Antisémitisme: d’où vient cette haine?

Home»A LA UNE»Antisémitisme: d’où vient cette haine?
Antisémitisme: d’où vient cette haine?
Une bougie avec l’inscription «contre le racisme» est posée près de la synagogue de Munich, pendant une manifestation contre l’antisémitisme, en octobre 2019, après la fusillade de Halle. CHRISTOF STACHE/AFP

VU D’AILLEURS – Cela fait 2000 ans que les Juifs sont persécutés. En Allemagne, les attaques et meurtres sont en recrudescence depuis un certain temps. Et il n’y a pas d’explications rationnelles à cela.

Par Dirk Schümer (Die Welt)

«Tous ces actes sont gratuits», telle fut l’amère conclusion tirée par Theodor Mommsen, l’un des fondateurs de l’association de lutte contre l’antisémitisme, en 1894. Cet historien mondialement célèbre avait bien conscience que, vu la «terrible ignominie» que constituait la haine allemande des Juifs, il avait là affaire à des esprits étroits: «Aucun antisémite n’obéit à des arguments logiques et moraux. Ils n’obéissent qu’à leur haine, leur jalousie et leurs instincts les plus ignobles.»

126 ans plus tard — entre-temps, les Allemands ont tué des millions de Juifs -, l’analyse de Mommsen est toujours d’actualité. Malgré plusieurs décennies de démocratie et une Constitution exemplaire, l’augmentation des menaces, des actes terroristes et des meurtres à l’égard des Juifs en Allemagne laisse peu de place à l’espoir.

À lire aussi : Antisémitisme en Allemagne: une bataille d’interprétation

Ronen Steinke, journaliste pour le «Süddeutsche Zeitung», oscille lui aussi entre résignation et rébellion dans son livre «Terror gegen Juden: Wie antisemitische Gewalt erstarkt und der Staat versagt», qui vient tout juste de paraître. Son ouvrage parle de la peur avec laquelle doivent vivre les Juifs d’Allemagne. Quand on entend que la surveillance des 140 synagogues encore ouvertes à la prière engloutit souvent la moitié du budget de la communauté, que cette surveillance n’est pas toujours un gage de protection et que les coûts associés ne sont bien évidemment pas pris en charge par l’État allemand, on prend conscience qu’il s’agit d’une lecture incontournable, dont la concision est inversement proportionnelle à la stupeur qu’elle provoque chez le lecteur.

D’où vient cette haine? Telle est la question qu’on se pose face aux crimes commis par le meurtrier de Halle en 2019. L’individu avait pour intention de pénétrer dans la synagogue locale pour y commettre un massacre, mais ne parvenant pas à faire céder la porte (dont la réparation a été payée grâce à des dons de la Jewish Agency, car personne et certainement pas le gouvernement du Land n’a pris les coûts en charge), il a abattu deux passants à la place. Il faut être incohérent pour faire une chose pareille. Si l’on suit le raisonnement de Mommsen, l’auteur de ce qui est actuellement le dernier attentat commis contre une synagogue allemande n’a lui aussi obéi qu’à son propre sentiment de haine et de jalousie.

À lire aussi : En Allemagne, Halle révulsée par la terreur antisémite

Ainsi, même s’il s’y essaie en passant, l’objectif premier de Ronen Steinke n’est pas de poser un diagnostic de l’antisémitisme en tant que maladie mentale — ce qui ne l’empêche pas de taper dans le mille. L’impulsion viendrait simplement d’une «douce tentation» de réduire la complexité sociale, car l’antisémite, qui a pris non seulement le citoyen juif, mais également les institutions juives pour cible, s’élève «contre un groupe qui possède des moyens et des privilèges mystérieux».

Le fait qu’en tant qu’émigrants de l’Union soviétique, de nombreux Juifs allemands se sont vu refuser le droit à des allocations en Allemagne (contrairement aux Allemands russes) et vivent donc de l’aide sociale n’y change rien pour leurs ennemis, tout comme la pauvreté des Juifs en Pologne n’a pas permis aux nazis de se défaire de leur image des Rothschild tout-puissants.

Aux yeux de leurs persécuteurs, si les Juifs sont pauvres, ils sapent la prospérité du pays. S’ils sont riches, ils sont suspects. S’ils cultivent des manières différentes des leurs, ils se comportent comme une «race étrangère». S’ils s’intègrent, comme au temps de l’empire germanique et de la république de Weimar, leur assimilation devient prétexte à plusieurs millions de meurtres. Le moteur de ces crimes, ce ne sont pas les Juifs, mais les antisémites. «Et pourquoi», s’interroge Steinke de manière rhétorique, «un antisémite devrait-il laisser les autres détruire son bien-être?» Le fait qu’aujourd’hui, de plus en plus de Juifs allemands fassent leurs valises ou envisagent d’émigrer en Israël, au Canada ou aux États-Unis — la France est un triste précurseur en la matière — représente déjà une victoire des antisémites. Les arguments, formations, débats et connaissances scientifiques développés depuis plus de 150 ans, si l’on date le début de l’antisémitisme militant et organisé à la période à laquelle est né le terme, n’ont servi à rien.

L’antisémitisme islamique, un phénomène plutôt récent

Au contraire. Aujourd’hui, alors que le monde politique affiche publiquement son soutien aux Juifs allemands, il est inconcevable que des fanfares jouent des hymnes antisémites pour célébrer la libération de Norderney ou de Borkum du fléau juif — comme ce fut le cas à l’époque du redoutable empereur Guillaume II.

Ce «Bäder Antisemitismus» (antisémitisme de station balnéaire) a des allures de rituel barbare et semble presque aussi lointain que le massacre de masse dont ont été victimes les Juifs allemands après l’épidémie de peste de 1348. Cependant, même en cette période troublée, marquée par une autre pandémie, fleurissent à nouveau des théories du complot selon lesquelles le monde serait dominé par des cerveaux issus de la haute finance juive. Le magazine «Bild» a d’ailleurs mené une triste expérience. Le quotidien souhaitait savoir combien de temps un drapeau orné de l’étoile de David pourrait tenir dans le quartier berlinois de Neukölln sans être profané. Il n’a pas fallu attendre des heures.

À lire aussi : Antisémitisme: en Allemagne, les réseaux sociaux encourent une lourde amende

Dans son état des lieux de la persécution des Juifs, Steinke n’oublie pas non plus l’antisémitisme islamique. En Allemagne tout du moins, il s’agit d’un phénomène plutôt récent comparé aux meurtres perpétrés par les néonazis. En 1980, par exemple, ces derniers ont abattu l’éditeur et chef de la communauté juive Shlomo Lewin ainsi que sa compagne à Erlangen. Alors que la police soupçonnait des membres de la communauté juive, l’auteur des faits, qui appartenait au groupe de défense Hoffmann, n’a pas été inquiété. Les Juifs allemands ont longtemps craint pour leur vie, se méfiant même du côté gauche du spectre politique.

Il ne faut pas oublier que le 9 novembre 1969, des membres des «Tupamaros» ont commis un attentat à la bombe contre le Centre communautaire juif de Berlin. Si cette attaque n’a pas entraîné la mort de douzaines de survivants et proches de victimes de l’Holocauste, comme Heinz Galinski, c’est simplement en raison d’une défaillance du détonateur.

En 1970, sept des résidents de la maison de retraite juive de Munich ont eu moins de chance ; ils sont morts brûlés et asphyxiés («Nous sommes gazés», hurlaient-ils) dans un autre attentat attribué à des radicaux de gauche issus de l’entourage de Kunzelmann, mais l’affaire n’a jamais pu être tirée au clair. Et en 1976, lors du détournement d’un avion dans la ville ougandaise d’Entebbe, Wilfried Böse, terroriste des «Cellules révolutionnaires», a accepté de relâcher tous les otages sauf ceux de confession juive, opérant ainsi une sélection comme il n’y en avait plus eu depuis les camps d’extermination ; il est resté impassible face aux numéros de matricule tatoués sur les bras des otages.

Dieter Kunzelmann, fier antisémite qui n’a jamais été jugé pour ses crimes, se plaisait à utiliser le terme de «Judensau» (truie des Juifs). Lors de son décès en 2018, des hymnes ont été chantés à sa louange ; même Jürgen Trittin l’admirait. C’est précisément dans ces parallèles droite-gauche, qui n’ont absolument rien de fortuits, que se manifeste toute la folie de l’antisémitisme: les néonazis veulent achever l’œuvre initiée par Hitler, à savoir exterminer les Juifs.

