Une start-up israélienne introduit sa technologie dans les musées - C.J.F.A.I   OneStat.com Web Analytics
Quantcast

Une start-up israélienne introduit sa technologie dans les musées

Home»DERNIERES NOUVELLES»Une start-up israélienne introduit sa technologie dans les musées
image_pdfimage_print

Tentez vos enfants par la recherche de l’art et non des Pokemon avec l’application Museloop

Passionnée par les musées, Nathalie Half avait pris l’habitude d’emmener ses enfants avec elle quand elle allait au musée, afin qu’eux aussi puissent profiter des expositions d’art. Cela était possible quand ses enfants étaient jeunes, quand ils la suivaient joyeusement et écoutaient. Mais cela est devenu un problème une fois que ses enfants sont entrés dans la période de l’adolescence. Puis, c’est devenu mission presque impossible : ils ont perdu tout intérêt à aller dans les musées et ont tout simplement refusé de se joindre à elle lors de ses visites au musée.

C’est à ce moment qu’elle a eu l’idée de fonder Museloop, une start-up basée à Tel-Aviv, qui vise à faire des musées une expérience amusante, interactive et un apprentissage pour tous les âges. En collaboration avec le co-fondateur Keren Berler, elle a développé une application de jeu pour téléphones cellulaires qui, une fois téléchargée, permet aux utilisateurs de se promener dans un musée, trouver les œuvres d’art et commencer à jouer.

 Les utilisateurs de l’application Museloop sont invités, par exemple, à trouver la différence entre l’image sur le téléphone et l’œuvre d’art réelle en face d’eux. Une fois qu’ils appuient sur la bonne réponse sur leur écran, ils découvrent un fait intéressant à propos de l’artiste ou l’œuvre d’art, et ils peuvent ensuite passer à la pièce suivante.

Un autre jeu est I Spy, qui demande aux utilisateurs de trouver des éléments spécifiques dans le tableau, ou de reconstituer un puzzle représentant la peinture. Les utilisateurs de l’application peuvent également jouer à un questionnaire ou chercher des indices cachés dans les œuvres d’art. Chaque bonne réponse fournit une information sur l’oeuvre.

« Les jeux poussent les visiteurs à regarder vraiment à l’art et de se concentrer sur ses détails et dans le même temps ils apprennent quelque chose sur l’artiste et la peinture », a expliqué Berler dans une interview. « Nous avons eu des réactions très positives des musées et des utilisateurs ».

Keren Berler (à gauche) et Nathalie Half de Museloop (Crédit : Autorisation)
Keren Berler (à gauche) et Nathalie Half de Museloop (Crédit : Autorisation)

Les jeux de réalité augmentée ont été placés sous les projecteurs le mois dernier lorsque Google et Nintendo ont lancé leur jeu Pokemon Go, qui a poussé les joueurs, jeunes et vieux, à arpenter les rues pour chasser les monstres de manga superposés sur des paramètres du monde réel. Et tandis que certains musées ont refusé de laisser entrer des joueurs dans des espaces dédiés à la commémoration de l’Holocauste, d’autres ont embrassé le jeu et ont encouragé les visiteurs à utiliser aussi leurs téléphones pour partager et échanger avec d’autre contenu du musée.

« Les gens me demandent parfois quel est le degré d’ouverture d’esprit des musées au sujet de l’idée d’introduire une application de jeux comme un outil pour fournir du contenu aux visiteurs », a indiqué Berler.

« Ma réponse est ‘très’ [ouverte]. Le fait que certains musées aient effectivement embrassé Pokemon Go est une très bonne nouvelle pour Museloop et nos futurs utilisateurs. Certains musées ont utilisé l’application virale à leur avantage en convoquant des Pokemon dans leurs locaux et en offrant des rabais aux chasseurs Pokemon ».

« Cela montre que les musées comprennent l’importance d’attirer le jeune public et que, pour ce faire, ils ont besoin de penser en dehors du domaine des méthodes traditionnelles ».

Le financement des entreprises de la réalité augmentée et des entreprises de réalité virtuelle en 2016 est sur la bonne voie pour être une année record, avec 1,3 milliard de dollars investis avec 76 accords, en dépassant le financement total de l’année dernière de 85 %, selon CB Insights, une société de données basée à New York. Les géants de la technologie comme Google et Apple se précipitent également sur des entreprises qui travaillent dans le secteur.

Lorsque vous utilisez l’application Museloop, toute interaction avec le téléphone se fait par texte, pas avec la voix, afin de ne pas déranger les autres visiteurs. Le défi, a précisé Berler, sera de faire connaître aux gens l’application pour qu’ils la téléchargent. Le Musée d’Israël, par exemple, a donné aux visiteurs une carte postale avec leurs tickets et Half et Berler travaillent de concert avec le musée pour trouver des idées pour que les visiteurs téléchargent l’application.

« Nous sommes toujours en train de chercher des moyens à amener les gens à connaître et télécharger l’application », a expliqué Berler. « Le musée d’Israël donne au meilleur joeur du jour deux billets gratuits pour le musée pour la prochaine visite. Une autre idée sur laquelle nous travaillons est de mettre en place un écran avec un tableau de bord de tous les visiteurs qui sont en train de jouer ».

les questions des droits d’auteur ne les inquiètent pas, a-t-elle ajouté. Les œuvres d’art qui datent d’il y a plus de 70 ans ne sont pas protégées par le droit d’auteur et de l’art contemporain est couverte par la protection d’ « utilisation équitable ». Dans certains cas, le musée demande à l’artiste ou à sa famille pour l’autorisation d’utiliser l’art pour l’application, a précisé Berler.

Les deux fondatrices ont travaillé en étroite collaboration avec les musées israéliens sur le contenu des jeux et en septembre, elles présenteront leur entreprise aux administrateurs de musées et aux collectionneurs d’art à une exposition

« Art-up » organisée par le Start-up Nation Central et la Fondation Paul E.Singer chez Sotheby. En juillet, Museloop a également complété le programme d’accélérateur mis en place par les anciens de l’unité d’élite des renseignements 8 200 d’Israël, le programme Accelerator EISP 8200.

Le musée d’Israël et le musée d’art de Tel Aviv utilisent déjà l’application pour leurs visiteurs. les applications peuvent être téléchargées dans l’App Store et sur Google Play (cherchez Museloop ou tapez le nom du musée). Bet Hatfutsot, le musée de la Diaspora juive, est le plus récent client de l’entreprise.

Source :©  Une start-up israélienne introduit sa technologie dans les musées | The Times of Israël

Laisser un commentaire

X