La nouvelle Assemblée ou la philosophie du foutoir - C.J.F.A.I  
Quantcast

La nouvelle Assemblée ou la philosophie du foutoir

Home»A LA UNE»La nouvelle Assemblée ou la philosophie du foutoir
image_pdfimage_print

FIGAROVOX/HUMEUR – Pour André Bercoff, derrière l’amateurisme des députés LREM, les amendements antiracistes liés à la loi de moralisation montrent une volonté de réduire au silence tous ceux qui ne rentrent pas dans les clous de la « police novlangue ».


 

 

André Bercoff est journaliste et écrivain. Son dernier livre, Donald Trump, les raisons de la colère a été publié chez First (2016).

 

 


En politique comme ailleurs, il est peut-être bon de ne rien savoir, mais il ne faut point en abuser. Ils furent nombreux à se réjouir, et légitimement, de l’éruption des jeunes pousses de la société civile dans la République en Marche. Le Monde Nouveau surgissait enfin sur les bancs du Palais Bourbon, balayant les caciques fatigués, les septuagénaires blasés, et les vieilles formations gouvernementales en déroute. Reste qu’être député exige un certain nombre de connaissances quant au fonctionnement de l’appareil législatif: faire la différence entre article et amendement, savoir formuler sa question de façon à ce qu’elle n’apparaisse pas comme un sabir au goût étrange venu d’ailleurs ; de ce point de vue, le présent spectacle apparaît, selon que l’on appartienne à la majorité sonore ou à l’opposition indignée, réjouissant ou navrant.

Force est de reconnaître qu’une dimension quasi zoologique vient d’être atteinte avec des députés qui votent contre un article de la loi de «confiance dans l’action publique» qu’ils avaient pourtant ratifié en commission. Ce qu’on appelle peut-être en psychanalyse la schizophrénie heureuse ; en réalité ici, l’envers d’un amateurisme appelé sans doute à s’estomper quand les néophytes apprendront à la fois la base du métier et la maîtrise de leurs affects. Pour le moment, ils semblent fonctionner à l’aveugle en attendant les instructions de messieurs Ferrand et Castaner, et la baguette du chef d’orchestre de Rugy: en l’absence de ceux-ci, tous les désespoirs sont permis, ce qui laisse aux aimables comédiens de la France Insoumise le loisir de se livrer aux jeux de rôles dont ils sont, faute de vrai pouvoir, si friands.

Sous les pavés des faux débats parlementaires, la plage de Big Brother s’étend. Régressivement. Dangereusement.

Mais tout cela n’est que billevesées à côté d’amendements qui viennent d’être votés et qui rendent définitivement inéligibles tout candidat qui se serait livré à des déclarations discriminatoires, injures publiques, provocations à la haine raciale: tout le vocabulaire des associations «droitsdelhommistes» à sens unique, anti-racistes deux poids deux mesures, qui consiste en fait à censurer et à paralyser toute personne qui oserait s’exprimer en dehors des passages cloutés de la police novlangue. Soyons clairs: il ne s’agit en aucun cas ici de cautionner ni d’admettre le racisme d’où qu’il vienne et la haine d’où qu’elle jaillisse. Mais comme la parole dominante et la pensée toujours unique s’attachent à ne culpabiliser et à ne condamner que ceux qui ne pensent pas comme elles, on s’aperçoit que le curseur est mis de façon à ne frapper que d’un côté. Aujourd’hui, cela vise les politiques et déjà les intellectuels, demain les humoristes et bientôt – pourquoi pas – les citoyens. Je relisais récemment une collection du magazine Hara Kiri des années 60-70 ; j’écoutais les monologues de Pierre Desproges, de Coluche et d’autres: ils seraient tous aujourd’hui dans le collimateur de la nouvelle Inquisition. Sous les pavés des faux débats parlementaires, la plage de Big Brother s’étend. Régressivement. Dangereusement.

Source : Le Figaro Premium – La nouvelle Assemblée ou la philosophie du foutoir

Laisser un commentaire

X