Mohamed Saou, un référent d'En marche écarté pour des raisons «stratégiques» - C.J.F.A.I  
Quantcast

Mohamed Saou, un référent d'En marche écarté pour des raisons «stratégiques»

Home»A LA UNE»Mohamed Saou, un référent d’En marche écarté pour des raisons «stratégiques»
image_pdfimage_print

Accusé d’accointances avec le CCIF et le Parti des indigènes de la République, ce référent du mouvement d’Emmanuel Macron a été mis à l’écart. Dénonçant des accusations «qui reposent sur pas grand-chose», il demande à En marche de clarifier sa position.…

Qui connaît Mohamed Saou ? Sans doute pas grand-monde jusqu’à jeudi soir, où le nom de ce professeur d’histoire-géographie du Val-d’Oise a été cité par une autre professeure d’histoire-géographie, Barbara Lefebvre, face à Emmanuel Macron dans l’Emission politique sur France 2. Jusqu’à mercredi, Mohamed Saou était le référent du mouvement d’Emmanuel Macron, En Marche, dans le Val-d’Oise. Depuis sa désignation en novembre 2016, le nombre d’adhérents dans ce département est «passé de 400 à 4 000», assure-t-il à Libération. Jeudi soir sur France 2, Emmanuel Macron a salué son «travail remarquable». Et pourtant, le voilà mis en retrait, à la demande du leader, «jusqu’à la fin de la campagne», dit-il.

Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut remonter au 12 mars. Ce jour-là, le site Jforum.fr, «le portail juif francophone», publie un article intitulé «Mohamed Saou, cadre de « En marche » ou du CCIF ?». Jusqu’à maintenant, Mohamed Saou n’a été cité dans la presse qu’à quelques reprises : en novembre 2016, lorsqu’il a été désigné référent d’En Marche dans le Val-d’Oise, et un an plus tôt, lorsque le Parisien a consacré un article à un collège de Garges où avait été organisée une exposition réalisée par des élèves sur le thème de la laïcité, à la suite des attentats du 13-Novembre.

Rien de polémique donc, jusqu’à ce que Jforum.fr publie des captures d’écran de posts Facebook de Mohamed Saou. On y voit que ce dernier a, en août 2016, critiqué la position de Manuel Valls sur le burkini, disant que le Premier ministre, qui a soutenu les maires ayant pris des arrêtés «anti-burkini», était «libre de démissionner» s’il n’était pas d’accord avec les décisions du Conseil d’Etat. Il a, le 21 juillet 2016, publié un message pour déplorer qu’après l’attentat de Nice, «la communauté musulmane est devenue, plus que jamais, la cible de nombreuses personnes». Il a, en juin 2016, soutenu le footballeur Karim Benzema, exclu de l’équipe de France de football en raison d’ennuis judiciaires et après avoir évoqué une «partie raciste de la France». Il a, en septembre 2016, écrit : «Je n’ai jamais été et je ne serai jamais Charlie», après la publication par l’hebdomadaire satirique d’une caricature sur les victimes d’un séisme en Italie. Il a, au lendemain d’une tentative de coup d’Etat en Turquie, le 16  juillet 2016, fait état de son soutien au régime de Recep Tayyip Erdogan, «quelqu’un qui a fait pour les réfugiés plus que tous les autres pays réunis». Au passage, il s’est aventuré à tenter de deviner «à qui profite le crime» en «posant des questions» aux accents légèrement complotistes. Et enfin, en septembre 2015, il a partagé un post Facebook du directeur du CCIF, Marwan Muhammad, sur un enfant syrien partageant un cookie avec des policiers bloquant l’accès aux migrants en Hongrie.

«Les positions d’un citoyen français, républicain, et musulman»

Rien qui tombe sous le coup de la loi, souligne Mohamed Saou, qui assume toutes ces publications. «Ce sont les positions d’un citoyen français, républicain. Et musulman, oui», dit-il, se revendiquant «issu de la société civile», donc représentant de «façons de parler qu’on n’a pas l’habitude d’entendre chez les professionnels de la politique». «Ce sont des accusations qui reposent sur pas grand-chose», dit-il aussi, assurant qu’il n’avait pas l’ambition de faire partie, ensuite, des candidats du mouvement aux élections législatives.

Après la publication de cet article sur Jforum.fr, Mohamed Saou explique avoir demandé «le soutien du mouvement En marche» : «Ils m’ont dit « on va voir si ça monte ».» Quarante-huit heures plus tard, hormis un compte Twitter nommé «Djamel Macron» (visiblement animé par des militants d’extrême droite) qui lui reprochait d’être un «islamiste pro-burkini et pro-Erdogan», ça n’est pas vraiment monté. La vie suit donc son cours – jeudi soir, Mohamed Saou devait d’ailleurs animer une rencontre post-passage de Macron à l’Emission politique dans un café de Cergy. Jusqu’au mardi 5 avril, jour où Céline Pina, ancienne élue socialiste du Val-d’Oise, reprend les captures d’écran de Jforum.fr pour dénoncer sur Facebook ce «fervent admirateur de Marwan Muhammad, dont il partage les tweets et la logorrhée victimaire, [qui] se fait une gloire de n’être pas Charlie et de ne l’avoir jamais été, applaudit à la dictature d’Erdogan et déploie des analyses que ne renierait aucun membre du PIR [Parti des indigènes de la République, ndlr]». A partir de là, la fachosphère s’empare pour de bon du sujet, Fdesouche reprenant le post de Céline Pina.

Dans son message, Céline Pina indique avoir «transmis l’information à l’entourage d’Emmanuel Macron» et déplore que cela ait été sans effet. Mais le lendemain, mercredi 6 avril, Aurore Bergé, ancienne responsable de la communication numérique d’Alain Juppé ralliée en février à Emmanuel Macron, répond à Céline Pina sur Twitter :

 

«Soit ils me gardent, soit ils me sortent»

Joint jeudi après-midi, le service de communication d’En marche nous a d’abord assuré que Mohamed Saou avait lui-même pris la décision, «parce qu’à deux semaines du premier tour il a compris que le sujet est trop important». Mais le soir même, sur France 2, Emmanuel Macron a expliqué que c’est à sa demande que le référent s’est retiré. L’affaire était en effet montée jusqu’aux oreilles de la professeure d’histoire-géographie filloniste Barbara Lefebvre, qui a balancé le nom de Mohamed Saou en direct, en l’accusant d’être «tout à fait proche des idées des Indigènes de la république».

Même s’il a été écarté, aussi bien la communication du mouvement qu’Emmanuel Macron lui-même n’ont pas condamné les prises de positions de l’ex-référent. Ce qu’ont d’ailleurs relevé Barbara Lefebvre et Céline Pina, en interrogeant la cohérence du candidat. Estimant pour sa part qu’il y a «clairement une injustice» dans son sort, Mohamed Saou ne veut donc pas en rester là. Il demande à En marche «une prise de position : soit ils me gardent, soit ils me sortent».

Il déplore qu’au sein du mouvement, et à deux semaines du premier tour, «le stratégique ait pris le dessus sur l’humain». «J’entends l’argument « on ne peut pas se permettre de se mettre à dos un certain électorat », développe-t-il. Mais en sortant le seul référent maghrébin du mouvement, pendant la semaine consacrée aux quartiers populaires, est-ce qu’on ne se met pas à dos un autre électorat, celui que l’on veut sortir de l’abstentionnisme ?» De cette affaire, il pense qu’En marche «ne sort pas grandi».

Source : © Mohamed Saou, un référent d’En marche écarté pour des raisons «stratégiques» – Libération

Laisser un commentaire

X