À lire aussi : Alerte à l’antisémitisme en Allemagne

Les soixante-huitards antisémites, quant à eux, prétendaient se battre contre le sionisme de l’État d’Israël aux côtés des Arabes — mais ce faisant, ils ciblaient précisément les Juifs allemands qui ne suivaient pas la doctrine du sionisme. Cette continuité antisémite a été décrite par des témoins de l’époque, comme Wolfgang Kraushaar ou Götz Aly. Steinke s’inscrit également dans cette tradition d’analyse.

Il apporte ainsi la preuve que la combine de la gauche, qui consiste à édulcorer son antisémitisme en le faisant passer pour une politique anti-Israël, fonctionne toujours à merveille. La différence, c’est que ceux qui crient impunément «Juden in Gas» («Gazez les Juifs») lors des manifestations organisées en Allemagne aujourd’hui sont la plupart du temps des immigrés originaires de pays islamiques.

Même les trois Palestiniens qui ont mis le feu à la synagogue de Wuppertal à coup de cocktails Molotov en 2014 ont écopé de peines avec sursis scandaleusement clémentes. L’un d’entre eux est même resté impuni, car les hommes n’auraient pas commis leur crime «pour des motifs intrinsèquement antisémites». Le message véhiculé: on ne peut pas en vouloir à ceux qui s’en prennent aux Juifs allemands en prétendu signe de protestation politique contre Israël.

Une «douce tentation» qui ne date pas d’hier

Le droit est malléable. Et un jugement comme celui rendu dans l’affaire de Wuppertal fait étrangement écho à la succession d’acquittements ou de peines de complaisance que les tribunaux allemands ont accordés aux criminels nazis et à leur prétendue «obligation d’obéir» jusque dans les années 60 — lorsque ces criminels étaient inculpés, bien sûr. Les Juifs allemands, qui sont de plus en plus souvent victimes d’humiliations et d’actes de violence de motivation islamique ou nationaliste au quotidien, comme le montre Seinke, sont logés à la même enseigne. La peur est présente au quotidien et n’a peut-être jamais vraiment disparu. Pour Steinke, c’est le signe que l’État a échoué, et cet échec doit être combattu par des actes, pas seulement par des mots.

À lire aussi : L’antisémitisme insécurise les jeunes Juifs européens

L’épidémie ne disparaîtra jamais. Le terme d’«antisémitisme» n’existe certes que depuis le XIXe siècle, mais la première destruction d’un temple juif par des voisins jaloux date de 411 av. J.-C. À l’époque, les premiers chrétiens considéraient déjà la haine des juifs comme un titre honorifique. L’historien Zvi Yavetz, qui est né à Tchernivtsi en 1925 et a vécu personnellement l’horreur des camps d’extermination allemands, indique qu’il existait déjà une «hostilité à l’égard des Juifs dans l’Antiquité», notamment chez des auteurs comme Sénèque, Cicéron ou encore Tacite, alors que (ou peut-être précisément parce que) l’empire n’avait jamais été menacé par la minorité juive conquise. La «douce tentation» qu’ont les vainqueurs de s’en prendre verbalement ou concrètement à ces victimes ne date pas d’hier.

Il s’agit probablement d’un simple malaise atavique vis-à-vis de l’autre, un malaise évoluant en haine dans lequel on peut facilement projeter tout ce qui est décrié. Naturellement, la construction discrimination «raciale» a toujours été une idiotie. Aujourd’hui, l’antisémitisme vient de toutes les directions, de droite, de gauche, d’autres religions, et est justifié de manière plus subtile et camouflé au besoin. Pourtant, le phénomène est bien vivant. «Comme la bêtise elle-même», aurait déclaré Mommsen un jour.



La rédaction vous conseille


Source:© Antisémitisme: d’où vient cette haine?

2 Responses to "Antisémitisme: d’où vient cette haine?"

  1. Edmond Richter   21 juillet 2020 at 9 h 15 min

    Un essai d’ explication: https://infos-israel.news/la-haine-du-juif-un-abc-def-par-edmond-richter/

    Répondre
  2. Michelle Mazel   22 juillet 2020 at 17 h 04 min

    “Le terme d’«antisémitisme» n’existe certes que depuis le XIXe siècle, mais la première destruction d’un temple juif par des voisins jaloux date de 411 av. J.-C. À l’époque, les premiers chrétiens considéraient déjà la haine des juifs comme un titre honorifique. ”

    Il n’y avait pas encore de Chrétiens en 411 qv: J.C

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais