L'éditorial du Figaro : «La droite au pied du mur» - C.J.F.A.I  
Quantcast

L'éditorial du Figaro : «La droite au pied du mur»

Home»A LA UNE»L’éditorial du Figaro : «La droite au pied du mur»
image_pdfimage_print

Par Paul-Henri du Limbert

En nommant Édouard Philippe à Matignon, le président Macron a lancé le grand bouleversement de la scène politique française. Une partie de la droite s’en offusque, parle de «débauchage» et crie à la manœuvre politicienne destinée à dynamiter les Républicains. Certes, tous ces arguments sont recevables et chacun comprend bien l’avantage politique qu’entend retirer Emmanuel Macron de cette historique main tendue au camp d’en face.

Cependant, les Républicains doivent-ils se contenter de s’indigner? Non, car après cette présidentielle rocambolesque, un autre scrutin s’annonce à l’horizon de quatre semaines. Ce sera – déjà – le tournant du quinquennat, celui qui dessinera les quatre années à venir.

Puisque le président joue ostensiblement la carte de la réforme, la droite doit être réformatrice pour deux. Il s’agit de prendre Emmanuel Macron au mot. Nouveau premier ministre, Édouard Philippe a soutenu Alain Juppé lors de la primaire de novembre dernier. Le projet du maire de Bordeaux était certes moins tranchant que celui de François Fillon, mais il proposait cependant de tailler franchement dans toutes les dépenses publiques inutiles et d’engager le grand combat contre la surfiscalité. Ce projet-là existe toujours, c’est celui de la droite.

On dira qu’Édouard Philippe a été nommé à Matignon non pas pour défendre son programme, mais celui du président. Lors de cette nouvelle campagne électorale, rien n’empêche cependant les Républicains de plaider en faveur d’un changement de plus grande envergure que celui proposé par En marche! L’objectif? C’est évidemment de remporter les législatives. À la majorité absolue ou relative, peu importe, mais l’essentiel pour les Républicains est d’arriver en tête au soir du 18 juin. Avec un fort contingent de députés bien décidés à pousser les feux de la réforme. En courant plutôt qu’en marchant, car, pour la France, le temps presse. Puisque Emmanuel Macron souhaite tout changer, le mieux serait, pour le pays et pour lui-même, qu’il s’appuie principalement sur un parti qui partage cette même conviction. Ce parti-là existe toujours. Il s’appelle les Républicains.

Source : © Le Figaro Premium – L’éditorial du Figaro : «La droite au pied du mur»

Laisser un commentaire

X