Affaire Alstom-General Electric : le député Olivier Marleix entendu par les enquêteurs

Home»A LA UNE»Affaire Alstom-General Electric : le député Olivier Marleix entendu par les enquêteurs
Affaire Alstom-General Electric : le député Olivier Marleix entendu par les enquêteurs

Le député Les Républicains avait saisi la justice en janvier pour qu’elle enquête sur les circonstances de la vente du pôle énergie d’Alstom à l’américain General Electric en 2014.

La justice va-t-elle ouvrir une enquête
sur l’affaire Alstom-General Electric (GE) ? Le député Olivier Marleix
(Les Républicains), qui l’avait saisie en janvier pour qu’elle enquête
sur les circonstances de la vente du pôle énergie d’Alstom à l’américain
GE en 2014, a été auditionné sur son signalement, a-t-on appris
mercredi 5 juin de source judiciaire.

Il
a été entendu par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la
corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la
police judiciaire à la demande du parquet de Paris qui « souhaitait lui faire préciser les termes de sa dénonciation », selon cette source, qui confirmait une information de L’Obs. « Son signalement et ses déclarations sont désormais en cours d’analyse au parquet qui étudie les suites à donner », a-t-elle ajouté. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Lobbying, corruption, pressions américaines… Les zones d’ombre de l’affaire Alstom

« Pacte de corruption »

Dans une lettre de quatre pages datée du 14 janvier et adressée au procureur – dont Le Monde
avait eu connaissance –, Olivier Marleix s’interroge sur deux points.
D’abord, l’absence de poursuites pénales contre Alstom en France alors
que l’entreprise a reconnu des faits de corruption dans plusieurs pays
entre 2000 et 2011. Puis, il émet l’hypothèse, dans le cadre de la vente
de la branche énergie d’Alstom à GE, d’un possible « pacte de corruption »
(c’est le terme qu’il emploie), au bénéfice du ministre de l’économie
en poste lors de la signature finale du rachat, le 4 novembre 2014,
Emmanuel Macron.

« Depuis
la fin de la commission d’enquête parlementaire en avril 2018, ces
questions me taraudent. Il faut y répondre et c’est pourquoi je
transmets au parquet l’ensemble des informations et des documents en ma
possession »
, expliquait alors M. Marleix. Lire l’interview de Fédéric Perucci : L’ex-cadre qui relance l’affaire Alstom

Dans un livre publié en début d’année, Le Piège américain
(éditions JC Lattès), Frédéric Pierucci, qui a été président de la
filière chaudière d’Alstom, revient sur cette vente et sur son
arrestation en 2013 à New York par le FBI pour une affaire de corruption
en Indonésie. Pour lui, il ne fait aucun doute que les deux affaires
sont liées.

« Toute cette histoire, mon incarcération, l’enquête du DoJ [Department of Justice – ministère de la justice] lancée depuis 2010, n’avait-elle qu’un but : s’emparer d’Alstom en faisant pression sur Patrick Kron [ancien PDG d’Alstom] ?, se demande-t-il dans une interview au Monde. Jusqu’alors, je croyais à une simple opération anticorruption qui allait se solder, une nouvelle fois, par une amende élevée pour un groupe français. Ce pourrait donc être bien pire. »


Pour tout savoir sur l’affaire Alstom

Récit : Lobbying, corruption, pressions américaines… Les zones d’ombre de l’affaire Alstom
Entretien avec Frédéric Pierucci, ancien d’Alstom : « Au début, je croyais à une simple opération anticorruption »
Document : en 2014, Alstom plaidait coupable de corruption aux Etats-Unis
Chronologie : l’histoire d’un fleuron industriel français


Source:© Affaire Alstom-General Electric : le député Olivier Marleix entendu par les enquêteurs

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais