Catégorie : DERNIERES NOUVELLES - C.J.F.A.I

Sarah Halimi case: Will truth lead to justice? by Nidra Poller

Commemoration of the Rafle du vel d’hiv

There was every reason to expect the July 16th commemoration of the Rafle du vel d’hiv to be limited to the usual concern for the dead. It does not take a gigantic soul to condemn retrospectively the arrest, deportation and extermination of more than 13,000 Parisian Jews, including over 4,000 children. Since 1995, when President Jacques Chirac placed responsibility for the irreparable crime on France, subsequent presidents have followed suit. But the Front National candidate Marine Le Pen dissents. During the presidential campaign she vehemently rejected this misguided repentance: France was in London, the Vichy government was not France. Her international anti-jihad supporters didn’t even notice let alone understand this reassertion of the founding values of the party she inherited from her father Jean-Marie Le Pen.

dozen members of the Truth and Justice for Sarah Halimi committee, meeting a few days before the commemoration were resigned to the certainty that it would be restricted to the historical past. The Crif, they supposed, would maintain its lay-low institutional role and not make waves or in any way embarrass the president who, at this stage, had shown absolutely no interest in the case and its broader implications. One member suggested they wear white armbands, a knotted piece of torn sheet like the ones handed out at the recent demonstration of cyclists for Sarah.

The ceremony kicked off early in the morning on July 16th with a walk around the memorial garden guided by Serge Klarsfeld who has tirelessly unearthed and published information about the exterminated children one by one. For security reasons, Israeli PM Benjamin Netanyahu did not accompany the small group. The Vel d’hiv ceremony was a striking contrast with the pomp and circumstance of the 14th of July parade with honored guest President Donald Trump, protected by the most imposing security detail known to man. The magnificence of French architecture, French style, French ceremony, the Champs Elysées, the mounted Garde Républicaine, combat planes with their red white and blue plumes, military cadence, well-rehearsed exactitude, the first ladies and their wardrobes (no one can compete with Melania Trump). The back-slapping shoulder-tapping good hearted-hugging friendship between the Trumps and the Macrons was almost comical…and almost sincere.

The site where the infamous winter velodrome stood until it was demolished in the mid-fifties is surrounded by nondescript buildings. The modest ceremony was held before a small audience under a pitched tent roof in the presence of a handful of survivors, a bouquet of children, a sprinkling of descendants of righteous gentiles. Brigitte Macron, contrary to what had been announced, did not attend. The commemoration, broadcast live by BFM TV, LCI and, of course, i24 news French channel, was followed by ample media commentary. As far as I could tell CNN Intl. did not cover or even mention the ceremony.

Rabbi Oliver Kaufman chanted El Mole Rachamim, Raphael Esrail recited the kaddish, followed by a minute of silence, the Marseillaise…but no Hatikvah. And then, Crif President Francis Kalifat stood upright and articulated forthrightly the message that Jews and non-Jews have been trying to communicate to French society and authorities over the past seventeen years. Yes, Jews and non-Jews. One of the ploys used to stifle this message is the constant repetition of “the Sarah Halimi murder has dismayed French Jews, the Jewish community is distressed by the failure to investigate the anti-Semitic motive of the suspect,” etc. as if it were a narrowly Jewish issue pushed by parochially Jewish worry warts and exploited to attract attention to their minority concerns.

Crif President Francis Kalifat

Francis Kalifat begins with a sober résumé of the facts. Seventy-five years ago, a special unit of the French police made up entirely of volunteers arrested thousands of Jews in Paris on orders from the Vichy government, “armed wing of the Nazi occupation.” Held for three days and three nights in the hell of the vélodrome d’hiver, dispatched to French internment camps, the men separated from their families, the mothers separated from their children, 13,152 Jews were turned over to the Nazis, 3894 children sent directly to the gas chambers. “What did they understand of their tragic destiny? What can we understand? The stinging question of the Shoah will forever haunt us.”

Honoring the contributions of Serge Klarsfeld, the CRIF Memory Commission, the righteous gentiles “spark of humanity in the Nazi night,” Kalifat pivoted on a citation from Vladimir Jankelevitch to focus sharply on the present day. “The extermination of the Jews was not a sudden flare up of violence; it was based on a philosophically elaborated, methodically prepared, systematically perpetrated doctrine.”

From Ilan Halimi to Sarah Halimi Jews are murdered in France today, he continued, because they are Jewish, and this new wave of anti-Semitic acts is the fruit of an articulated, shared, exacerbated ideology. We can no longer accept the excuse of madness. When a supposedly mad killer recites koranic verses as he tortures Sarah Halimi, knowing she is Jewish, and shouts allahu akhbar as he throws her to her death, we must hear this murderer expressing the antisemitism that rages in the heart of ‘radicalized sectors’ of our society.”

The president of the Crif, dismissed before the fact by many that assumed he would hold his tongue and protect his privileges, turned to the president and said the anti-Semitic motive should be included in the charges against the murderer of Sarah Halimi.

Taking care to mark the distinction between the state antisemitism that led to the Shoah and the state today that protects Jews, Francis Kalifat had harsh words for UNESCO resolutions that deny Jewish rights to our sacred sites and so doing amputate Christianity from its origins. To those who contest the presence of the Israeli Prime Minister, the president of the Crif responds that Israel is a haven for Shoah survivors and a rampart for Jews everywhere against a repetition of the tragic events commemorated here.

The fate of the Jews, concludes Kalifat, is intimately linked to the fate of French democracy endangered by fanatical obscurantist Islamism. Reaffirming the loyalty of French Jews to the Republic, he honors the presence of President Macron upholding the commitment to truth and justice established in 1995. [This echo of the demand for Truth and Justice for Sarah Halimi would imply that the République is faced with another moment of truth, more difficult than acknowledging past crimes.]

In a poignant illustration of the limits of noble discourse, Sarah Halimi’s brother William announces in an exclusive Times of Israel interview [http://www.timesofisrael.com/seeking-justice-brother-of-sarah-halimi-sees-warning-for-french-jews-in-grisly-slaying/] that he and his nieces are making Aliyah with their families this summer. In fact, Kobili Traoré was questioned on the 10th of June and charged simply with voluntary manslaughter and sequestration (of the Diara family). If and when he is released from the hospital, he will await trial in prison. From excerpts of the interrogation published in L’Express weekly (that had access to the notes) it is cleverly self-serving. What does the 27 year-old criminal have to say about the hard facts contained in the police report? The crushing blows and unspeakable acts unleashed on the defenseless woman for more than 30 minutes? A seemingly offhand admission: “It was horrible, I shouldn’t have done that.” Traoré denies that he held the Diara family hostage before breaking into the apartment next door and murdering Sarah Halimi. And he denies the anti-Semitic motive though admitting he knew she was Jewish from the way she dressed and because her sons wore the kippa. But he didn’t target her because she was Jewish. “It could have been anyone.” One bizarre detail speaks volumes on the nature of a new antisemitism that is, in fact, traditional Islamic Jew hatred. He claims he broke into the apartment but didn’t know where he was until he saw the “torah” and the “lady that woke up.” He says he told her to call the police “we’re going to be massacred.” And then beat her with all his might with the telephone and his fists. He doesn’t know what came over him. He threw her out the window. He doesn’t remember shouting allahu akhbar. He felt like he was in danger. The anxiety crisis started the day before. He smoked hashish, went to the mosque [reportedly the radical Omar mosque, rue Jean-Pierre Timbaud], argued with the caregiver of his handicapped sister, went to sleep, woke up at 3:30 am, went to the apartment of his good friends the Diaras. Halimi family counsel, Maîtres Buchinger and Goldnadel, observed that Traoré seems to have based his answers on what was being reported in the press.

Prime Minister Benjamin Netanyahu

I come from Jerusalem, eternal capital of the Jewish state, with my wife Sarah who lost all her family in the Holocaust. The words of the Israeli Prime Minister fit hand in glove with the address of Francis Kalifat and smoothly introduced what would follow from “his friend” President Emmanuel Macron.

From beginning to end of the commemoration, honor was rendered to righteous gentiles, résistants, ordinary people who helped save Jews. [Though no mention was made of the large proportion of Jews in the résistance.] Adopting President Macron’s favorite triplet, Netanyahu declared, “the acts committed here 75 years ago brutally crushed the values of the French Republic, liberté, égalité, fraternité. There is courage in combat on the battlefield and the courage of ordinary families that saved the honor of France by protecting Jews. We honor Simone Veil, arrested by the French police in Nice and delivered up to the Nazis, a courageous survivor who reconstructed herself, like the Jewish people have reconstructed ourselves and established the state of Israel. Today the forces of radical Islam are trying to destroy the Jewish people, the Jewish state, and everyone on their path. They want to destroy Europe. Israel is the first target because they see it as a bastion of our shared values. France is a target, says Netanyahu, and he names the Jewish victims from Ilan Halimi to Sarah Halimi. [I wish this roster would begin with Sébastien Selam]. Your combat is ours against the zealots of radical Islam. We must not forget the past if we are to protect the future.

President Emmanuel Macron

The French president’s declaration harmonizes with what had been said before. Adopting the solemn but emotional tone he favors, he rejects attempts to backtrack on Jacques Chirac’s acknowledgment of French responsibility for the crimes of Vichy, dismissing, without naming Marine le Pen, the subtle distinctions of negationism. “Vichy was not all of France,” says the president, “but it was France.” Going one step further than his predecessors, Macron maintains that the Vichy government was not an ex nihilo aberration, not a parenthesis but the fruit of 3rd Republic antisemitism going back to the Dreyfus affair and persisting after the Nazi defeat. The administration, the elites, political leaders, journalists, collaborators, Darquier de Pellepooix, Céline’s Bagatelle pour un massacre, Pierre Laval “gave free rein to vices already at work in the 3rd Republic.” Savagery is forged first in the spirit. Hitler began with Mein Kampf. A nation is not humiliated by repentancethe admission of when and how it failed. The French president, too, paid tribute to the righteous gentiles and the résistance, our “national pride.” But this corruption of the spirit is present today. Racism and antisemitism lead to acts of extreme violence. The president lists Jewish victims of this antisemitism, from Ilan Halimi to Sarah Halimi, adding: “Despite the murderer’s denials, the court must shed light on the death of Sarah Halimi.” the admission of when and how it failed. The French president, too, paid tribute to the righteous gentiles and the résistance, our “national pride.” But this corruption of the spirit is present today. Racism and antisemitism lead to acts of extreme violence. The president lists Jewish victims of this antisemitism, from Ilan Halimi to Sarah Halimi, adding: “Despite the murderer’s denials, the court must shed light on the death of Sarah Halimi.” President Macron, too, named distinguished survivors of the Shoah—Simone Veil, Samuel Pisar, Elie Wiesel—and countless anonymous heroes who showed courage and humanity to the very end. Then he rose to lofty eloquence, rising to heights of humanity, inspiring citizens to enlist in the combat for goodness on every front, for refugees, against discrimination, for culture and education, against climate change, terrorism, obscurantism, the despair, discrimination, and second class citizenship that breeds hatred and the reinvention of antisemitism that is anti zionism,. He poetically evokes the children, victims of the rafle du vel d’hiv, that wanted to live, and were exterminated so cruelly. And he solemnly promises to make France a country where they would have wanted to live and where their memory will live forever.

End of ceremony, enter harsh reality

And here is the tragic reality. If the descendants of those children lived in France today, they might have to hide their kippot and Magen Davids, they might be harassed out of schools and neighborhoods, beaten up in the métro, accused of genocide against the Palestinians. If the descendants of those children lived in France today, the children hunted like animals by the French and exterminated by the Nazis, the children whose parents were forced to flee the Arab-Muslim countries, they might be assassinated at a Jewish school in Toulouse, their lives might be shattered by the savage murder of their grandmother in Paris in 2017. And who would be persecuting them? The descendants of immigrants and refugees from Arab-Muslim countries, the underprivileged victims of discrimination that President Macron vows to protect. By taking them out of their ghettos and giving them the social mixity that will soothe their souls. The tender consideration that put a Kobili Traoré in the apartment downstairs of Sarah Halimi. Without first making sure he had integrated the values of the Republic.

The French police did not pound on the door and drag Sarah Halimi from her home in the middle of the night. The police stood down, waiting interminably for reinforcements, while Kobili Traoré beat, smashed, and exterminated a defenseless Jewish woman.

The courage and lucidity to acknowledge the French crimes of the past falters in the face of French crimes of the present. Not all French, but some French. These allahu akhbar killers are French, born in France or welcomed as immigrants. Their genocidal hatred is not a parenthesis, it is ideological, scriptural, historic. When jihad violence is hypocritically minimized as hit or miss criminality, the present borrows from the shameful past.

A two-hour meeting at the Elysées

Apparently Prime Minister Netanyahu and President Macron went straight from the commemoration ceremony to a working session with their respective teams without even stopping for lunch. Two hours later, they emerged for a brief declaration to the press. Before outlining plans for an upcoming visit to Israel in a context of increased friendly high-tech startup cooperation on civilian and anti-terrorist enterprises, President Macron found it necessary to repeat the two-state solution platitudes dear to French foreign policy. Stop that nasty colonization and give us a Palestinian state tout de suite s’il vous plait, with Jerusalem as its capital.

On July 14th, three Arab Israelis came roaring out of the Temple Mount like missiles and fatally shot two Israeli policemen in the back.

 

 

 

Nidra Poller

 

Nidra Poller is an American-born writer who has lived in Paris since 1972. She is author of works of fiction in English and in French, and has published in many venues, including the Wall Street Journal Europe, Family Security Matters, New English Review, Times of Israel (French), Commentary, Midah. She is the author of literary-political books testifying to the Troubled Dawn of the 21st Century (her latest release).

Source : © A murder that France dares not name | Nidra Poller | The Blogs | The Times of Israel




ÉDITORIAL – LA DÉTESTABLE POLITIQUE DU QUAI D’ORSAY CONTINUE…

 

Richard-Edito titreeditorial-fw

LA DÉTESTABLE POLITIQUE DU QUAI D’ORSAY CONTINUE…

 

Après les réjouissances franco-israéliennes lors de la 75ème commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, la réalpolitique du Quai d’Orsay reprend tous ses droits, si l’on peut dire, vu que le droit est totalement absent de ses prises de position.

Mais quelle est donc la raison de l’ire du Quai d’Orsay ?

Vendredi dernier, 21 juillet, Yossef Salomon, âgé de 70 ans, et ses enfants Haya et Elad, respectivement âgés de 46 ans et de 35 ans, ont été lâchement assassinés chez eux par un terroriste palestinien, pendant le repas du Shabbat.

Suite à cet abominable massacre, et la multiplication des attaques terroristes sur l’Esplanade du Temple à Jérusalem, le gouvernement israélien a décidé d’installer des portiques détecteurs de métaux à l’entrée de cette esplanade, en territoire sous souveraineté israélienne et  juste devant l’espace régie par le Wafq, qui est sous souveraineté diplomatique jordanienne.

Ainsi, le gouvernement israélien décide de renforcer la sécurité sur les lieux de l’attentat comme le font tous les gouvernants et dans tous les  pays à commencer par la France et les pays arabes.

Or, cette simple mesure de sécurité, se transforme en un nouvel alibi pour que la haine anti-israélienne, voire antisémite, puisse se propager à Jérusalem, dans les territoires palestiniens, dans les pays arabes et…dans les médias français !

Ainsi, pour ne citer que le plus célèbre des médias français, le Journal Le Monde titre : A Jérusalem, la crise de l’esplanade des Mosquées provoque de nouveaux heurts

Et le journal continue : « Au lendemain d’une journée meurtrière, les violences se poursuivent. Deux Palestiniens sont morts. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir lundi à la demande de la France, de la Suède et de l’Égypte ! »

Deux Palestiniens sont morts, certes, mais pour quelles raisons ? L’un d’entre eux, un palestinien, âgé de 18 ans, est mort lorsque le cocktail Molotov qu’il voulait lancer sur les forces israéliennes lui a explosé entre les mains !!!!

Il est donc mort parce qu’il voulait tuer ! De plus, il meurt par ses propres turpitudes ! Or, cela n’apparait nullement dans le titre.

Et quelle est la cause,  selon notre presse, de cette la crise évoquée tant par la diplomatie européenne que par notre ministère des affaires étrangères : au fait que « les Palestiniens dénoncent vigoureusement l’installation par Israël de portique, détecteurs de métaux, avant l’accès du troisième lieu saint de l’islam » !

Sans, bien entendu, rappeler que les Juifs sont assujettis depuis toujours à cette mesure, et qu’ils doivent passer sous les portiques de détecteurs de métaux pour se rendre sur le lieu de leurs prières, dans le lieu le plus saint du judaïsme : « Le Mur Occidental » !

En oubliant de rappeler qu’il en est de même pour les chrétiens qui s’obligent à la même contrainte pour prier sur leurs lieux saints !

Omettant de dire, qu’il en est de même au Vatican ou à la Mecque, pour ne citer que les lieux les plus célèbres de la chrétienté ou de l’Islam !

Mais, il serait donc malvenu et indécent de demander aux musulmans d’en faire de même sur le lieu où ils perpétuent jour après jour des attaques terroristes contre les israéliens et ceux qu’ils considèrent comme les impies !

Ainsi, il semblerait admis que, partout dans le monde, les musulmans puissent exiger des lois d’exception et d’exonération à leur encontre, alors que ce n’est pas leur faire injure que de rappeler, qu’aujourd’hui, 100% des attentats terroristes leur sont imputables !

Il serait donc impudent, voire islamophobe (mot à la mode en Occident) , que de suggérer que tous les citoyens, y compris les musulmans, soient logés à la même enseigne dans une démocratie bien ordonnée !

Ainsi, alors que les français, les anglais, les allemands, les américains, les saoudiens… bref, tous les citoyens du monde sont aujourd’hui obligés de passer sous des portiques de contrôles, de passer des heures dans les aérogares et les gares pour être contrôlés mais les musulmans, eux, devraient en être exemptés alors même qu’ils seraient les plus susceptibles, au vu des statistiques, d’être les auteurs de ces actes terroristes  !

Ainsi, on trouve normal, que les États occidentaux, et la France au premier chef, amputent une dose de liberté à la totalité de leurs concitoyens aux fins d’assurer une sécurité collective mais que ce droit serait interdit à Israël !

Et, voilà que la France, à la tête d’une délégation européenne qui a le triste privilège d’avoir la médaille d’Or des actes contribuant à l’accroissement de l’antisémitisme sur leur territoire, saisit le Conseil de sécurité de l’ONU ! Non pas pour condamner les actes terroristes sur les lieux saints ! Non ! Mais pour appeler à la modération les autorités israéliennes afin qu’elles ne réagissent pas face aux terroristes ! En fait, pour demander à Israël exactement le contraire de ce qu’ils exigent et soutiennent dans tous les autres pays ! Y compris l’Égypte, codemandeur avec la France, de cette réunion d’urgence du Conseil !

Cette délégation, accompagnant les pays arabes dans leurs démarches, appelle comme d’habitude à la « modération » ! Mais à qui demande-t-elle cette modération ? Non pas à ceux qui ont armé les assassins, ni à ceux qui leurs décernent médailles et rentes ! Non ! Mais aux victimes de ces agressions ! C’est-à-dire à Israël ! Et cela, pour la seule raison qu’Israël prend des mesures sécuritaires identiques à celles que ces dits pays ont prises !

Face à de telles turpitudes intellectuelles, l’hypocrisie de l’Union Européenne et des états européens, pris un à un, est telle qu’au-delà du risible cela devient méprisable !

Cela l’est d’autant plus inique que malgré les agressions permanentes dont le peuple juif est l’objet de la part de l’Union Européenne tant sur son patrimoine que sur son histoire, les juifs vivant sur son territoire ne brulent ni voitures, ni églises, ni mosquées, qu’ils n’attaquent aucun citoyen européen, ni ne commettent la moindre violence … C’est peut-être ce respect, cette éthique et cette morale citoyenne,qui  apparaissent aux yeux de ces mal-gouvernants comme de la faiblesse !

Ainsi, alors, qu’à nouveau, des palestiniens viennent de poignarder trois civils israéliens, dans leur foyer, ce qui, malheureusement, est devenu monnaie courante dans la plupart des pays occidentaux, alors que ces palestiniens n’hésitent ni à poignarder, ni à se faire exploser, jour après jour au sein des populations civiles israéliennes, le gouvernement israélien devrait être le seul à s’abstraire de prendre les mesures d’autoprotection qui s’imposent au vu des circonstances !

L’hypocrisie des gouvernants européens, et notamment français ( à l’exception notable de ce que fut le gouvernement Valls), s’affiche au grand jour quand ceux qui ont été les moteurs et les acteurs ( comme vient de le reconnaître Emmanuel Macron) du plus grande génocide de tous les temps envers le peuple juif , feignent de venir pleurer nos morts dont ils ont été d’ailleurs les fossoyeurs; et ce, pour mieux contribuer au nouvel antisémitisme en n’hésitant pas à sacrifier, sans vergogne, nos enfants et nos petits-enfants !

Cela relève de l’ignominie pure et simple !

Si besoin était, la récente affaire Halimi, vient rappeler que cela ne concerne pas uniquement les israéliens; et que les paroles de nos gouvernants, qui se veulent apaisantes, ne sont, en fait, destinées qu’à mieux nous anesthésier !

 

Nous tenons à leur faire savoir que nous ne sommes pas dupes et que nous ne céderons ni sur nos valeurs, ni sur notre patrimoine culturel, historique et archéologique, ni encore moins sur notre détermination !

Richard C. ABITBOL
Président




ÉDITO – LA DÉTESTABLE POLITIQUE DU QUAI D’ORSAY CONTINUE…

 

Richard-Edito titreeditorial-fw

LA DÉTESTABLE POLITIQUE DU QUAI D’ORSAY CONTINUE…

 

Après les réjouissances franco-israéliennes lors de la 75ème commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, la réalpolitique du Quai d’Orsay reprend tous ses droits, si l’on peut dire, vu que le droit est totalement absent de ses prises de position.

Mais quelle est donc la raison de l’ire du Quai d’Orsay ?

Vendredi dernier, 21 juillet, Yossef Salomon, âgé de 70 ans, et ses enfants Haya et Elad, respectivement âgés de 46 ans et de 35 ans, ont été lâchement assassinés chez eux par un terroriste palestinien, pendant le repas du Shabbat.

Suite à cet abominable massacre, et la multiplication des attaques terroristes sur l’Esplanade du Temple à Jérusalem, le gouvernement israélien a décidé d’installer des portiques détecteurs de métaux à l’entrée de cette esplanade, en territoire sous souveraineté israélienne et  juste devant l’espace régie par le Wafq, qui est sous souveraineté diplomatique jordanienne.

Ainsi, le gouvernement israélien décide de renforcer la sécurité sur les lieux de l’attentat comme le font tous les gouvernants et dans tous les  pays à commencer par la France et les pays arabes.

Or, cette simple mesure de sécurité, se transforme en un nouvel alibi pour que la haine anti-israélienne, voire antisémite, puisse se propager à Jérusalem, dans les territoires palestiniens, dans les pays arabes et…dans les médias français !

Ainsi, pour ne citer que le plus célèbre des médias français, le Journal Le Monde titre : A Jérusalem, la crise de l’esplanade des Mosquées provoque de nouveaux heurts

Et le journal continue : « Au lendemain d’une journée meurtrière, les violences se poursuivent. Deux Palestiniens sont morts. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir lundi à la demande de la France, de la Suède et de l’Égypte ! »

Deux Palestiniens sont morts, certes, mais pour quelles raisons ? L’un d’entre eux, un palestinien, âgé de 18 ans, est mort lorsque le cocktail Molotov qu’il voulait lancer sur les forces israéliennes lui a explosé entre les mains !!!!

Il est donc mort parce qu’il voulait tuer ! De plus, il meurt par ses propres turpitudes ! Or, cela n’apparait nullement dans le titre.

Et quelle est la cause,  selon notre presse, de cette la crise évoquée tant par la diplomatie européenne que par notre ministère des affaires étrangères : au fait que « les Palestiniens dénoncent vigoureusement l’installation par Israël de portique, détecteurs de métaux, avant l’accès du troisième lieu saint de l’islam » !

Sans, bien entendu, rappeler que les Juifs sont assujettis depuis toujours à cette mesure, et qu’ils doivent passer sous les portiques de détecteurs de métaux pour se rendre sur le lieu de leurs prières, dans le lieu le plus saint du judaïsme : « Le Mur Occidental » !

En oubliant de rappeler qu’il en est de même pour les chrétiens qui s’obligent à la même contrainte pour prier sur leurs lieux saints !

Omettant de dire, qu’il en est de même au Vatican ou à la Mecque, pour ne citer que les lieux les plus célèbres de la chrétienté ou de l’Islam !

Mais, il serait donc malvenu et indécent de demander aux musulmans d’en faire de même sur le lieu où ils perpétuent jour après jour des attaques terroristes contre les israéliens et ceux qu’ils considèrent comme les impies !

Ainsi, il semblerait admis que, partout dans le monde, les musulmans puissent exiger des lois d’exception et d’exonération à leur encontre, alors que ce n’est pas leur faire injure que de rappeler, qu’aujourd’hui, 100% des attentats terroristes leur sont imputables !

Il serait donc impudent, voire islamophobe (mot à la mode en Occident) , que de suggérer que tous les citoyens, y compris les musulmans, soient logés à la même enseigne dans une démocratie bien ordonnée !

Ainsi, alors que les français, les anglais, les allemands, les américains, les saoudiens… bref, tous les citoyens du monde sont aujourd’hui obligés de passer sous des portiques de contrôles, de passer des heures dans les aérogares et les gares pour être contrôlés mais les musulmans, eux, devraient en être exemptés alors même qu’ils seraient les plus susceptibles, au vu des statistiques, d’être les auteurs de ces actes terroristes  !

Ainsi, on trouve normal, que les États occidentaux, et la France au premier chef, amputent une dose de liberté à la totalité de leurs concitoyens aux fins d’assurer une sécurité collective mais que ce droit serait interdit à Israël !

Et, voilà que la France, à la tête d’une délégation européenne qui a le triste privilège d’avoir la médaille d’Or des actes contribuant à l’accroissement de l’antisémitisme sur leur territoire, saisit le Conseil de sécurité de l’ONU ! Non pas pour condamner les actes terroristes sur les lieux saints ! Non ! Mais pour appeler à la modération les autorités israéliennes afin qu’elles ne réagissent pas face aux terroristes ! En fait, pour demander à Israël exactement le contraire de ce qu’ils exigent et soutiennent dans tous les autres pays ! Y compris l’Égypte, codemandeur avec la France, de cette réunion d’urgence du Conseil !

Cette délégation, accompagnant les pays arabes dans leurs démarches, appelle comme d’habitude à la « modération » ! Mais à qui demande-t-elle cette modération ? Non pas à ceux qui ont armé les assassins, ni à ceux qui leurs décernent médailles et rentes ! Non ! Mais aux victimes de ces agressions ! C’est-à-dire à Israël ! Et cela, pour la seule raison qu’Israël prend des mesures sécuritaires identiques à celles que ces dits pays ont prises !

Face à de telles turpitudes intellectuelles, l’hypocrisie de l’Union Européenne et des états européens, pris un à un, est telle qu’au-delà du risible cela devient méprisable !

Cela l’est d’autant plus inique que malgré les agressions permanentes dont le peuple juif est l’objet de la part de l’Union Européenne tant sur son patrimoine que sur son histoire, les juifs vivant sur son territoire ne brulent ni voitures, ni églises, ni mosquées, qu’ils n’attaquent aucun citoyen européen, ni ne commettent la moindre violence … C’est peut-être ce respect, cette éthique et cette morale citoyenne,qui  apparaissent aux yeux de ces mal-gouvernants comme de la faiblesse !

Ainsi, alors, qu’à nouveau, des palestiniens viennent de poignarder trois civils israéliens, dans leur foyer, ce qui, malheureusement, est devenu monnaie courante dans la plupart des pays occidentaux, alors que ces palestiniens n’hésitent ni à poignarder, ni à se faire exploser, jour après jour au sein des populations civiles israéliennes, le gouvernement israélien devrait être le seul à s’abstraire de prendre les mesures d’autoprotection qui s’imposent au vu des circonstances !

L’hypocrisie des gouvernants européens, et notamment français ( à l’exception notable de ce que fut le gouvernement Valls), s’affiche au grand jour quand ceux qui ont été les moteurs et les acteurs ( comme vient de le reconnaître Emmanuel Macron) du plus grande génocide de tous les temps envers le peuple juif , feignent de venir pleurer nos morts dont ils ont été d’ailleurs les fossoyeurs; et ce, pour mieux contribuer au nouvel antisémitisme en n’hésitant pas à sacrifier, sans vergogne, nos enfants et nos petits-enfants !

Cela relève de l’ignominie pure et simple !

Si besoin était, la récente affaire Halimi, vient rappeler que cela ne concerne pas uniquement les israéliens; et que les paroles de nos gouvernants, qui se veulent apaisantes, ne sont, en fait, destinées qu’à mieux nous anesthésier !

 

Nous tenons à leur faire savoir que nous ne sommes pas dupes et que nous ne céderons ni sur nos valeurs, ni sur notre patrimoine culturel, historique et archéologique, ni encore moins sur notre détermination !

Richard C. ABITBOL
Président




Jérusalem: la France appelle prudemment au respect d’un ‘statu quo’ jamais remis en cause par Israël

Hôtel du ministre des Affaires étrangères, au 37 quai d’Orsay, à Paris. Il héberge le cabinet du ministre et une partie de l’administration. (Crédit : Gwenaelle98 — Travail personnel/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

En marge des tensions grandissantes, Paris appelle les deux parties à œuvrer pour un retour au calme rapide

S’adresse-t-elle à Israël ou aux dirigeants palestiniens et plus généralement arabes, cette déclaration du Quai d’Orsay, suite aux événements qui ont ensanglanté Israël et les territoires, et qui ne précise pas son destinataire ?

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info   Inscription gratuite!

Au point-presse du jour la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a fait la déclaration suivante :

« La France réaffirme la nécessité de s’abstenir de tout acte ou déclaration pouvant aggraver le conflit ».

Elle « déplore les violences récentes à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens qui ont entraîné la mort de dix personnes dans des attentats et des affrontements. Elle exprime sa grande préoccupation et sa détermination à aider, avec ses partenaires, à l’apaisement ».

« C’est dans cet esprit, précise la porte-parole, que M. Jean-Yves Le Drian s’est entretenu le 23 juillet avec son homologue jordanien, M. Ayman Safadi. Les consultations se poursuivront notamment ce soir au conseil de sécurité des Nations unies lors d’une réunion d’urgence ».

Alors qu’Israël n’a à ce jour jamais remis en cause le statu quo régissant l’Esplanade des Mosquées/Mont du temple depuis 1967, le Quai d’Orsay rappelle, dans ce qui semble être une acceptation du narratif palestinien, « que toute remise en cause du statu quo est porteuse de grand risque de déstabilisation et souhaite qu’une solution concertée, permettant d’assurer la sécurité, soit trouvée sans que le libre accès aux lieux saints ne soit affecté ».

A rappeler, qu’Israël est actuellement en proie à des tensions croissantes autour du mont du Temple de Jérusalem, après un week-end de violences meurtrières.

Des affrontements ont éclaté avec les Palestiniens en raison de l’opposition de ces derniers à l’installation de détecteurs de métaux aux entrées du complexe, et suite à l’appel au soulèvement général de nombreux dirigeants palestiniens et du monde arabe .

Les autorités israéliennes affirment que l’installation de ces portiques est justifié par l’attentat commis le 14 juillet par des Arabes israéliens, qui ont tué par balles deux policiers après avoir stocké leurs armes sur le mont du Temple.

Cinq Palestiniens ont été tués durant de violentes émeutes suscitées par ces nouvelles mesures.

Vendredi, un Palestinien est entré dans une habitation de l’implantation de Halamish en Cisjordanie et a poignardé mortellement trois Israéliens, faisant naître la crainte de l’émergence de nouveaux attentats terroristes.

Lundi, un homme a été poignardé en fin de matinée à Petah Tikva et a été évacué à l’hôpital, souffrant de blessures modérées à graves. Il s’agit apparemment d’un résident de la ville arabe israélienne d’Arara, tandis que son agresseur est un habitant palestinien de la ville de Qalqilya, en Cisjordanie qui aurait identifié sa victime arabe comme étant juive.

Source :©  Jérusalem: la France appelle prudemment au respect d’un ‘statu quo’ jamais remis en cause par Israël | The Times of Israël




Devant le Congrès, le gendre de Trump nie toute collusion avec la Russie

Interrogé par la commission de Renseignement du Sénat, Jared Kushner, un des plus proches conseillers du président américain, a toutefois admis ce lundi avoir rencontré des Russes à quatre reprises avant et après la campagne présidentielle américaine.

Quels liens le gendre de Donald Trump a-t-il entretenu avec les Russes avant et après l’élection présidentielle américaine? Ce lundi, Jared Kushner, également proche conseiller du président, était interrogé par le Congrès. «Tous mes actes ont été appropriés, dans le cadre normal d’une campagne sans équivalent», a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche à l’issue de son audition. L’entretien, qui a duré plus de deux heures, s’est déroulé à huis clos et son contenu exact demeurait inconnu lundi soir. Mais l’époux d’Ivanka Trump a transmis en amont une note de onze pages, à l’attention de la commission du Renseignement du Sénat. Dans cette missive, il décrit en détail ses contacts avec ses interlocuteurs russes mais nie toute collusion ayant visé à faire gagner son beau-père. Le jeune millionnaire, âgé de 36 ans, se rendra mardi devant la commission équivalente de la Chambre des représentants, qui enquête pour déterminer si la campagne russe présumée de désinformation et de piratage contre Hillary Clinton a reçu des appuis au sein de l’équipe Trump.

» Lire aussi – Jared Kushner, «Monsieur Gendre» ou le diplomate en chef bis de Trump

Dans cette déclaration, Jared Kushner a d’abord tenu à faire part de sa bonne foi envers les enquêteurs: «Depuis six mois j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour fournir au FBI toute information nécessaire pour enquêter sur mon passé». Comme argument, le gendre de Trump mentionne son ignorance du monde diplomatique: «Mon savoir-faire vient du monde des affaires, pas de la politique». Puis, il explique s’être impliqué progressivement dans la campagne de son beau-père. Interlocuteur principal de Donald Trump pour les gouvernements étrangers, il s’occupe aussi des finances, de la planification, de la communication. Il rédige ses discours, planifie les sondages et dirige les équipes en charge des bases de données et du numérique.

• L’ambassadeur russe à Washington

De part son rôle international, Jared Kushner admet avoir rencontré à deux reprises l’ambassadeur de Russie aux États-Unis, Sergueï Kisliak.

– La première fois, pendant la campagne, en présence de trois autres ambassadeurs, lors d’un discours de Donald Trump à Washington. Un échange qui a duré «moins d’une minute» avec chacun d’eux, affirme-t-il.

– La seconde rencontre a eu lieu le 1er décembre 2016, à la demande de l’ambassadeur russe. Une discussion de «vingt à trente minutes», en présence de Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale qui a démissionné après avoir menti sur ses relations avec les Russes pendant la campagne.

«Comme je l’ai fait dans de nombreuses réunions, avec des responsables étrangers, j’ai fait part de notre désir de donner un nouveau départ à nos relations», indique Kushner. Ce dernier dit avoir demandé quel serait le meilleur intermédiaire avec la Russie. «Le fait que je pose la question sur la meilleure façon de démarrer un dialogue après l’élection devrait être interprété comme une solide preuve que je n’étais au courant d’aucune relation avant le 8 novembre», indique-t-il.

Au cours de cette conversation, Kushner assure qu’il a demandé si Kisliak disposait dans son ambassade «d’un moyen de communication» permettant à Michael Flynn de recevoir des informations de généraux russes sur la Syrie. Il dément formellement – comme la presse s’en était fait l’écho – avoir «suggéré de trouver “un moyen de communication secret”» ou d’avoir suggéré d’«utiliser l’ambassade de Russie ou tout autre site russe pour autre chose que cette seule conversation» sur la Syrie. L’homme d’affaires réfute aussi l’existence de deux coups de téléphone à l’ambassadeur russe évoqués par la presse mais dont il affirme n’avoir retrouvé aucune trace après des recherches détaillées.

• Un banquier proche de Poutine

Dans sa déclaration, Jared Kushner confie par ailleurs avoir rencontré Sergueï Gorkov, un banquier proche de Vladimir Poutine pendant «25 à 30 minutes», le 13 décembre 2016. Selon lui, cet échange a eu lieu après une «demande insistante» de l’ambassadeur Kisliak. Lors de cette discussion, Gorkov évoque «sa relation amicale avec M. Poutine et sa déception quant à l’état des relations russo-américaines sous le président Obama», relate le millionnaire, qui dit avoir répété sa position évoquée devant l’ambassadeur. Pour autant, les deux hommes n’ont pas parlé des sanctions américaines, ni des affaires de M. Kushner, selon lui. «Je n’ai pas eu de contacts inappropriés. Je ne dépendais pas de fonds russes pour financer mes affaires dans le secteur privé», martèle-t-il.

• Une avocate russe

Le conseiller spécial de Donald Trump revient en outre sur une rencontre avec une avocate russe, révélée par la presse quelques jours auparavant. Le fils aîné du président, Donald Jr., avait accepté de la recevoir car il la croyait capable de fournir des détails compromettants du gouvernement russe sur Hillary Clinton. Jared Kushner souligne pour sa part qu’il n’est allé à cette réunion qu’à la demande de Donald Jr., sans avoir lu tous les courriels depuis publiés par son beau-frère. «Je suis arrivé un peu en retard, et la personne parlait de l’interdiction d’adopter des enfants russes aux États-Unis». Il estime avoir perdu son temps lors de cette réunion et dit avoir demandé à son assistant de l’appeler pour s’extirper de la réunion.

Etienne Jacob

Journaliste rédacteur.

 

Source :©  Le Figaro Premium – Devant le Congrès, le gendre de Trump nie toute collusion avec la Russie




Les diplomates israéliens en Turquie doivent travailler de chez eux, suite aux tensions à Jérusalem

Illustration : des forces spéciales de la police montent la garde devant l’ambassade d’Israël à Ankara, après qu’un déséquilibré muni d’un couteau a tenté de faire irruption ans le bâtiment, le 21 septembre 2016. (Crédit :AFP Photo/Adem Altan)

Cette décision aurait été prise avant l’attaque de dimanche à Amman ; Istanbul est en proie à de nombreuses manifestations anti-Israël

Le ministère des Affaires étrangères a ordonné lundi aux employés de ses missions diplomatiques en Turquie de travailler depuis chez eux, suite aux tensions qui sévissent dans la région au sujet du mont du Temple à Jérusalem.

Une source diplomatique anonyme a déclaré à Walla news que la décision d’ordonner aux employés de l’ambassade d’Ankara et du consulat d’Istanbul de travailler de chez eux, avait été prise avant l’attaque de dimanche contre le garde de l’ambassade israélienne en Jordanie, au cours de laquelle un agent de sécurité israélien a abattu deux Jordaniens, dont un qui l’avait attaqué avec un tournevis. Cette attaque a conduit à une impasse diplomatique entre les deux pays.

Plusieurs manifestations ont eu lieu en Turquie suite à la décision d’Israël d’installer des détecteurs de métaux aux entrées vers le mont du Temple. Cette décision est une réaction à l’attaque contre deux policiers israéliens, tués par trois assaillants arabes israéliens le 14 juillet. Ils avaient fait entrer clandestinement des armes sur le lieux saint.

Deux des manifestations ont eu lieu devant des synagogues d’Istanbul.

La Turquie a été l’un des plus fervents opposants aux détecteurs de métaux ; un porte-parole du gouvernement avait affirmé la semaine dernière que ces installations étaient un « crime contre l’humanité ».

Un agent de police turc devant la synagogue Neve Shalom le 30 mars 2016 à Istanbul. (Crédit : AFP / OZAN KOSE)

Un agent de police turc devant la synagogue Neve Shalom le 30 mars 2016 à Istanbul. (Crédit : AFP / OZAN KOSE)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné ces nouvelles mesures de sécurité, et a dénoncé le recours « excessif » à la force par Israël, au lendemain d’une journée de violences meurtrières à Jérusalem Est et en Cisjordanie.

Les relations entre Israël et la Turquie, autrefois nations alliées, se sont détériorées avec la montée du mouvement islamiste d’Erdogan en 2003, et se sont rompues en mai 2010, après un raid de l’armée israélienne sur un navire turc, qui visait à briser le blocus militaire israélien sur la bande de Gaza, et qui avait fait 10 morts du côté turc.

En dépit d’une détente ces dernières années, les relations bilatérales restent glaciales.

L’AFP a contribué à cet article.

Source :©  Les diplomates israéliens en Turquie doivent travailler de chez eux, suite aux tensions à Jérusalem | The Times of Israël




La machine Macron est-elle en train de s’enrayer?

Florence Parly, ministre des Armées, le général François Lecointre (au centre) et Emmanuel Macron, jeudi à Istres.

VIDÉO – Après l’aller-retour sur la fiscalité, le psychodrame Villiers brouille l’image du chef de l’État avant une rentrée difficile.

Quatre mots pour une crise. «Je suis votre chef.» Quatre mots de trop pour Emmanuel Macron, qui, en les lançant la semaine dernière à la veille du 14 Juillet à des militaires estomaqués, a provoqué une vague de défiance de l’armée à son égard. Une crise inédite, donc, et dont l’épilogue témoigne de l’ampleur de la tâche du président de la République pour renouer un lien de confiance avec les militaires.

Mercredi soir, les personnels du ministère des Armées ont très longuement applaudi le départ du chef d’état-major Pierre de Villiers, qui avait annoncé sa démission le matin même, au terme d’un bras de fer intense avec le chef de l’État sur le budget de la Défense. Une démonstration peu commune dans cette institution plutôt réputée pour sa capacité à garder le silence en toutes circonstances. Un camouflet pour Emmanuel Macron, mais surtout un premier accroc dans le costume de monarque républicain qu’il essaye de se tailler sur mesure depuis le soir de son élection à la présidence de la République. Car jusqu’à ces quatre mots, Emmanuel Macron était intouchable. Depuis ces quatre mots, il est à portée de tir. Celui de tous ses adversaires politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par Les Républicains et ce qu’il reste du Parti socialiste, pour une fois unanimes à dénoncer son attitude à l’égard des armées.

Recoller les morceaux

Signe que l’alerte est sérieuse, le président de la République a rompu avec la stratégie de la parole rare qu’il avait lui-même mise en place pour redonner du lustre à la fonction présidentielle. Mercredi, c’est dans le cadre de l’émission «Vélo Club» de France 2, après quelques considérations sur les performances de grimpeur de Warren Barguil et sur les chances de Romain Bardet de remporter l’édition 2017 du Tour de France, que le président de la République a commenté la démission de son chef d’état-major. Jeudi, il a annulé sa participation aux États généraux de l’alimentation, pour pouvoir passer plus de temps avec les militaires sur la base d’Istres qu’il visitait. Il faut d’urgence recoller les morceaux. Et ce d’autant plus vite que la crise intervient à un moment délicat pour Emmanuel Macron. Depuis quelques semaines, sa popularité a commencé à s’effriter. Elle demeure toujours au-dessus des 50 %, mais la rentrée s’annonce complexe pour le chef de l’État avec l’adoption programmée par ordonnances de la réforme du Code du travail et l’élaboration du budget 2018, où figureront de nombreuses mesures d’économies. Dans ce contexte, la crise ouverte avec l’armée peut contribuer à saper l’autorité d’Emmanuel Macron. «Il est urgent de ne pas s’affoler et de se détendre, élude un député de la majorité. À la tonalité de certains commentaires, on se croirait au bord d’un coup d’État militaire.» Emmanuel Macron n’en est certes pas là. Mais le chef de l’État est tout de même pressé de tourner la page de cette mauvaise séquence.

Autour de lui, on insiste d’ailleurs sur sa capacité à se sortir des situations difficiles. «Chaque fois qu’il y a eu un incident de ce type, un incident qui aurait pu laisser des traces, Emmanuel Macron a toujours réussi à redresser la barre», assure l’un de ses proches, pour qui la décision du président de la République «est aussi une mesure préventive à l’égard de tous ceux qui, dans l’administration, pourraient se sentir des velléités d’engager un rapport de force avec le chef de l’État».

«C’est le politique qui gouverne. Ce n’est pas l’administration, fût-elle militaire»

Un cadre du parti du président

Avec le général de Villiers, Emmanuel Macron aurait donc fait un exemple pour impressionner. Pour préparer le terrain au «spoil system» à la française qu’il compte mettre en place comme il l’avait annoncé dans sa campagne: passer en revue les quelque 250 directeurs d’administration pour s’assurer de leur loyauté à l’égard du pouvoir. «C’est le politique qui gouverne. Ce n’est pas l’administration, fût-elle militaire, plaide un cadre du parti du président, qui minimise aussi la portée de la démission du chef d’état-major. Il faut aussi regarder le pedigree du nouveau, ce n’est pas un boy-scout non plus.»

Le pari d’Emmanuel Macron est risqué. Il consiste à payer à court terme le prix d’une crise dont il espère qu’elle se traduira à long terme par une reconnaissance de son autorité. À moins qu’elle ne tourne au procès en autoritarisme que ses adversaires, et même certains de ses alliés, ont déjà commencé à lui intenter. Quant à savoir si le chef de l’État a commis une faute politique, «c’est le temps qui répondra à cette question», répond le «constructif» Jean-Pierre Raffarin, qui se montre cette fois sévère à l’égard d’Emmanuel Macron. «Ce conflit aurait pu être évité, assure-t-il dans Le Monde. Il est le chef des armées et on attend de lui qu’il tienne ses engagements.» Parmi les proches du président, on n’affiche en revanche aucun doute sur l’issue de la séquence. Et l’on rappelle le surnom donné à Emmanuel Macron par ses équipes durant la campagne présidentielle: «le boss». En espérant qu’à leur tour, les Français le fassent leur.

Source : Le Figaro Premium – La machine Macron est-elle en train de s’enrayer?




ÉDITO – DIRIGER SANS IMPOSER ET NON IMPOSER SANS DIRIGER !

 

Richard-Edito titreeditorial-fw

DIRIGER SANS IMPOSER

               ET NON IMPOSER SANS DIRIGER !

  
 

“Diriger sans imposer et non imposer sans diriger”

Filip VANDENDRIESSCHE

 

Soutien inconditionnel d’Emmanuel Macron depuis le premier jour, soit depuis le 6 avril 2016, je ne peux m’empêcher de comparer le candidat Macron au Président Macron!

Voilà 15 mois commençait l’aventure Macron et avec lui celle de En Marche  !

Alors que les médias, les politiques et les analystes se refusaient à parier un kopek sur la réussite de cette aventures, une horde de jeunes et de moins jeunes étaient portés par une vague d’espoirs !

On rêvait tous du renouveau démocratique, d’un Président arbitre respectueux de l’équilibre des pouvoirs et d’une démocratie réellement représentative. On rêvait d’une alliance entre une sociale-démocratie esquissée par Manuel Valls, d’une droite intelligente et responsable coordonnée par un centre d’essence giscardienne ! Enfin, on devait sortir des carcans idéologiques de droite et de gauche !

En gros, la réalisation de l’espoir giscardien: rassembler deux français sur trois pour assumer et réaliser les grandes réformes si  nécessaires à notre pays afin, non seulement, de moderniser  l’économie nationale mais également afin de transformer le paysage politique dans l’intérêt de tous.  Et tout cela dans le respect des plus fragiles de nos concitoyens.

Cela se présentait bien … jusqu’à la défaite de Manuel Valls aux primaires de la Gauche et à l’évasion des troupes (élus et militants) du parti socialiste ! Les rats quittaient le navire et allaient se réfugier dans le bateau « En Marche » !

Contrairement à la description qu’en font les médias, Emmanuel Macron a, alors, non pas détruit le Parti Socialiste mais, au contraire, il a largement contribué à le sauver et à lui donner une seconde vie !

Le médiatique ralliement de François Bayrou laissait poindre une nouvelle alliance alors que ce n’était qu’un nouvel alibi !

En Marche devenait sans le dire le Nouveau Parti Socialiste !

Ainsi, les meetings, qui au début ressemblaient aux premiers meetings de l’U.D.F, devenaient des meetings de réunification des sections du Parti Socialiste !

Déception ! En Marche qui devait être un rassemblement des centres, pivot de la grande alliance, devenez le renouveau du parti socialiste !

Les investitures « ouvertes » se sont transformées en la plus grande farce politique de ces dernières années: on découvrait que 95% des investis par le République En Marche étaient socialistes. Certes, pour beaucoup ils ne figuraient pas dans la listes des élus connus du parti, mais ils étaient tous soit issus des cabinets ministériels des différents gouvernements socialistes de ces 15 dernières années, soit, pour les plus jeunes d’entre eux, issus des sections socialistes (secrétaires généraux, présidents de section,…) et donc inconnus du grand public !

De plus pour nombre d’entre eux, ils avaient fait parler d’eux sur les réseaux sociaux ( et souvent négativement) ou par des publications douteuses, sans compter ceux qui trainaient derrière eux quelques casseroles de divers nature. Certains même, issus de l’extrême-gauche ou des Indigènes de la Républiques, avaient faits des déclarations soit peu amen envers la République, soit carrément antisémites ! Au point qu’ils ont du être écartés à la dernière minute…sans avoir de remplaçant face à eux …ce qui donnait peu de poids à cette mise à l’écart !

Plus graves les quelques socialistes, comme Manuel Valls,  qui avaient démontré dans les faits leur attachement à la sociale-démocratie, à la laïcité et aux valeurs de la République étaient écartés et humiliés sans aucun ménagement !

En lieu et place de construire une vaste coalition allant de la droite modérée à la gauche progressiste, le Président, nouvellement élu, a préféré démolir toute velléité d’opposition en débauchant quelques seconds couteaux et en faisant de En Marche un Nouveau Parti Socialiste fier et dominateur !

Ainsi, en lieu et place, de dessiner une gouvernance de respect et de collaboration avec l’opposition, il a été choisi une gouvernance « d’humiliation d’État ».

Bayrou, Valls et plus récemment le Général Pierre De Villiers ont été maladroitement et honteusement humiliés. Quant à la Ministre SCIAPPA ( qui par sa présence au gouvernement démontre que n’importe qui peut accéder à cette haute fonction), elle n’hésite pas à insulter et à humilier un de nos célèbres académiciens ( Alain Finkielkraut) tel un illettré qui voudrait étrillé les qualité littéraires de Victor Hugo !

Un célèbre psychologue et DRH, dans un célèbre ouvrage, promouvait une nouvelle forme de management par la conviction. Le leitmotiv de cet ouvrage de Filip Vandendriessche était : «Diriger sans imposer».

J’ajouterai qu’une bonne gouvernance devrait être basée sur cet axiome  «Diriger sans imposer et non imposer sans diriger»

Autre déception: les nouveaux statuts de En Marche ! Nouveaux statuts qui sont tout sauf empreints de respect démocratique et où les adhérents ne dirigeraient aucunement la marche de leur parti !

Enfin, je reviendrai plus tard, dans un autre éditorial,  sur la vision régalienne et sociétale de notre Président !

Je conclurai en appelant notre Président à se ressaisir et à reprendre le film de cette aventure du début. Il n’est pas trop tard !

Les Français attendaient un Président qui préside, un Président arbitre, respectueux de nos institutions, de notre parlement et surtout respectueux de l’opposition et ouvert au débat !

L’autoritarisme dont il a fait preuve ces dernières semaines, et l’humiliation inadmissible qu’il a infligé à un de nos plus grands soldats, est indigeste pour la majorité des français et commence à se faire ressentir au niveau des sondages.

A l’approche de la mise en place des grandes réformes économiques amorcées par le gouvernement, difficiles à assumer par les plus fragiles de nos concitoyens, «ceux qui ne sont rien » mais qui font les rois, il faut convaincre et non imposer. Il faut respecter et non humilier . Il faut agir et non communiquer. Il faut être et non pas paraître.

Oui, il est encore temps de revoir le plan de vol et d’ajuster le tir.

Oui, Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois et l’amitié que je vous porte, il faut «Diriger sans imposer et non imposer sans diriger» !

Richard C. ABITBOL
Président




Le parti de Macron en passe de devenir… le moins démocratique de France !

S’ils assurent que le parti d’Emmanuel Macron « appartient à ses adhérents », les futurs statuts ne prévoient aucune élection interne. Toutes les décisions seront prises par une majorité d’élus.

Pas si facile de construire un parti différent. Ce samedi 8 juillet au Paris Event Center (XIXème arrondissement), la question de la structuration du mouvement fondé par Emmanuel Macron aura occupé la majeure partie des interventions, lors de la première convention de La République en marche (LREM). « Modernité », « ouverture » et « renouvellement », ont répété la plupart des orateurs. A la lecture des grandes lignes des futurs statuts du parti, présentés en marge de la convention, il semble indéniable que le parti macroniste s’oriente vers un modèle inédit. Modèle qui ne brillera pas par ses dispositifs de votation interne. A force de vouloir se démarquer des autres formations politiques, LREM est au contraire en passe de devenir le parti… le moins démocratique de l’Hexagone.

Si les adhérents vont voter pour avaliser ces statuts d’ici au 30 juillet, ils n’auront ensuite plus aucune prise sur les décisions au sein du mouvement. Bien sûr, ces 373.000 militants auront un rôle, mais il sera tout sauf central. Ils pourront par exemple saisir le bureau exécutif de « toute information utile à l’organisation et à la vie du mouvement« , mais pas imposer une position. Un certain nombre d’adhérents intègreront quant à eux le Conseil, présenté dans les statuts comme le « Parlement de la République en Marche« , après avoir été tirés au sort, mais ces militants ne constitueront que 20% des membres de l’organe. Pour le reste, si les statuts précisent que « La République en marche appartient à ses adhérents« , les procédures internes ne leur donneront pas souvent l’occasion de s’exprimer.

Les élus auront la main sur toutes les décisions

Pour le reste, les parlementaires auront la main. Avec les élus locaux du parti et les référents territoriaux, au nombre de 110, ils formeront 80% du Conseil. Autant dire que les 308 députés et 25 sénateurs macronistes disposeront probablement de la majorité absolue au sein de l’instance et pourront ainsi imposer, s’ils le souhaitent, leur point de vue. Cela tombe bien puisque le Conseil contrôlera l’ensemble des instances importantes du parti, dans une organisation en forme de poupées russes, où chaque collège s’emboîte dans un autre. Le ou les dirigeants ? Nommés par le Conseil. La commission d’investiture, chargée de sélectionner les candidats aux élections ? Désignée par le Bureau exécutif, lui-même… nommé par le Conseil.

Quant aux référents territoriaux du mouvement d’Emmanuel Macron, ils ne seront pas non plus élus mais nommés par la direction de LREM. Contacté, l’entourage de Catherine Barbaroux, la présidente par intérim d’En Marche, assume une volonté de privilégier l’efficacité du mouvement sur des élections internes qui pourraient susciter des ambitions mal placées : « En observant le fonctionnement des autres partis, nous nous sommes aperçus que plus vous créez des postes, plus vous risquez de créer des ambitions pas forcément tournées vers l’intérêt du mouvement. Nous voulons éviter ça« . Arnaud Leroy, ex-député pressenti pour intégrer la direction collégiale, se veut plus direct : « On ne veut pas de baronnies locales et de rivalités où le succès de l’un dépend de l’échec de l’autre, comme ça a pu être le cas au PS« .

« Plus de poids qu’en élisant un premier secrétaire »

Ce type de fonctionnement est en tout cas une curiosité en France, où la plupart des partis restent organisés autour du principe de la démocratie interne. Au Parti socialiste, chez les Républicains ou au Front national, la légitimité du leader du parti procède ainsi de son élection par les militants. Ces dernières années, l’organisation de primaires au PS, à LR ou chez EELV a accentué le phénomène. Au PS, on vote même pour chaque désignation interne : tous les candidats aux législatives ont été adoubés par les militants de leur circonscription. Chose inenvisageable dans le parti macroniste, objectif de parité oblige. « Si on faisait élire les candidats, beaucoup plus d’hommes se présenteraient« , constate un cadre du mouvement.

LREM apparaît imperméable à cette culture de l’élection : la seule tête à (nettement) dépasser restera celle du président de la République, Emmanuel Macron. A la direction de LREM, on veut pourtant croire que cette absence de démocratie interne n’empêchera pas les débats : « Avec leur pouvoir de faire remonter des sujets, les adhérents auront au final beaucoup plus de poids qu’ils n’en auraient eu en élisant un premier secrétaire tous les deux ans« .

Finalement, le parti dont le fonctionnement se rapproche le plus de celui de La République en marche pourrait bien être… la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. On retrouve dans les deux organisations la même absence d’élections internes et la même centralisation des investitures de candidats. Chez les supporters de Jean-Luc Mélenchon, cette type de procédure se veut toutefois transitoire puisque la France insoumise n’est actuellement pas structurée en forme de parti. Au Parti de gauche, la formation précédemment créée par le député de Marseille, les adhérents peuvent voter pour chaque nomination interne, mais aussi… révoquer les dirigeants. Pas vraiment la philosophie En Marche.

Source :© Le parti de Macron en passe de devenir… le moins démocratique de France !




Meurtre de sarah halimi : l’avocat d’un fils interpelle le procureur et les juges – Le Parisien

L’une des parties civiles réclame officiellement au procureur et aux juges d’instruction la reconnaissance du caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi.

Alors que Kobili Traoré a été mis en examen le 10 juillet pour homicide volontaire sur Sarah Halimi, violemment frappée à coups de combiné de téléphone puis défenestrée le 4 avril dernier dans le quartier de Belleville, à Paris, les parties civiles ne se satisfont toujours pas des chefs de mises en examen. Car, à ce stade, la justice ne retient pas le caractère antisémite du meurtre.

Me David-Olivier Kaminski, avocat de l’un des fils de la victime, a adressé deux courriers, que Le Parisien/Aujourd’hui en France a pu consulter, au procureur de la République et aux deux juges d’instruction en charge du violent meurtre de Sarah Halimi.

L’avocat s’inquiète de l’absence d’expertise psychiatrique

«Comment pouvez-vous sincèrement présumer que la circonstance aggravante d’antisémitisme serait à ce point inexistante du dossier, sans le moindre indice grave ou concordant pour ne pas prendre de réquisitions écrites en ce sens ?», écrit Me Kaminski au procureur de la République. Pour l’avocat, pas de doute dans cette affaire : «Aujourd’hui, il s’agit d’un véritable déni d’action publique.» Il rappelle par ailleurs que «le ministère public traditionnellement représente les intérêts de la société, qu’il permet d’assurer l’action publique pour le compte des victimes». Il appelle ainsi le procureur de la République à «faire le nécessaire et [à] prendre toutes les réquisitions utiles en vue d’un réquisitoire supplétif incluant la circonstance aggravant d’antisémitisme».

Dans un second courrier, adressé aux juges d’instruction, David-Olivier Kaminiski s’interroge : «Pourquoi et comment, si vous avez pu interroger Kobili Traoré et le mettre en examen, celui-ci serait resté en psychiatrie et n’aurait pas fait l’objet d’une mise à l’écrou» ? Il souligne que l’expertise psychiatrique du suspect n’a pas été communiquée aux parties civiles. Le conseil s’étonne par ailleurs que les juges n’aient «pas cru pouvoir lister dans cette procédure les nombreux indices permettant de traiter judiciairement ce crime dans toutes ces dimensions et notamment dans sa dimension antisémite».

«Ça aurait pu tomber sur n’importe qui»

Le 4 avril dernier, vers 4 heures du matin, Kobili Traoré s’est introduit chez Sarah Halimi, 65 ans, une voisine de confession juive qu’il connaissait depuis plusieurs années. Selon des témoins dans l’immeuble, la violente attaque est perpétrée aux cris de «Tu vas payer», «Allah Akbar». Après la mort de Sarah Halimi, le suspect aurait lancé «J’ai tué le sheitan» (le démon, en arabe).

Lors de sa présentation aux juges d’instruction le 10 juillet dernier, Kobili Traoré a reconnu avoir tué sa voisine -«Je l’ai tapée avec le téléphone. Ensuite avec mes poings»- mais a refusé la dimension antisémite de son geste. «Je ne suis pas antisémite», a-t-il assuré. «Ça aurait pu tomber sur n’importe qui». Il a affirmé à plusieurs reprises depuis la veille du meurtre, le 3 avril, qu’il se «sentait possédé», «oppressé par une force extérieure, une force démoniaque», «des bouffées d’angoisse».

leparisien.fr

Source :©  Meurtre de sarah halimi : l’avocat d’un fils interpelle le procureur et les juges – Le Parisien