Alexandre Benalla vient perturber la trêve de Noël d'Emmanuel Macron

Home»A LA UNE»Alexandre Benalla vient perturber la trêve de Noël d’Emmanuel Macron
Alexandre Benalla vient perturber la trêve de Noël d'Emmanuel Macron

LE SCAN POLITIQUE – Le voyage d’Alexandre Benalla au Tchad quelques jours avant celui d’Emmanuel Macron entretient la rumeur sur le rôle de l’ancien collaborateur de l’Élysée, toujours mis en examen.

Le capitaine Haddock a son sparadrap, Emmanuel Macron
a Alexandre Benalla. Cinq mois après son limogeage, le nom de l’ancien
collaborateur de l’Élysée réapparaît en pleine trêve des confiseurs.
Dans un article publié lundi, Le Monde – confirmant des informations de La Lettre du continent
– fait état d’un voyage d’Alexandre Benalla début décembre au Tchad. Il
aurait été accompagné, selon une source du quotidien, par «une
demi-douzaine de personnes, par avion privé, réglant les frais par carte
bleue». L’ancien proche du chef de l’État, toujours mis en examen pour
avoir violenté des manifestants le 1er mai dernier, aurait rencontré le
frère du président tchadien, Oumar Déby, à la tête de la direction
générale de la réserve stratégique (DGRS) tchadienne.

«Pas un émissaire officiel ou officieux»

Quel
était l’objet de la visite d’Alexandre Benalla au Tchad? Le voyage
interroge. D’autant qu’il survient quelques jours avant celui d’Emmanuel
Macron – le 22 décembre – en déplacement officiel pour réveillonner avec les soldats français.
Pressentant la polémique enfler, l’Élysée a voulu déminer. «Quelles que
soient les démarches qu’entreprend M. Benalla, il n’est pas un
émissaire officiel ou officieux de la présidence de la République. S’il
se présentait comme tel, il est dans le faux», a tenu bon de préciser
l’entourage du chef de l’État mardi, après une première mise au point
lundi dans l’article du Monde. «Nous n’avons jamais d’intermédiaires
dans les relations que nous entretenons avec les chefs d’État africains.
Si le président donne un mandat, c’est soit à son ministre des Affaires
étrangères, soit à sa cellule diplomatique», indique-t-on.

Le
contexte précisé, l’affaire aurait pu s’arrêter là. C’était sans compter
l’intervention d’Alexandre Benalla, lui-même, mercredi matin. «Je ne
peux accepter de tels propos prononcés par certaines personnes de
l’entourage du président de la République», a-t-il accusé mercredi à
l’AFP, dénonçant des propos «diffamatoires», «calomnieux» et
«irresponsables». «Je suis allé au Tchad, accompagnant une délégation
économique étrangère dans le cadre d’investissements», a-t-il affirmé,
assurant que «l’ensemble des frais concernant ce voyage a été pris en
charge par le chef de la délégation». Selon lui, les précisions de
l’Élysée sur son voyage n’auraient que pour «but ultime» de «saccager
(ses) vies familiale et professionnelle», «de (lui) nuire». La
présidence a indiqué mercredi qu’Alexandre Benalla avait prévenu de son
voyage, mais seulement «la semaine dernière».

Remonté, Alexandre
Benalla ne semble pas minimiser l’affaire. Il a prévenu qu’il «ne (se)
tairait plus» et entend «charger (ses) avocats de saisir le procureur de
la République».

«Il faut qu’il nous explique très
clairement pourquoi il est allé au Tchad, dans quelles conditions, de
manière qu’on ne puisse pas supposer qu’il y a un lien entre ce qu’il
fait et la démarche de Macron»Gilbert Collard, député Rassemblement national

L’opposition n’a pas tardé à se saisir de cet imbroglio pour
demander des explications sur les motifs du voyage d’Alexandre Benalla.
«Il faut qu’il nous explique très clairement pourquoi il est allé au
Tchad, dans quelles conditions, de manière qu’on ne puisse pas supposer
qu’il y a un lien entre ce qu’il fait et la démarche de Macron», a
estimé le député Rassemblement national Gilbert Collard. Alexandre
Benalla est «un personnage vraiment obscur», «toujours là où il ne faut
pas», a jugé de son côté le député La France insoumise Éric Coquerel.
«Je trouve ça bien que l’Élysée clarifie sa position vis-à-vis de
M. Benalla, inquiétant que M. Benalla se mette à menacer l’Élysée», a
pour sa part affirmé le député centriste Jean-Christophe Lagarde.

Du côté de la majorité, le député LaREM Jacques Marilossian a déploré ces débats, estimant que «les gens se posent d’autres questions que de savoir pourquoi M. Benalla était au Tchad».


La rédaction vous conseille :


Alexandre Benalla vient perturber la trêve de Noël d'Emmanuel Macron

Pierre Lepelletier

Journaliste 

Source :© Alexandre Benalla vient perturber la trêve de Noël d’Emmanuel Macron

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais