes.

Source: Au Liban, le Hezbollah rejette la « tutelle » d’Emmanuel Macron mais reste ouvert au dialogue

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais